Oldsmobile Silhouette, pratiquement vôtre !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2004

La catégorie des fourgonnettes ne fait généralement pas dans la dentelle en matière de présentation. Ces longs cubes allongés se ressemblent pratiquement tous les uns les autres et leur conduite s'avère généralement sans surprise. Même la Honda Odyssey ne réussit pas à faire monter l'adrénaline. Et ce n'est certainement pas cette troïka proposée par General Motors qui risque de nous donner des sensations fortes. La Pontiac Montana a beau tenter de se doter d'un plumage plus agressif et même oser s'approprier l'identification GT, il n'y a rien à faire : c'est utilitaire à mort !

Inutile de préciser que la Chevrolet Venture ne surpasse pas la Montana à ce chapitre. Quant à l'Oldsmobile Silhouette, qui en est à ses derniers soupirs, elle se révèle plus pratique que sportive. Mais c'est justement ce que doit être une fourgonnette : un véhicule capable de transporter occupants et bagages dans un bon confort tout en assurant un comportement routier acceptable. Cette description, les trois modèles proposés par General Motors la respectent à la lettre. Comme les trois sont presque identiques à quelques détails de présentation près, ce qui suit vaut pour toutes. En fait, à l'exclusion de leur silhouette respective, seul leur tableau de bord les démarque l'une de l'autre. Celui de la Venture est essentiellement pratique, sans fion ni fioriture. Celui de la Montana est nettement plus chargé avec ces boutons à gogo et des plastiques de différentes couleurs. La Silhouette propose sans doute la meilleure présentation, mais ses jours sont comptés et il faut savoir que sa dépréciation risque d'être plus importante.

Moteur unique, choix multiples

La fiche technique est d'une grande simplicité puisqu'un seul moteur est au catalogue. Il s'agit du V6 3,4 litres de 185 chevaux qui est associé à une boîte automatique à quatre rapports. Soulignons au passage que cette dernière est non seulement efficace et bien étagée, mais également fiable, ce qui n'est pas le lot de certaines concurrentes. Toutefois, plusieurs aimeraient bien pouvoir choisir un moteur plus puissant comme c'est le cas pour presque tous les autres modèles de la catégorie. Même la Kia Sedona a un avantage de 10 chevaux et un rapport supplémentaire à sa boîte automatique. Toutefois, en contrepartie, le V6 de GM s'avère le plus économique en carburant et sa fiabilité se situe dans la bonne moyenne. De plus, à l'usage, il se tire bien d'affaire.

Voilà pour la section de la simplicité. S'il n'y a aucune option alternative pour le groupe propulseur, il en est tout autrement si on se met à feuilleter la catalogue des modèles offerts et des options. En tout premier lieu, il est possible de commander une version à empattement court ou long. De plus, il ne faut pas oublier que la traction intégrale à commande électronique est offerte dans les modèles allongés. Et la liste est quasiment interminable. Si vous voulez vous payer une seule option, cochez celle vous permettant de bénéficier des freins ABS qui comprend également des sacs gonflables latéraux. Dans ce dédale de choix, les acheteurs des modèles à traction intégrale bénéficieront pour leur part de l'ABS de série et de freins à disque aux quatre roues. Notons également la possibilité de choisir un centre de divertissement DVD, un sonar de recul et différentes options pour les sièges. Et GM a enfin compris que les sièges en cuir doivent être chauffants.

Sans surprise

Sur la route, le comportement de ces fourgonnettes se révèle sans surprise. Il faut un peu plus de 12 secondes avant d'atteindre les 100 km/h et l'opération est sans histoire alors que les rapports se succèdent en douceur. La direction a été surtout conÇue pour les grandes routes et les longs trajets en ligne droite, car son assistance est très correcte tandis que sa précision est perfectible. Bref, les ingénieurs ont songé à ceux qui conduisent d'une main tout en sirotant un café de l'autre. Mais ces conducteurs négligents auront intérêt à agripper le volant à deux mains sur une route bosselée parce que l'essieu arrière à poutre déformante ne fait pas bon ménage avec les trous et les bosses. Si vous refusez de ralentir, le véhicule risque de devenir instable. Et prenez note que ce trio n'a pas tellement bien figuré lors de tests d'impacts latéraux. Bref, mieux vaut éviter les fanfaronnades.

Aspect pratique prononcé

S'il y avait des tests portant sur le caractère pratique des véhicules, notre trio ne serait pas loin de la tête. En tout premier lieu, il est possible de commander de multiples configurations de sièges arrière allant de la version six places au modèle huit places. Les bricoleurs seront sans doute heureux d'apprendre qu'ils pourront transporter l'incontournable feuille de contreplaqué et refermer le hayon dans les versions à empattement allongé. Plusieurs modèles plus récents offrent comme solution d'escamoter le troisième siège dans le plancher dans une dépression créée à cet effet. C'est spectaculaire et passablement « songé ». Mais il en résulte une augmentation du niveau sonore dans l'habitacle et il faut généralement remiser la roue de secours sous une trappe pratiquée dans le plancher. Les ingénieurs de Detroit ont adopté une solution plus simple en utilisant une banquette qui se remise à plat. D'ailleurs, Nissan a opté pour la même solution pour les sièges médians de la Quest.

Il est toutefois malheureux que des véhicules bien conÇus et pratiques soient handicapés par une finition bâclée, une rigidité de caisse quelconque et certains matériaux de qualité douteuse.

Partager sur Facebook
Commentaires