Infiniti FX35 / FX45, pour ceux qui n'aiment pas les VUS

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2004

Peu de gens avouent les apprécier ou même les utiliser, mais tout le monde en achète. En effet, malgré une campagne agressive en leur défaveur, les VUS sont toujours aussi populaires. Mais puisque la majorité des acheteurs se les procurent pour les mauvaises raisons, pourquoi ne pas concilier les éléments qui plaisent et remplacer les autres par des éléments positifs ?

C'est ce que semblent avoir fait les responsables du développement des modèles Infiniti FX45 et FX35. Ils ont conservé les caractéristiques pratiques de la majorité des VUS et se sont ensuite appliqués à accentuer les caractéristiques plus sportives, notamment les performances et la tenue de route. Il faut également se souvenir que le prototype de ce duo avait été présenté comme un « guépard bionique » par le grand patron de Nissan, Carlos Ghosn lui-même ! Avouons que c'était un peu fort comme présentation, mais cela constitue un bon indice des visées des créateurs de ces modèles.

Un look ravageur

Cela peut vous sembler enfantin, voire stupide, mais beaucoup de gens se procurent un véhicule non pas pour répondre à leurs besoins, mais pour projeter une image à leur entourage. C'est pourquoi les VUS sont si populaires. Beaucoup les achètent pour transmettre une image de personne sportive, audacieuse, capable de prendre des risques. En corollaire, ces gens en apprécient les caractéristiques pratiques.

Le tandem FX45/35 respecte cette description à la lettre. De plus, les stylistes d'Infiniti ont dessiné une silhouette hors de l'ordinaire. Avec sa partie arrière bombée, son nez plongeant et une calandre vraiment bien en évidence, le FX45 ressemble à une voiture-concept qui aurait été fabriquée en série par erreur. C'est un look audacieux pour le moment, mais je parie que les gens vont s'en lasser rapidement.

Jadis d'un stylisme « drabe » à faire peur, les habitacles des modèles Infiniti figurent dorénavant parmi les plus modernes qui soient. Le tableau de bord est de présentation très stylisée avec son volant à trois branches garni d'aluminium brossé qui donne le ton. Les autres éléments, de couleur harmonisée avec le reste de l'habitacle, contrastent avec le dessus de couleur titane de la console du plancher. Toujours pour faire véhicule de haute technologie, la colonne de direction se déplace en même temps que la nacelle abritant les cadrans indicateurs lorsque le conducteur veut trouver le bon angle pour piloter. Cette solution s'avère spectaculaire, mais pas nécessairement pratique. Au centre de la planche de bord se trouve le module regroupant l'écran du système de navigation, les commandes de celui-ci de même que celles de la climatisation et de la chaîne audio. L'impact visuel de cet ensemble est garanti. Soulignons au passage qu'une caméra dissimulée en haut de la plaque d'immatriculation transmet une image du paysage derrière le véhicule sur l'écran du système de navigation. Une fois le levier de transmission placé en marche avant, l'écran affiche de nouveau les informations usuelles.

Les places avant se révèlent confortables et le support latéral des sièges est bon. Par contre, comme dans la majorité des véhicules Infiniti, vous devrez vous habituer aux commandes électriques de réglage des sièges qui sont placées côté console plutôt que vers l'extérieur. On aurait pu facilement trouver mieux ! Une bonne note cependant pour le bouton à tirette qui permet aux sections du dossier arrière de s'abaisser automatiquement. Malheureusement, la capacité de chargement du compartiment à bagages est inférieure à celle de plusieurs autres modèles dans cette catégorie. C'est là le prix du design audacieux. Les places arrière sont confortables, bien que le niveau de la banquette soit un peu trop bas.

Différences !

Si le FX45/FX35 et la Nissan Murano se ressemblent d'assez près, leurs mécaniques sont diamétralement opposées. Celle de la Murano est empruntée à l'Altima et il s'agit d'une traction. Pour sa part, le FX45 est basé sur le châssis FM déjà utilisé dans la 350Z et la G35, deux propulsions. Ce choix a permis aux ingénieurs de calibrer une suspension davantage axée sur le comportement routier sportif. Mais pour mieux gérer cette puissance, le rouage intégral ATTESA ET-S privilégie la propulsion la majeure partie du temps, mais un embrayage hydraulique géré par ordinateur permet de transférer la puissance du moteur V8 de 4,5 litres aux roues possédant la meilleure traction. Avec ses 315 chevaux, ce V8 emprunté à la Q45 est non seulement souple et performant, mais fait très bon ménage avec la boîte automatique à cinq rapports de type « manumatique ».

