Lamborghini Gallardo, italienne ou allemande ?

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

La Murciélago a confirmé la relance de la marque de Santa Agatha di Bologna. Son achat par Audi a mis de l'ordre chez ce constructeur trop souvent acquis par des spéculateurs qui lui ont souvent fait plus de tort que de bien. La remplaçante de la Diablo a été critiquée par plusieurs pour son manque de panache sur le plan visuel mais ses prestations sur la route, son moteur V12 et une fiabilité qui n'était plus une tragédie ont permis à Lamborghini d'être considéré comme un juste prétendant au trône trop longtemps occupé par Ferrari.

Toute réussie soit-elle, la Murciélago ne pouvait supporter à elle seule les destinées de la marque au taureau. Il fallait un modèle plus économique qui serait vendu en plus grande quantité. Et c'est justement le rôle de la Gallardo lancée l'an dernier. Celle-ci a pour objectif avoué de venir jouer dans les plates-bandes de la Ferrari 360 Modena, et force est d'admettre qu'elle possède tous les éléments pour le faire.

La tentation a dû être grande de produire une version plus économique de la Murciélago en enlevant deux cylindres au moteur V12, en réduisant les dimensions de la carrosserie et en utilisant des éléments mécaniques moins coûteux. C'est probablement ce qui se serait passé sous l'ancien propriétaire. Mais, pour Audi, c'était l'occasion de créer une nouvelle voiture de toutes pièces et d'utiliser la philosophie de la maison en fait de développement technique.

Le premier indice de cette approche est la construction de la plate-forme et de la carrosserie. La première utilise la structure Space Frame en aluminium développée sur la Audi A8. Elle permet d'obtenir une structure rigide et légère à la fois. La carrosserie est composée en majeure partie de feuilles d'aluminium qui sont rivetées, collées ou soudées selon le cas. Cela a permis d'obtenir une voiture plus légère que la moyenne puisque son poids est inférieur à 1 500 kg. Et pour vous donner une meilleure idée des dimensions de cette "baby Lambo" par rapport à son grand frère, son empattement est plus court de 10,5 cm et sa longueur hors tout inférieure de 28 cm. Elle est également moins large de 14,5 cm, par contre elle est plus haute de quelques centimètres. Il faut préciser en plus que les portes en élytre n'ont pas été sélectionnées pour cette voiture. Il doit y avoir des raisons d'économie mais la principale est que les planificateurs ont conçu cette voiture pour une utilisation quotidienne et citadine.

Au premier regard, la Gallardo semble être un clone de son aînée. Mais il suffit d'être moindrement observateur pour remarquer de nombreuses différences. C'est ainsi que les phares avant de la Gallardo sont logés dans un réceptacle de forme rectangulaire tandis que la Murciélago fait appel à une forme triangulaire. Par contre, les deux énormes prises d'air du béquet avant sont presque similaires. Sur les flancs, l'air s'engouffre dans une large fente verticale placée juste en bordure de l'aile arrière tandis que celle de la Murciélago est placée dans le bas de caisse. Le styliste belge Luc Donckerwolke, responsable du design des deux modèles, les a départagés en leur partie arrière. Au lieu d'un échappement double au centre comme avec le moteur V12, le V10 se distingue par deux tuyaux d'échappement placés sous chaque feu arrière. Ceux-ci servent également à délimiter la largeur de l'aileron arrière mobile.

La même approche est utilisée pour le design de l'habitacle. Il y a une certaine filiation visuelle entre les deux modèles, notamment avec une nacelle d'instruments plus ou moins similaire et un volant doté d'un gros moyeu rembourré. Comme le veut la tradition italienne, le levier de vitesses de la boîte manuelle est une tige chromée surmontée d'une boule métallique qui doit serpenter une grille de sélection métallique dotée de fentes bien définies pour chaque rapport. Une fois qu'on s'est habitué à ce mécanisme, finies les imprécisions. Enfin, l'habitabilité de la Gallardo ne fera certainement pas les manchettes, pas plus que son coffre à bagages avant. Par contre, la filière germanique de la marque nous assure une finition et des matériaux de qualité.

Vroom ! Vroom !

Je suis certain que si jamais vous étiez propriétaire d'une Gallardo, vous passeriez de longues minutes à écouter la sonorité du moteur V10 de 5 litres dont la puissance annoncée est de 500 chevaux. Pas mal pour une voiture dont le poids est similaire à celui d'un PT Cruiser ! Deux transmissions sont au catalogue, il y a la boîte manuelle à six rapports ou sa version manumatique dont les vitesses sont sélectionnées par des palettes placées de chaque côté du volant. Cette dernière, en conduite de tous les jours, n'est pas tellement emballante. La transmission est placée derrière le moteur qui est, pour sa part, monté en position centrale. La répartition du poids est de 42 % à l'avant de 58 % à l'arrière. Cette belle italienne est équipée d'une boîte de transfert centrale à visco-coupleur afin de répartir cette puissance aux quatre roues et ainsi pouvoir optimiser la tenue de route sous toutes les conditions. En conduite normale, deux tiers de la puissance est dirigé aux roues arrière tandis que la répartition se modifie selon les circonstances.

Plus courte et plus légère qu'une Porsche 911 Turbo, la Gallardo n'est pas seulement une belle italienne au tempérament capricieux. Son rouage intégral, son puissant moteur V10 et une tenue de route dont vous ne pourrez jamais explorer les limites en font une voiture de rêve qui ne risque pas de se transformer en cauchemar. Même si elle est appelée à devenir le modèle de grande diffusion de la marque, vous en verrez peu car sa production sera quand même passablement limitée en raison de son prix d'un quart de million...

Partager sur Facebook
Commentaires