BMW Série 1 2012: La relève annonce ses couleurs

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2012

Dernier-né de la gamme de la Série 1, le coupé 1M était parmi ce qui se faisait de mieux dans l’univers de ce constructeur bavarois. Il a d’ailleurs brillamment dominé l’édition 2012 du match des sportives que l’on retrouve au début de cet ouvrage. Malheureusement, ce modèle d’anthologie ne sera pas reconduit pour 2012. C’est certainement décevant, mais il y a quand même une bonne nouvelle : cette voiture est à ce point douée que même sa version plus sage, la 135i – qui elle, demeure parmi nous – aurait emporté ce match, comme elle l’avait fait il y a trois ans, alors qu’elle avait affronté les meilleurs coupés sport de l’heure. C’est dire la qualité de cette voiture.
Il est cruel de la part de ce constructeur de nous priver d’une voiture aussi impressionnante et exclusive. Mais comme c’est souvent la tradition chez BMW, les modèles M ont des carrières bien éphémères, au grand dam des amateurs de sportives bien nées. Cela dit, il ne faut pas non plus ignorer les versions coupés et cabriolet 128i et 135i, qui sont en mesure de tenir la dragée haute à la concurrence.

Mécanique reconduite, retouches esthétiques

Mis à part l’abandon du coupé 1M pour 2012, l’autre annonce de BMW tient à la modification des phares avant, qui comprennent dorénavant des DEL montées en rangée sur la partie supérieure des phares de route. Ce faisant, BMW suit non seulement la mode, mais s’adapte également à la nouvelle législation européenne puisque ces diodes électroluminescentes servent également de phares de jour. Toujours en matière d’éclairage, les feux arrière intègrent eux aussi des DEL afin d’assurer une meilleure visibilité et une plus grande vitesse de réaction au freinage.

L’autre nouveauté nous vient de la 128i. Elle possède sur son pare-chocs avant des prises qui dirigent l’air vers les puits de roue afin de produire un rideau aérodynamique autour du pneu. De cette façon, la turbulence est réduite, l’aérodynamisme de la voiture est amélioré et la consommation de carburant s’en trouve également diminuée. On trouve d’ailleurs exactement la même technologie sur la Vision Efficient Dynamics, la voiture qui orne notre page couverture.

Cette année, la mécanique reste inchangée. La 128i est propulsée par un moteur six cylindres en ligne de 3,0 litres produisant 230 chevaux, ce qui permet de boucler le 0-100 km/h en 6,4 secondes avec la boîte manuelle à six rapports. Si vos ressources financières le permettent, il y a la 135i, dont le moteur six cylindres est suralimenté par le biais d’un turbocompresseur à double chambre dangereusement efficace. Ce moteur utilise également l’injection directe et le calage de soupapes Valvetronic. Il lui faut une seconde de moins que le six cylindres atmosphérique du 128i pour boucler le 0-100 km/h.

Mais la différence est encore plus spectaculaire avec la boîte à double embrayage automatisé à 7 rapports qui permet d’atteindre 100 km/h en 5,0 secondes pile. Quant à  la 128i, sa transmission automatique est à six rapports. Comme il se doit, et ce peu importe le moteur, la tenue de route est impeccable et l’agrément de conduite garanti, qu’on opte pour le coupé ou le cabriolet. Et naturellement, les sièges offrent un excellent soutien latéral et le volant se prend bien en main.

La nouvelle génération

Lors d’un voyage-éclair à Munich au mois d’avril 2011, j’ai aperçu, en compagnie de mon collègue Gabriel Gélinas, de nombreux prototypes arborant une peinture spéciale affichant des motifs blancs et noirs qui cachaient les formes de la carrosserie. Ces voitures étaient clairement des exemplaires de la nouvelle Série 1, qui subissaient alors leurs derniers tests du programme de validation, avant le dévoilement programmé pour le Salon de l’auto de Francfort. Cette nouvelle génération, qui porte le nom de code F20 à l’interne chez le constructeur bavarois, est plus longue de 9 centimètres et plus large de 2 centimètres que le modèle actuel et sera déclinée en plusieurs variantes : trois portes, cinq portes, coupé et cabriolet. Mais on doit également s’attendre à ce que d’autres variations sur thème fassent leur apparition. Les rumeurs persistantes évoquent l’arrivée possible d’une Gran Turismo, dont le style émulerait celui du modèle du même nom de Série 5. La présentation de toutes ces variantes se fera progressivement entre l’automne 2011 et le printemps 2013, alors que la turbocompression sera adoptée pour l’ensemble des motorisations proposées sur la nouvelle Série 1.

Par ailleurs, il est également possible que cette nouvelle génération prenne le nom de Série 2, plutôt que celui de Série 1, qui deviendrait alors le nom de la nouvelle petite BMW à traction actuellement en cours de développement chez BMW. Le changement de désignation permettrait également de donner l’impression aux clients actuels de la Série 1 de « monter en grade » avec le modèle de nouvelle génération. Voilà qui représenterait un bon coup de marketing pour la compagnie. Du coup, ça lui permettrait de revoir l’échelle de prix à la hausse…

La Série 1 permet aux amateurs de s’initier à la marque bavaroise à un coût moindre que la Série 3 mais, comme toujours avec BMW, il faut faire un choix avisé quant aux options. Sinon, la facture risque d’exploser!

Partager sur Facebook
Commentaires