Ford Explorer Sport Trac, l'excentrique de la famille

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

Cette camionnette Ford est sans doute l'une des plus excentriques sur le marché. Non pas en raison de sa silhouette ou de son comportement routier, mais bien en raison de ses origines. Avant que le terme « hybride » ne soit utilisé pour désigner les voitures propulsées par un moteur mi-essence/mi-électrique, ce mot servait à identifier des véhicules comportant plusieurs éléments de diverses provenances. Le Sport Trac répond à ces critères à la perfection. En effet, son châssis autonome est celui de la camionnette Ranger, sa carrosserie est celle de l'ancien Ford Explorer tandis que la boîte de chargement est fabriquée à partir d'un matériau composite.

Il faut d'ailleurs saluer au passage le génie inventif des ingénieurs qui ont procédé à son développement. À partir d'éléments disponibles et déjà en production, ils ont réussi à créer un véhicule original, pratique et presque dans une classe à part. Il est venu en même temps combler un fossé entre le Ranger et le F-150. Et compte tenu de ses caractéristiques hors route, il sert aussi de compromis entre l'Escape et le Ford Explorer.

Je suis prêt à parier que le développement de ce modèle n'a pas coûté une fortune et il faut admettre que c'est assez bien réussi dans l'ensemble. Mais, comme toute solution de compromis, il faut en accepter les limites. En effet, il s'agit d'une camionnette qui tente de jouer les VUS. Elle est donc pénalisée par une caisse de chargement moins longue que celle du Ranger. Elle doit en effet concéder 56 cm à la vraie « camionnette » et malgré qu'il soit possible de commander une rallonge de caisse de 61 cm, il faut aussi se dire que cet accessoire est également offert sur le Ranger.

Malgré cette crise de dimensions, le Sport Trac devrait répondre aux besoins de la plupart des campeurs, bricoleurs et adeptes de toute autre activité se terminant par « eur ». Compte tenu de l'utilisation anticipée de ce véhicule multifonction, ses concepteurs l'ont équipé d'une caisse de chargement fabriquée à partir d'un matériau composite résistant aux chocs et à la rouille tout en étant nettement plus léger que l'acier. Cette caisse quasiment futuriste est en net contraste avec la suspension arrière qui est carrément rétro avec son essieu rigide et ses ressorts elliptiques. Pour terminer ce chapitre sur la caisse de chargement, celle-ci reçoit un couvercle rigide comprenant trois panneaux articulés. Vous pouvez donc cacher vos bagages et tout équipement de valeur dans la boîte puisque celle-ci est fermée et même verrouillée. Par contre, la serrure est non seulement mal située, mais elle est pratiquement toujours recouverte de neige en hiver. Enfin, les panneaux constituant le couvercle de la caisse sont lourds et se manipulent difficilement. Ce qui signifie également qu'ils offriront une bonne résistance aux efforts des cambrioleurs, mince consolation!

Un choix simple

Beaucoup de personnes ont de la difficulté à choisir un nouveau véhicule en raison de la diversité des choix. Plusieurs vont apprécier le Sport Trac à cet égard, car il ne peut être commandé qu'avec un seul moteur et une seule transmission. Le moteur V6 4,0 litres est le même que celui utilisé sur la camionnette Ranger. Avec le Sport Trac, sa puissance est de 210 chevaux, trois de plus que sur la camionnette en raison d'une admission d'air plus généreuse. Il est couplé à une boîte automatique à cinq rapports, ce qui démarque ce VUS de bien d'autres de la catégorie pourtant vendus beaucoup plus chers. Il est toutefois bon de souligner que ce rapport additionnel est davantage un second rapport qui est démultiplié afin de faciliter le passage de la seconde à la troisième vitesse. D'autre part, vous devez choisir entre la propulsion et la transmission aux quatre roues par l'entremise du système Sport Shift qui permet de passer en mode 4X4 tout en roulant. Ce rouage 4X4 est à temps partiel et ne peut être utilisé sur le sec. Toujours au sujet de la fiche technique, ce tout terrain original est doté de freins à disques aux quatre roues et du système ABS.

À part un volant plus sportif et quelques boutons placés différemment, l'habitacle est similaire à celui du Ranger. Les sièges avant sont moyennement confortables et il est recommandé de vérifier le catalogue des options ou des groupes d'options pour remédier à cette situation.

Par contre, la banquette arrière est confortable et le dégagement pour la tête correct pour la majorité des occupants. Détail intéressant, la lunette arrière est à commande électrique. Au simple toucher d'un bouton, il est possible d'améliorer la ventilation de l'habitacle ou de permettre à pitou de mettre le nez dehors.

Avec sa silhouette plus sportive qu'utilitaire, le Sport Trac bénéficie d'un argument jouant en sa faveur aux yeux de plusieurs qui apprécient davantage le plumage que le ramage. Malgré tout, nous avons affaire à une version qui surprend par son équilibre sur la route. Il est vrai que le moteur V6 est bruyant, mais il est robuste, capable de tracter une remorque de 2 404 kg et ses années de service nous permettent de compter sur une rassurante fiabilité du groupe propulseur. Par contre, plusieurs ennuis mécaniques de nature secondaire sont venus entacher le dossier de fiabilité global du Sport Trac.

C'est dommage car en dépit d'une suspension arrière à essieu rigide et d'amortisseurs fermes qui ne font pas toujours bon ménage avec les chaussées en mauvais état, le ST se débrouille honorablement sur la route. Sa direction est précise, fournit un bon feed-back et l'assistance n'est pas trop élevée.

Le Sport Trac semble avoir été dessiné pour la personne qui ne peut se résoudre entre un VUS pur et dur et une camionnette compacte. Il faut d'ailleurs conclure que cette solution a été bien jouée par les dirigeants de Dearborn.

Partager sur Facebook
Commentaires