Kia Magentis, le luxe économique

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

Avant l'arrivée de l'Amanti, la Magentis était le modèle de prestige de la marque au Canada. Si la première tente de cibler les Buick LeSabre et les Mercury Grand Marquis, la seconde se veut une alternative plus économique aux Honda Accord, Mazda 6, Toyota Camry et autres berlines de la même catégorie. Il est vrai que l'Amanti est plus grosse, plus confortable et plus puissante, mais il n'est pas certain qu'elle soit en mesure de plaire à la majorité des gens, surtout en raison de sa silhouette. La Magentis est presque aussi confortable et se vend moins cher. D'ailleurs, plusieurs spécialistes ont affirmé que beaucoup de gens iraient voir l'Amanti dans les salles de montre mais opteraient pour la Magentis.

Il est maintenant de notoriété publique que Kia et Hyundai sont fusionnées depuis quelques années et se partagent de plus en plus les mêmes modèles. C'est ainsi que le vis-à-vis du Magentis chez Hyundai est la Sonata qui bénéficie d'une plus grande promotion de la part de son constructeur tandis que Kia semble pousser davantage des modèles plus économiques comme le Rio de même que la fourgonnette Sedona et le VUS Sorento.

Malgré cette situation, il faut souligner que les deux voitures se partagent la même plateforme, la même mécanique et pratiquement les mêmes formes. L'an dernier, dans le cadre de notre match comparatif des berlines intermédiaires, la Magentis a devancé la Sonata même si les deux sont théoriquement identiques Pour expliquer cette disparité, il faut souligner qu'il existe quand même des différences en fait de présentation, de réglage des suspensions et du choix de certains accessoires. La Kia a devancé sa jumelle par 1,4 point. La différence est imperceptible et elles sont pratiquement interchangeables. Ce qui n'empêche pas la Kia d'avoir eu le dessus.

Voilà pour l'évaluation entre les deux membres de la famille. Lorsque comparée aux autres ténors de la catégorie, la Magentis se fait devancer par la majorité des autres berlines. Cela ne signifie pas qu'elle soit déclassée, mais elle doit concéder des points à ses rivales japonaises et américaines dans presque tous les éléments de comparaison. Les différences ne sont pas énormes, mais elles existent quand même et les points s'accumulent en faveur des autres.

Malgré tout

Si vous aimez comparer les fiches techniques, la Magentis n'a pas tellement à envier à ses concurrentes. Par exemple, son moteur V6 2,7 litres d'une puissance de 170 chevaux associé à une boîte automatique à 4 rapports de type manumatique est honnête tant en fait de rendement que de performances. Il doit cependant concéder plusieurs chevaux-vapeur à des moteurs V6 de cylindrée similaire mais nettement plus puissants retrouvés chez la concurrence. Par exemple, le moteur V6 2,7 litres du Chrysler Sebring produit 30 chevaux de plus. Et pour une cylindrée un peu plus importante, 300cc de plus pour être précis, le V6 du Honda Accord fournit 240 chevaux. Par contre, il est possible de rouler au volant d'une Magentis toute équipée sans dépasser les 30 000 $, ce qu'il est impossible de faire avec la plupart des intermédiaires sur le marché. Elle possède, entre autres, une suspension arrière indépendante, des freins à disques aux quatre roues, le système ABS et un équipement de série assez complet.

Inutile de consacrer bien des mots à la silhouette. Contentons-nous de souligner qu'elle est correcte et discrète. La même remarque pour l'habitacle qui est spacieux, confortable et assez bien insonorisé. Par contre, la présentation du tableau de bord est plutôt industrielle tandis que la qualité des plastiques utilisés nous indique où les économies ont été réalisées. Par contre, l'habitabilité est bonne, les sièges confortables tandis que les places arrière possèdent un bon dégagement pour les jambes.

Là où les berlines intermédiaires coréennes ne sont pas en mesure d'en découdre avec les meilleures japonaises et américaines, c'est au niveau du comportement routier. La direction de la Magentis est trop assistée, le feedback de la route pratiquement nul tandis que la souplesse de la suspension se traduit par un roulis exagéré en virage. D'ailleurs, les performances du moteur V6 sont adéquates, sans plus, avec un temps de 10,0 secondes pour boucler le 0-100 km/h. Si vous avez opté pour le moteur quatre cylindres 2,4 litres de 149 chevaux, vous devrez patienter deux secondes de plus. Ce moteur est également plus bruyant en accélération et plus rugueux, mais est plus économe à l'achat et consomme moins. La tenue de route d'un modèle à moteur quatre cylindres est également plus agile en raison d'une masse plus légère à l'avant. Par contre, vous perdrez du prestige auprès de votre entourage en roulant au volant d'une berline à vocation bourgeoise propulsée par un « p'tit quatre » ! Somme toute, si la Magentis vous en propose beaucoup à un prix inférieur aux meilleures des japonaises, il faut également souligner que ses moteurs consomment un peu plus que la moyenne, que la valeur de revente est moindre et que l'agrément de conduite est en retrait par rapport à la moyenne de la catégorie. À vous de faire les calculs qui s'imposent si cette Kia vous a tombé dans l'oeil. Ajoutons en terminant qu'elle est protégée par une très bonne garantie et que la fiabilité mécanique semble rassurante jusqu'à présent.

Partager sur Facebook
Commentaires