La suspension arrière tout aluminium est celle de la berline G35 tandis que les jambes élastiques de la suspension avant sont nouvelles. Pour assurer une bonne tenue en virage, des pneus de 20 pouces sont de série dans le FX45 et en option dans le FX35, la version plus économique dotée de l'incontournable moteur V6 3,5 litres de 280 chevaux.

Voiture sport ?

Il est également impossible de confondre la Murano avec le FX45 en ce qui concerne le comportement routier. Après quelques mètres sur la route, j'avais presque la sensation d'être au volant d'une voiture sport ; de plus, la sonorité de l'échappement n'a rien à voir avec celle d'un utilitaire et la direction est plus ferme que la moyenne. D'ailleurs, il faut moins de 7 secondes pour boucler le 0-100 km/h. La tenue de route est également très sportive. Chez Infiniti, ce modèle est présenté comme un véhicule « pratiquement sans roulis dans les virages ». Comme vous pourrez le lire dans la page précédente, Jacques Duval a prouvé le contraire. Malgré tout, il est possible d'aborder les virages les plus intimidants avec assurance et à grande vitesse. Sur un parcours sinueux et parsemé de pièges, le FX a franchi tous les obstacles avec aplomb ! Malheureusement, cette suspension très rigide risque de devenir un irritant majeur sur nos routes.

Et le FX35 à moteur V6 moins puissant ? Je croyais que la différence entre ces deux modèles allait être importante compte tenu d'un déficit de 35 chevaux en fait de puissance. Ce ne fut pas le cas. Il est moins rapide, mais dans les virages très serrés, le cadet de la famille m'a semblé plus agile et plus maniable.

Infiniti a donc tenu parole. L'agrément de conduite, les performances et le comportement routier sont les qualités majeures de ce véhicule. Et, en plus, le caractère pratique de ce hatchback cinq portes n'est pas à dédaigner. Denis Duquet

Contrepartie

Si je ne détestais pas à ce point les VUS et que j'aimais conduire juché sur un escabeau, j'achèterais probablement un FX45. D'abord parce qu'il est moins cher qu'un Porsche Cayenne, plus fiable (et de loin) qu'un Range Rover et aussi parce qu'il en impose par sa prestance, sa tenue de route, sa caisse solide et une variété de gadgets amusants. Comme cette caméra qui, via l'écran du GPS, vous montre ce qui se trouve derrière le véhicule et ce que le rétroviseur ne vous permet pas de voir en raison de la forêt d'appuie-tête qui masque la visibilité. Il y a aussi cette clé électronique qu'il suffit de conserver dans sa poche et qui vous permet de lancer le moteur en tournant simplement une mollette. J'ai moins aimé toutefois la partie droite du tableau de bord avec sa masse de plastique noir qui risque de plonger votre passager dans une profonde dépression ou la complexité de tout ce qui est relié à l'ordinateur de bord. L'habitabilité est convenable, mais l'espace pour les bagages risible pour un véhicule de ce format. Côté look, plus macho que Ça, tu meurs. Malgré la puissance annoncée, le FX45 ne donne pas une grande impression de vitesse en raison du manque de verve du moteur, surtout à haut régime. À bas régime, par ailleurs, l'arrivée de puissance est soudaine et engendre des secousses désagréables. Mais quelle douceur et quel silence pendant que le V8 avale ses 15 litres aux 100 km. Si les distances de freinage se ressentent du poids qu'elles ont à stopper, elles n'en sont pas pour autant démesurées tandis que la tenue de route apparaît une coche au-dessus de celle de la grande majorité des 4X4. En ignorant l'étiquette « plus grand risque de culbutage » fixé au pare-soleil, j'ai mené le FX45 à des vitesses peu respectables en virage, sans autre drame qu'une forte dose de roulis. Bien sûr, il ne faudrait pas heurter grand-chose pour que « l'étiquette » trouve sa justification mais, dans l'ensemble, les grosses bottines de 20 pouces donnent un comportement routier très respectable à ce VUS. Somme toute, l'Infiniti FX45 se distingue agréablement de ses concurrents par son confort, son agrément de conduite (eh oui?) et la délicieuse sonorité de son moteur. Jacques Duval

Partager sur Facebook
Commentaires