Ford Escape / Escape Hybrid, plus économique qu'une Focus

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2004

Même si Ford connaît du succès dans la fabrication et la vente de gros utilitaires, le numéro deux américain a connu des difficultés à faire une percée dans la catégorie non moins compétitive des utilitaires sport de format moyen. Toutefois, après un début de carrière laborieux, les ventes de l'Escape ont enfin pris la voie de la rentabilité, et ce, pour le plus grand plaisir des dirigeants et des actionnaires de Ford qui s'inquiètent de l'avenir de la compagnie ces derniers temps.

La mauvaise fortune de l'Escape s'explique mal. Par rapport à ses rivaux, le petit Ford a toujours fait bonne figure dans les matchs comparatifs. Pour comprendre ses insuccès, il faut s'attarder aux problèmes de fiabilité et aux nombreuses campagnes de rappel dont ont été victimes les propriétaires. Plus informés que jamais, les consommateurs ont attendu que l'Escape ait meilleure presse et obtienne sa note de passage avant de lui faire entièrement confiance.

Escape Hybrid 2004

À l'instar de son jumeau le Mazda Tribute, le V6 de l'Escape est réputé pour sa puissance mais également pour sa propension à siphonner trop rapidement le fond du réservoir. Même si Ford annonce une consommation de 12 litres aux 100 km, l'équipe d'essayeurs du Guide a maintes fois frôlé et dépassé les 15 litres aux 100 km. Des chiffres qui placent la gloutonnerie de l'Escape côte à côte avec celle de nombreux utilitaires grand format à petit moteur V8. Cette situation fort embarrassante pour l'équipe de vente et les motoristes de Ford sera toutefois mise en veilleuse cette année avec le lancement de l'Escape à moteur hybride.

Après Toyota et Honda, Ford est le premier constructeur à annoncer la production d'un utilitaire sport à propulsion hybride. Cette technologie qui préconise l'utilisation combinée d'un moteur à essence et d'un moteur électrique a fait son chemin depuis le lancement de la Toyota Prius. Toutefois, il ne faut pas croire que tous les constructeurs adopteront cette solution puisque DaimlerChrysler a déjà annoncé qu'elle penchait plutôt en faveur de la diésélisation. Ainsi, le plus sérieux rival de l'Escape Hybrid en 2004 sera un Jeep Liberty à moteur diesel. Tout un match en perspective !

Ford n'en est pas à ses premiers balbutiements en matière d'hybridation. En effet, ses ingénieurs ont fait leurs classes en mettant au point plusieurs variantes de la Focus FCV à pile à combustible (ou à l'hydrogène). Par ailleurs, la direction de Ford pense que la propulsion hybride n'est qu'un pas vers l'avenir qui appartient plutôt aux véhicules à l'hydrogène. D'ici 2010, les véhicules à propulsion hydride comme l'Escape devraient représenter 20 % du marché. Les constructeurs croient que les véhicules hydrogénés ne pourront être offerts au grand public avant 2015, le principal défi étant de convaincre les grandes pétrolières d'installer des pompes à hydrogène.

6 litres aux 100 km

Le groupe propulseur de l'Escape Hybrid sera constitué d'un nouveau moteur quatre cylindres Duratec de 2,3 litres développant 148 chevaux et d'un moteur électrique de 68 kW alimenté par une batterie hybride nickel-métal de 300 volts. Contrairement à la Prius et à la Civic Hybrid, l'Escape à propulsion hybride n'est pas moins puissant qu'un modèle à essence. Couplé à une transmission à variation continue (CVT), cet amalgame permet à l'Escape Hybrid d'offrir des performances comparables à celles d'un moteur V6 avec transmission automatique à quatre rapports, et ce, pour une consommation de 6 litres aux 100 km. Qui plus est, l'Escape Hybrid et son clone européen, le Ford Maverick, respectent les normes antipollution SULEV de la Californie et Phase IV du vieux continent.

À l'instar de la Prius et de la Civic, l'Escape mise sur un circuit de freinage à récupération d'énergie qui transforme celle-ci en électricité lors du freinage pour ensuite l'emmagasiner dans une batterie. De même, une génératrice sophistiquée permet d'économiser le carburant en coupant le moteur à essence lors d'un arrêt complet, pour ensuite le faire redémarrer quand le conducteur appuie sur l'accélérateur.

À part Ça, quoi de neuf en 2004 ?

Dotés d'une apparence plus costaude et d'un comportement routier plus suave que le Tribute, les autres modèles de l'Escape partagent à quelques détails près toute leur mécanique avec leurs frères jumeaux d'Hiroshima. Le moteur le plus populaire est le V6 de 3 litres. Développant une puissance de 201 chevaux et un couple de 196 lb-pi, ce V6 n'a pas son pareil pour animer ce tout-terrain. En comparaison, le quatre cylindres Zetec de 2 litres et 127 chevaux souffre d'anémie. Cependant, il se reprend par sa frugalité en essence. Par contre, le 2 litres est susceptible de manquer de souffle s'il doit transporter une surcharge de poids ou gravir des pentes.

Comme la plupart des modèles de sa catégorie, l'Escape possède une transmission intégrale non permanente sans boîte de transfert. Le système de traction est dit réactif : la puissance est transmise aux roues arrière seulement si les roues avant manquent d'adhérence. Toutefois, n'ayez crainte, l'Escape n'est pas un cul-de-jatte et pourra aisément se sortir d'une ornière grâce à ses essieux qui peuvent être verrouillés dans la proportion 50/50.

Conclusion

Avant de se prononcer sur l'Escape à propulsion hybride, il faudra attendre que celui-ci ait fait ses preuves. En effet, sera-t-il aussi puissant et fiable que les ingénieurs de Ford le laissent entendre ? Qui plus est, vaudra-t-il la peine d'assumer son prix d'achat plus élevé pour réaliser ensuite des économies à la pompe à essence ? Ce sont toutes des questions que seul l'avenir pourra éclaircir?

Partager sur Facebook
Commentaires