Ford Ranger, fontaine de jouvence

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2004

Il y a un peu plus de 20 ans que le Ford Ranger existe et il a toujours été l'un des meneurs de sa catégorie. En fait, il domine le marché de la camionnette compacte depuis plus de 16 ans et il figure toujours sur la liste des 10 véhicules les plus vendus aux États-Unis. Depuis l'arrivée de la camionnette Mazda Série B dérivée du Ranger, les modèles proposés par la compagnie nippone ont toujours eu une silhouette un peu plus dynamique.

C'est sans doute pourquoi le Ranger fait l'objet de plusieurs modifications esthétiques cette année afin de rajeunir ses formes et son habitacle. Au chapitre de l'esthétique, il est certain que ces changements permettent d'obtenir une association visuelle avec le nouveau F-150. Le capot est bombé en sa partie centrale et cette section se termine sur une grille de calandre renouvelée. Celle-ci est à bandes horizontales dans le modèle 4X2 et à nids d'abeille pour les 4X4. Parmi les autres modifications extérieures, notons que les pare-chocs ont été redessinés.

Il ne faut pas se fier à cette énumération, car si vous jetez un coup d'?il aux photos, vous verrez que le modèle 2004 ressemble encore au 2003. En observant de près, il est toutefois possible de détecter les changements apportés. Les modifications ne sont pas plus spectaculaires dans l'habitacle. On y a mis de nouveaux cadrans indicateurs et un nouveau volant ainsi que des tissus des sièges moins tristes.

En résumé, ces quelques retouches permettent de mettre le Ranger un peu plus au goût du jour. Si cela ne suffit pas, il existe un important catalogue d'options afin de faciliter la tâche des personnes désireuses de personnaliser leur camionnette davantage. Il est, par exemple, possible de commander l'ensemble fumeur, politiquement incorrect et comprenant un cendrier de teinte harmonisée avec allume-cigare. Le groupe hors route 4X4 fait plus sérieux avec un rapport de pont 4,10, des amortisseurs pour conduite hors route, des plaques de protection sous le véhicule et des jantes de 16 pouces en aluminium.

Bien entendu, il ne faut pas oublier de mentionner que le Ranger est offert avec une cabine simple ou allongée à portes d'accès de chaque côté. De nombreuses variantes en fait de présentation extérieure sont aussi au catalogue.

Prêt à travailler

Il ne faut pas se laisser leurrer par ces possibilités d'équipement supplémentaire, ces chaînes audio plus puissantes et ces sièges en cuir. Le Ranger est toujours demeuré un outil de travail depuis son arrivée sur le marché au début des années 1980. Son châssis de type échelle a même été renforcé à quelques reprises pour répondre aux demandes des clients qui voulaient que soient améliorées sa capacité de chargement et de remorquage. D'ailleurs, une version équipée du moteur V6 4 litres et des accessoires spéciaux de remorquage peut tracter environ 2700 kilos, ce qui est tout de même à souligner. Le revers de cette médaille est que ces ressorts elliptiques arrière associés à ce châssis rigide ne font pas toujours bon ménage avec les mauvaises routes alors que l'arrière sautille allègrement. Ce qui permet en même temps d'apprécier la solidité de la cabine qui semble faite toute d'un bloc. En général, car il y a des exceptions, les bruits de caisse ne font pas partie du vocabulaire d'un propriétaire de Ranger.

Sur le plan des moteurs, les versions plus économiques deux roues motrices sont équipées d'un moteur quatre cylindres 2,3 litres de 143 chevaux qui convient fort bien à la personne prévoyant n'utiliser cette camionnette que pour des travaux légers. Il est associé de série à une boîte manuelle à cinq rapports dont la longue course du levier témoigne du caractère industriel du Ranger. Si manipuler un long bras de vitesses vous laisse indifférent, vous allez apprécier la boîte automatique à cinq rapports qui est d'un fonctionnement exemplaire.

Deux V6 sont au catalogue et je dois vous avouer que le V6 3 litres est une solution de compromis qui permet d'inscrire un moteur V6 à la fiche technique de certains modèles mieux nantis en fait d'équipement. Le choix le plus intéressant est le V6 4 litres dont la configuration mécanique est nettement plus raffinée que celle du 3 litres à soupapes en tête. Il est plus souple, plus silencieux et son rendement n'est pas à dédaigner.

Même si de nombreuses améliorations apportées au fil des ans ont raffiné la suspension, insonorisé l'habitacle et civilisé le comportement routier, le Ranger est toujours affecté par une suspension relativement sèche et une cabine pas trop spacieuse à l'avant tandis que les strapontins arrière du modèle à cabine arrière ne peuvent servir à accommoder des adultes que sur de courtes distances. Il est de plus difficile de s'y installer. Mieux vaut les réserver à des enfants ou encore utiliser l'espace derrière les sièges avant pour y remiser du matériel et des bagages.

Le tableau de bord est de facture conservatrice, mais ses commandes sont faciles à déchiffrer tandis que les nouveaux cadrans indicateurs à fond blanc s'avèrent de consultation aisée à défaut d'être terriblement attrayants. Une bonne note en passant à la commande de sélection du mode d'entraînement qui est à la portée de la main. D'ailleurs, les versions quatre roues motrices de ce petit utilitaire sont à retenir.

En attendant sa révision en profondeur en 2006, le Ranger ne se porte pas trop mal malgré des origines qui remontent aux années 1980. Ce qui n'empêchera pas les nouvelles camionnettes Chevrolet Colorado et GMC Canyon de General Motors de venir gruger les parts de marché du Ranger.

Partager sur Facebook
Commentaires