Jaguar X-Type/wagon, vocation tardive

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

Si vous avez lu l'essai routier de la X Type dans l'édition 2004 du Guide de l'auto, vous savez déjà que la plus petite des Jag n'est pas la meilleure de sa catégorie. Ses ventes en demi-tons nous prouvent d'ailleurs que le public hésite devant cette voiture

compacte qui a du mal à s'imposer. C'est pour combler les multiples lacunes de cette voiture que la direction de Jaguar ne cesse d'y apporter des correctifs, des améliorations et un niveau d'équipement plus complet. L'an dernier, le prix avait été réduit, le système audio bonifié et on avait annoncé l'arrivée d'une familiale ou "Estate" comme le disent nos amis les Britanniques.

Toutes ces promesses ont été tenues et même plus encore. Pour expliquer les déboires de la « X », plusieurs analystes avaient souligné que la piètre qualité d'assemblage de cette voiture avait effrayé plusieurs acheteurs potentiels. D'ailleurs, l'auteur de ces lignes avait pu constater lui-même que ce n'était pas des ragots : peinture ratée, fusibles sautés, bruits de caisse, boîte automatique hésitante. Bien entendu, chez Jaguar, la direction avait tenté de minimiser ces faits tout en promettant que les défauts de jeunesse allaient être rapidement corrigés. Ils ont tenu parole puisque la dernière « X » qui s'est retrouvée dans mon entrée était beaucoup mieux fignolée que les modèles antérieurs. Est-ce parce qu'il s'agissait d'une familiale ? Il semble que de réels progrès ont été réalisés à ce chapitre.

Détail intéressant: depuis l'entrée en scène de ce modèle en août 2001, plus de 1 000 composantes ont été remplacées et le travail se poursuit. Ce qui explique pourquoi cette Jag mal née a connu une hausse de 17 pour cent dans les sondages de fiabilité J. D. Powers & Associates au cours de la dernière année seulement et de 31 pour cent depuis les tout débuts.

Malgré tout, les Britanniques ne font pas toujours les choses comme les autres. Sur la familiale, l'agencement de la portière arrière au rail supérieur de la carrosserie est vraiment inusité. De plus, le pilier « A » est séparé de la partie inférieure de la caisse par un espace béant qui est indigne d'une voiture de ce prix. Ce n'est pas le résultat d'un assemblage bâclé, mais d'une conception pour le moins surprenante.

Enfin !

La berline X-Type demeure toujours une voiture dont la silhouette n'a pas tellement d'impact. Ce n'est pas parce que les lignes ne sont pas élégantes, mais les dimensions de la caisse ne sont pas suffisamment importantes. Ce qui ne permet pas aux caractéristiques visuelles utilisées sur les autres Jaguar de livrer leur message. La partie avant est tout de même réussie avec ses renflements du capot épousant le pourtour des phares et la calandre aux deux alvéoles aplaties, mais l'arrière est trop anonyme. C'est tout à fait le contraire pour la familiale qui en impose davantage. Tout au long de ma semaine d'essai au volant de cette dernière, beaucoup de personnes se sont déclarées impressionnées par cette « Jag » à vocation plus utilitaire. Lors des essais précédents avec la berline, cela avait été l'anonymat le plus complet.

Bref, la familiale est une voiture qui attire les regards et suscite de l'intérêt, ce qui devrait permettre à ce modèle de monter une pente qu'il n'avait jamais été en mesure de grimper auparavant. Il semble qu'avec la familiale, la « X » a finalement trouvé une vocation qui risque d'attirer plus de gens et porter ombrage aux autres modèles de cette catégorie que sont les familiales BMW de Série 3 et Mercedes de Classe C. Pas mal pour une première puisque cet "Estate" est le premier du genre à ne jamais avoir été fabriqué par la marque de Coventry.

Une fois la qualité d'assemblage améliorée, il est possible de porter attention aux qualités routières. La plate-forme a toujours été rigide, la suspension efficace et la boîte automatique à cinq rapports correcte. Celle-ci est de type manumatique et elle est toujours contrôlée par ce levier de vitesses dont la course en « J » n'est pas la trouvaille du siècle. Malgré tout, la voiture est une bonne routière, et il est agréable de s'attaquer aux bretelles d'accès des autoroutes avec fougue. La traction intégrale de série est un autre atout à ne pas négliger. Tous ces éléments permettent d'apprécier sa conduite.

Tout cela à la condition de commander la version équipée du moteur V6 3 litres dont les 227 chevaux ne sont pas superflus. Les communiqués de presse de ce constructeur ont beau souligner que le moteur V6 2,5 litres est plus économique lorsque couplé à la boîte manuelle à cinq rapports, les impressions de conduite ne sont pas aussi rassurantes. Surtout si vous avez l'habitude de rouler avec plusieurs passagers et leurs bagages, qu'il s'agisse de la berline ou de la familiale. Cette dernière se veut toutefois le meilleur choix à mon avis. Les places arrière demeurent toujours exiguës, mais au moins, la soute à bagages et le hayon donnent du caractère à cette voiture et ajoutent à sa polyvalence. Par contre, la toile cache-bagages est logée dans une unité qui est d'une lourdeur hors norme.

Pour 2005, la famille de la X-Type s'agrandit avec l'arrivée de la berline V6 sport dotée de roues de 18 pouces, d'un déflecteur avant plus imposant, d'une suspension sport et d'un déflecteur sur le couvercle du coffre. La berline Vanden Plas pour sa part est à vocation plus bourgeoise alors que son habitacle comprend un système audio Alpine de 320 watts, des sièges plus confortables et un volant en bois.

La crise d'adolescence de la X-Type semble être une chose du passé et il faut souhaiter que cette fiabilité et cette finition améliorée fassent dorénavant partie de ses caractéristiques.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires