Ford Freestar, toujours pratique

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

Il y en a (il y en aura toujours) qui se contentent de regarder les photos et de lire les titres quand ils feuillettent un journal. Ceux-là ont été plutôt déçus quand ils ont vu apparaître la toute nouvelle Ford Freestar l'année dernière. Il faut dire que le grand fabricant américain avait annoncé à l'époque une minifourgonnette tellement différente qu'elle méritait même un changement de nom. Mais les modifications esthétiques étaient mineures. Et comme les changements pour 2005 sont minimes, voire inexistants, on a l'impression de toujours avoir affaire au modèle original. La minifourgonnette Ford demeure assez traditionnelle, même si elle est plutôt jolie.

C'est sous l'habillage que la véritable différence avec les anciennes versions se fait sentir. L'aménagement intérieur par exemple, pourrait être un modèle du genre, malgré des dimensions moins imposantes que la concurrence.

Ainsi, c'est la Freestar qui dispose du moins d'espace de chargement de toute la catégorie. Mais évidemment, cette notion ne revêt de l'importance que si vous avez réellement de grands besoins de transport car elle est tout de même largement supérieure à n'importe quelle berline sur le marché.

Vite partie

La Freestar abrite sous le capot un moteur remodelé de six cylindres en V, similaire à celui toujours utilisé dans ce genre de véhicule. On l'a cependant un peu vitaminé l'année dernière, lui insufflant davantage de puissance et augmentant sa capacité à 4,2 litres.

Ses 201 chevaux à 4 500 tr/min n'en font pas le moteur le plus puissant de la catégorie, mais son couple de 265 lb-pi à 3 750 tr/min est nettement supérieur aux autres. Seule contrainte, on l'a affublé d'une transmission à 4 vitesses un peu timide, mais heureusement adoucie au fil des ans.

Mentionnons qu'on a fait disparaître le moteur de 3,9 litres qui équipait depuis belle lurette les fourgonnettes Ford.

Avec son couple étonnant, la Freestar devient une curiosité au démarrage puisqu'on n'a pas l'habitude de voir « décoller » aussi rapidement un véhicule de cette catégorie. En revanche, la puissance maximale étant plus limitée, les reprises sont moins foudroyantes et le moteur a tendance à avoir une sonorité assez élevée quand on le sollicite beaucoup.

La direction n'a pas subi les modifications souhaitées et continue d'être un peu trop molle tout en gardant pour elle seule les messages reçus de la route. La conduite est donc sans âme, même pour une minifourgonnette.

Le grand attrait original de la Freestar, est la fameuse banquette que l'on peut dissimuler dans le plancher en troisième rangée. Une technologie toute simple utilisée pour déplacer la troisième banquette permet une utilisation facile et sans effort, contrairement à bien d'autres modèles.

Dans les faits, la troisième banquette se replie d'abord vers l'arrière où elle conserve sa vocation de siège. Elle se replie ensuite complètement à plat pour laisser un plancher totalement lisse, facilitant le chargement. Dommage par contre, de ne pas avoir appliqué le même principe à la deuxième rangée, comme l'a fait Dodge. L'avantage s'est donc rapidement perdu par rapport à l'évolution des autres modèles.

En revanche, en position habituelle, cette troisième banquette est peu spacieuse et peu confortable. Elle est cependant facilement accessible et peut efficacement remplir sa mission pour de courtes randonnées.

En deuxième rangée, les sièges baquets sont confortables et repliables, ce qui libère de l'espace de chargement à l'arrière. Il faut cependant prévoir les retirer complètement si on veut transporter de plus gros morceaux, une tâche moins facile à faire qu'à dire puisque les sièges sont relativement lourds.

Les places arrière sont aussi rendues facilement accessibles grâce aux deux portes coulissantes (automatiques en option sur certains modèles), de chaque côté de la cabine.

À l'avant, le confort est étonnant, le tableau de bord d'une grande simplicité et d'une finition relativement bonne. Pour compléter le tout, on a conservé les boiseries de décoration

apparues l'an dernier. Celles-ci confèrent une touche de classe et d'élégance à l'ensemble.

Sans danger

Parce que c'est le véhicule familial par excellence, la minifourgonnette a toujours disposé d'éléments de sécurité au-dessus des autres. Chez Ford, on l'a bien compris et on a doté la Freestar de caractéristiques uniques : coussins gonflables évolués et capteurs qui prolongent le gonflage. Il y a aussi le système Advance Trac, un dispositif antidérapage qui permet d'aider au contrôle du sous-virage traditionnel de ce genre de véhicule.

Advenant une collision, le système de sécurité individuelle de Ford ajustera la force de déploiement des coussins avant en fonction de la position du siège du conducteur, du port de la ceinture et de la force de l'impact, pour obtenir une protection optimale en fonction des conditions. Si le siège du passager n'est pas occupé, le coussin gonflable ne sera pas activé. Autre option, unique dans la catégorie des fourgonnettes, consiste en l'ajout de structures de protection gonflables latérales pour la tête et le torse des passagers aux trois rangées. Le système comprend un capteur qui prolonge le gonflage s'il a détecté un capotage.

Quelqu'un a déjà dit qu'on conduisait une voiture sport parce qu'on le voulait, et une minifourgonette parce qu'on n'avait pas le choix. La Freestar ne fera pas mentir la devise, mais au moins, sa grande polyvalence justifie bien son usage. C'est déjà un avantage.

Partager sur Facebook
Commentaires