Ford Escape/Escape Hybride, le présent ou le futur ?

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

Une Escape sérieusement remaniée et une version à moteur hybride, voici autant de bonnes nouvelles pour les gens de Ford, trop souvent accusés de ne fabriquer que de gros mastodontes. Mais avant de parler des améliorations apportées aux modèles habituels, il est important de souligner que la compagnie a été en mesure de bénéficier d'une couverture médiatique très positive à la suite du lancement de l'Escape Hybride. Tous les grands réseaux de télévision aux États-Unis ont suivi avec attention le lancement de ce modèle. Nouvelles du soir, émissions d'information du matin, tous ont chaleureusement accueilli l'arrivée de ce VUS compact plus propre que les autres.

Pour une fois, il était possible pour un constructeur nord-américain d'annoncer qu'il innovait sur le plan technologique et écologique avant les compagnies japonaises et les médias de nos voisins du sud étaient heureux de souligner l'occasion. Ce qui a permis en même temps à la compagnie de Dearborn de redorer quelque peu son blason. Il est certain que la diffusion de l'Hybride sera limitée et que son prix sera supérieur à la moyenne mais les gens qui ont des remords à acheter un VUS en raison de leur image de plus en plus négative auront la conscience plus claire. Et Ford fait figure de grand seigneur dans toute cette affaire en étant considéré comme l'une des rares compagnies tentant de sauver notre planète avec un VUS plus propre.

Il ne faut pas en conclure que le Hybride est un simple gadget publicitaire, sa technologie est authentique. Comme pour le Toyota Prius, le groupe propulseur est constitué d'un moteur à essence associé à un moteur électrique. Selon les conditions, l'un ou l'autre des moteurs est utilisé quand les deux ne travaillent pas simultanément. Une transmission à rapports continuellement variables se charge de transmettre la puissance aux roues avant. Le moteur à essence est une version du moteur Duratec 2,3 litres à cycle Atkinson produisant 133 chevaux, ce qui est 20 de moins que celui utilisé sur l'Escape « régulière ». Par contre, il est couplé à un moteur électrique de 94 chevaux. Ce tandem permet d'obtenir des accélérations similaires à celle de la version à moteur V6.

La conduite de l'Hybride est pratiquement identique à celle du modèle à moteur V6. Par contre, il faut s'interroger sur la fiabilité de l'Hybride qui en est à ses débuts. Seul l'avenir nous le dira.

Nouvelle version

L'arrivée de ce modèle au groupe propulseur futuriste ne signifie pas que la version à moteur « traditionnel » soit laissée pour compte. Au contraire, ce millésime a bénéficié de plusieurs modifications esthétiques et mécaniques qui devraient lui permettre d'être davantage dans le coup. Même si les changements extérieurs ne sont pas spectaculaires, ils permettent de donner à ce VUS compact une allure plus moderne. Les phares de route et les antibrouillards sont nouveaux, tout comme le pare-chocs qui assure une présentation plus contemporaine. Mais les améliorations les plus importantes sont invisibles.

En effet, la gestion du bruit est mieux contrôlée grâce à l'utilisation de plus de matériaux insonorisants et de joints d'étanchéité plus efficaces. Et c'est d'ailleurs la première chose qui nous impressionne après quelques kilomètres de route. Le nouveau moteur Duratec 2,3 litres est également responsable de cet habitacle plus tranquille. Des arbres d'équilibrage et de nouveaux blocs d'attache du moteur réduisent les vibrations du moteur quatre cylindres et nous donnent quasiment l'impression - au chapitre de la douceur - de conduire une Escape à moteur V6. Il est toujours possible de commander un moteur V6. Le Duratec 3,0 litres a été l'objet de plusieurs améliorations afin de réduire les vibrations et améliorer son rendement. Il produit 200 chevaux.

Il est livré uniquement avec la boîte automatique à quatre rapports. Cette année, en raison de la puissance accrue du moteur quatre cylindres, cette transmission est également offerte avec ce moteur et la transmission intégrale. Ce qui permettra à un plus grand nombre de personnes d'économiser en carburant.

Le nouveau moteur quatre cylindres de 2,3 litres est plus puissant cette année mais cela ne transforme pas l'Escape en bolide de course. Par contre, c'est suffisant la plupart du temps. Les accélérations initiales ne sont pas à vous coller dans le siège mais on retrouve le sourire lorsqu'on fait le plein et qu'on constate que la moyenne de consommation de carburant du quatre cylindres avec la boîte automatique est d'un peu plus de 11 litres aux 100 km. Il faut également savoir que les performances sur une route accidentée sont correctes avec cette combinaison de moteur et de transmission, mais c'est tout de même un peu juste.

Déplacez ce levier...

Dans sa première génération, les concepteurs et les stylistes avaient pensé pratiquement à tout, mais ils ont quand même commis une bévue. Personne ne s'est rendu compte que le levier de vitesses monté sur la colonne de direction obstruait l'accès à certaines commandes lorsque la transmission était en mode « D ». Cette fois, la situation a été réglée de façon spectaculaire car le levier de vitesses est maintenant en plein centre d'une console montée sur le plancher.

Agile en ville, capable de se tirer d'affaire lors de longs trajets, l'Escape est équipé cette année d'un nouveau rouage intégral à commande électronique qui s'active plus rapidement.

Ford a donc choisi l'homogénéité de l'Escape au lieu de tenter de nous impressionner avec du tape-à-l'oeil.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires