Mazda série B, camionnette à la carte

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2003

Il y a belle lurette que les camionnettes compactes ont cessé d'être un simple outil de travail. À leurs débuts, elles étaient une solution plus économique pour les gens qui avaient besoin d'un camion, mais qui n'avaient pas nécessairement les moyens de se payer les gros modèles de Type F. Ou encore, elles étaient destinées à une utilisation urbaine où leur faible encombrement et leur modeste consommation d'essence étaient appréciés. De nos jours, leur évolution a pris la direction du raffinement et de la sophistication.

C'est notamment le cas de la camionnette Mazda de Série B. Il ne faut pas se faire de cachettes avec ses origines, il s'agit d'une Ford Ranger vivant sous un nom d'emprunt. Mais cela ne signifie pas nécessairement que c'est du pareil au même. D'ailleurs, le premier élément qui démarque ces deux camionnettes est la présentation extérieure et intérieure. Les deux partagent bien des éléments communs, mais il semble que les stylistes de Mazda aient su trouver une meilleure faÇon d'agencer la grille de calandre à l'ensemble du véhicule.

Même chose dans l'habitacle alors que les tissus, la présentation de certains éléments de détail et un choix plus judicieux des options permettent au Mazda de devancer le Ranger qui ressemble trop à un anonyme moyen de transport. Il est vrai qu'il y a toujours un marché pour des modèles de base à la présentation minimaliste et à l'habillage de cabine des plus simplistes, mais il s'agit de la minorité et non de la majorité. Chez Ford, il faudrait faire plus d'efforts pour donner un peu plus de cachet à ce véhicule, ce que Mazda a réussi à faire. Malgré tout, le Ford domine ce marché depuis des années au chapitre des ventes. Détail intéressant en passant, les sondages se sont succédé au fil des années et les résultats sont toujours les mêmes. Un nombre important de répondants déclarent qu'entre deux véhicules de même origine distribués simultanément par les concessionnaires d'une marque japonaise et d'une marque américaine, ils préfèrent fréquenter un établissement associé à un constructeur nippon.

22 choix différents !

Non, il ne s'agit pas du nombre total de modèles proposés par Mazda, mais bien des différentes variantes de la Série B. Une fois que vous avez aligné les deux configurations d'équipement, soit les modèles SX et SE, ajoutez les trois moteurs et les deux boîtes de vitesses offertes, vous n'arrivez pas encore à ce total. Il faut également tenir compte de la cabine simple, de la cabine allongée du modèle Dual Sport et de la cabine allongée quatre portes. Et pour compléter cette équation, trois moteurs sont au programme ainsi que des versions 4X2 et 4X4 en plus de la cuvée Dual Sport.

Avec cette dernière version, Mazda se joint à la majorité des autres constructeurs de camionnettes qui proposent un modèle pourvu d'une suspension similaire à celle des 4X4, mais en s'en tenant uniquement à la propulsion. Appelé Dual Sport, il cible les acheteurs qui veulent bien afficher les allures d'un 4 roues motrices, mais sans assumer le prix et la consommation supplémentaire que cela amène. En plus de sa suspension de 4X4, il possède des roues de 15 pouces, des passages d'ailes plus larges, un climatiseur de série et des pare-chocs de même couleur que la caisse. D'ailleurs, soulignons au passage que le seul modèle 4X4 vendu par Mazda est une version SE à cabine allongée propulsée par le moteur V6 4 litres de 207 chevaux. Cela comprend également le groupe SE Plus qui s'amène avec des sièges baquets, un système audio avec lecteur de six CD et des phares antibrouillards. C'est définitivement la camionnette Mazda qui affiche la plus importante facture.

Vocation double

De véhicules essentiellement utilitaires, les camionnettes compactes ont petit à petit évolué pour devenir des véhicules à vocation familiale ou personnelle. Aux États-Unis, elles ont même remplacé les voitures sport dans les désirs des jeunes acheteurs. Pour les petits budgets, le SX à moteur 4 cylindres 2,3 litres de 143 chevaux associé à une boîte manuelle à 5 rapports est surtout destiné aux personnes qui veulent avoir un véhicule polyvalent capable de transporter des objets encombrants, mais pas nécessairement lourds. La boîte de vitesses manuelle permet d'économiser du carburant, mais la course du levier est longue et les rapports assez espacés. Par contre, si vous optez pour l'automatique, les performances baissent d'un cran. Le moteur est souvent obligé de travailler plus fort, ce qui augmente la consommation. Il faut également ajouter que ce 4 cylindres n'est pas offert dans le Dual Sport, probablement parce qu'il n'est pas disponible dans le modèle 4 roues motrices et qu'il en emprunte le châssis.

Malgré leur grande popularité auprès des « civils », les camionnettes sont quand même achetées par des millions de gens qui s'en servent pour leur travail. Il leur faut donc avoir un châssis de type échelle capable d'en prendre et une suspension arrière qui ne s'affaissera pas dès qu'on y déposera une masse d'une centaine de kilos. Dans le cas du Série B, ce sont des ressorts elliptiques reliés à un essieu rigide qui ont été choisis comme suspension arrière. Cette configuration ne fait pas toujours bon ménage avec une bonne tenue de route. Dans la Mazda comme dans les autres, l'arrière sautille sur mauvaise route et le confort de la suspension souffre. Vous aurez beau rouler au volant d'une magnifique SE à cabine allongée, cette suspension « industrielle » se trouve dans tous les modèles. Mieux vaut le savoir avant. Par contre, le moteur V6 4 litres à arbres à cames en tête est bien adapté à un usage travail/famille.

Enfin, une fois que vous acceptez la position de conduite élevée, la suspension plus ferme et le caractère pratique de l'architecture, un modèle à cabine allongée avec quelques accessoires n'est pas vilain du tout. À la condition de ne pas vouloir faire asseoir quelqu'un à l'arrière.

Partager sur Facebook
Commentaires