Lexus LX470, pour se balader incognito

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

Vous rappelez-vous la dernière fois que vous avez vu un Lexus LX 470 circulant sur les routes ? Non. Mais alors peut-être en avez-vous aperçu un roulant dans les bois ? Non plus. Si j'ai des hallucinations ? Pas du tout. La marque Lexus ne présente-t-elle pas son gros VUS comme « un véhicule de prestige capable de vous conduire à un rendez-vous d'affaires au centre-ville ou à une partie de chasse dans un camp des plus reculés » ? Mais à 100 000 $ l'unité, il est vrai que les Lexus LX470 ne courent pas les rues ni les sentiers. Qui plus est, vous avez autant de chance d'apercevoir le panache d'un orignal que la calandre d'un LX470 puisqu'il se vend à peine plus d'une centaine d'exemplaires annuellement au pays.

Mais pourquoi les nouveaux riches boudent-ils ce gros Lexus ? Pourtant il ne s'agit pas d'un mauvais utilitaire. Au contraire. C'est un véritable tout-terrain de laboratoire qui a forcé les autres constructeurs à retourner à leur planche à dessin. Cependant, on peut comprendre que payer aussi cher pour se balader incognito n'est pas l'apanage d'un m'as-tu-vu qui désire impressionner la clientèle d'une terrasse branchée du Vieux-Québec ou un troupeau de cervidés s'abreuvant dans un lac de l'Abitibi (c'est selon) !

Pour se faire remarquer, les modèles Hummer H2 et Mercedes-Benz G500 sont mieux indiqués que le LX 470 puisque ce dernier n'a pas la carrure de ces deux caricatures de faux véhicules militaires. Plus raffiné et plus confortable que les H2 et G500, ses véritables adversaires sont les Cadillac Escalade, Lincoln Navigator, Infiniti QX56 et Range Rover. À l'instar des Escalade, Navigator et QX56 qui sont des clones de luxe des GMC Yukon, Ford Expedition, et Nissan Armada, le LX470 est une copie de luxe du Toyota Land Cruiser qui est encore vendu chez nos voisins du sud. Comme son cousin, le LX470 affiche une ligne classique, voire vieillotte qui a pris quelques rides depuis la refonte du Range Rover. Si la carrosserie laisse un peu tiède, la présentation intérieure est plus chaleureuse avec ses boiseries et ses cuirs à profusion. Même s'il est redondant de mentionner que la texture des plastiques, le vernis des boiseries, la souplesse des cuirs et la finition de l'habitacle sont dignes d'une Lexus, on ne peut passer sous silence un tel détail compte tenu de la qualité de fabrication du LX470.

L'an dernier les stylistes ont revu avec élégance la partie centrale du tableau de bord pour y incorporer l'écran et les commandes d'un système de navigation à activation vocale. Ce système inclut également une caméra de recul et un système de communication sans fil Bluetooth qui permet de brancher jusqu'à quatre téléphones cellulaires compatibles. Par ailleurs, il est possible également de faire fonctionner la climatisation et le système audio par la voix humaine. Doté de trois rangées de sièges, il est possible d'entasser dans un confort relatif jusqu'à huit personnes. Ce qui surpasse ses rivaux dont la configuration permet d'accueillir entre cinq et sept passagers.

Une mécanique connue

Développant une puissance de 235 chevaux, le V8 de 4,7 litres est identique à ceux qui logent sous le capot des Lexus GS470 et Toyota 4Runner. Même si le poids du LX470 est environ 400 kg de plus que ceux de ses frères d'armes, les performances et les reprises sont proches des temps enregistrés par ces derniers. Par contre, la consommation fait un bond important. Mais qui s'en soucie quand on décide de dépenser plus de 100 000 $ pour se promener en 4X4 ? Si la protection de l'environnement est au coeur de vos préoccupations, le modèle hybride RX400h serait plus dans vos cordes. Côté remorquage, le LX470 n'est pas un cheval de trait comme les Escalade (3 674 kg), Navigator (3 765 kg), QX56 (3 992 kg) et Range Rover (3 500 kg). Capable de remorquer une charge de 2 268 kg, le LX470 s'apparente plutôt à un VUS de taille intermédiaire comme les BMW X5 et Mercedes-Benz Classe M.

Pour ceux et celles qui ne jurent que par les systèmes d'aide à la conduite, ces derniers seront ébahis par la technologie du LX470. Pour transmettre le couple du moteur aux quatre roues motrices, les ingénieurs n'ont pas fait appel à des différentiels verrouillables ou à glissement limité, ils ont plutôt opté pour un rouage intégral combiné à un régulateur de traction A-TRAC. Couplé à une boîte automatique à cinq vitesses et à un boîtier de transfert à deux gammes de rapports (L ou H), le système A-TRAC répartit électroniquement le couple moteur aux roues qui ont le plus d'adhérence en appliquant une pression des freins aux roues qui patinent.

Pour s'aventurer en terrain accidenté, le LX470 bénéficie d'un mécanisme (AHC) permettant d'augmenter la hauteur du véhicule de 5 cm. En ville ou sur les voies rapides, la suspension variable adaptative (AVS) permet de choisir entre quatre niveaux au gré des humeurs du conducteur. Pour les freinages d'urgence, les quatre freins à disque sont secondés par un système antiblocage (ABS) et un répartiteur de force de freinage (EBD). Pour inspirer encore plus de confiance, il existe un système de contrôle de la stabilité (VSC). Afin de rehausser la tenue de route, le LX470 est fidèle aux nouvelles tendances et chausse des pneus de plus grand diamètre à profil bas (215/60R18). Plus performants que les anciens pneumatiques (275/70R16), ils filtrent cependant moins bien les imperfections de la route.

Payer plus de 100 000 $ pour se balader en VUS de marque Lexus, il faut être vraiment décidé ! Toutefois, il s'agit d'une valeur sûre dont la réputation en matière de fiabilité et de robustesse n'est pas de la frime.

Partager sur Facebook
Commentaires