Kia Spectra, d'ici quelques années, sans doute...

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2003

Lorsque les constructeurs automobiles japonais sont débarqués en Amérique durant les années 60, personne ne donnait cher de leur peau. Et pourtant? Au risque de passer pour un visionnaire, je pense que les Coréens sont en train de nous refaire le coup ! N'allez pas croire que la Kia Spectra est parfaite. Oh que non. Mais elle a bien vite relégué sa devancière, la Sephia, aux oubliettes et elle fait paraître Kia un peu mieux qu'auparavant.

La Kia Spectra se présente en deux versions. Une quatre portières à l'esthétique tout à fait banale malgré une partie arrière plutôt réussie et une cinq portières (un croisement entre une hatchback et une berline) plus dynamique avec ses phares encavés dans la partie supérieure du pare-chocs avant, dérivée directement de la Hyundai Elantra GT. La berline est offerte en versions de base et LS tandis que la GS-X représente le propre de la cinq portières. Les baby-boomers se rappelleront que les lettres GSX ont déjà été utilisées pour désigner une version très haute performance des Buick aux alentours de 1970. Les temps ont bien changé?

La version de base de la Kia Spectra est passablement de base, mais n'est ni plus ni moins garnie qu'une Honda Civic d'entrée de gamme, par exemple. La LS se trouve mieux nantie, mais elle vous arrachera 1 000 $ de plus. Et il faudra allonger un autre 1 000 $ pour la GS-X. Et un 1 000 $ additionnel pour une transmission automatique. Nous voilà tout de même rendus à une facture de18 600 $ Et puisque la Spectra s'adresse à un public recherchant un moyen de transport bien équipé et abordable, il me semble qu'une des deux conditions ne soit pas respectée !

GSX ou GS-X ?

Toutes ces versions reposent sur le même châssis qui a été emprunté à la Hyundai Elantra et sont mues par un moteur de 1,8 litre délivrant 125 chevaux à 6000 tr/min. Avec un couple de 108 lb-pi à 4500 tr/min, n'essayez surtout pas de vous colleter à une vraie GSX 1970 ! Mais pour monsieur ou madame

Tout-le-Monde, les performances de la Spectra seront amplement suffisantes. Il faut simplement faire attention pour ne pas se laisser impressionner par le son (très peu poétique) de la mécanique qui ne change rien au test du chronomètre. Et puis la transmission automatique qui équipait notre véhicule d'essai ne faisait rien pour aider son ami le moteur. Souvent lente à réagir, quelquefois brusque, surtout au passage de la 1re à la 2e, elle avait la triste manie, lors de reprises voulues vigoureuses, de changer de vitesse au moment où les chevaux commenÇaient à peine à s'amuser, soit aux alentours de 4 500 tr/min.

Si le comportement routier de la Spectra était une journée d'été, il serait pluvieux avec quelques pasages ensoleillés. C'est platte comme journée mais Ça en prend ! En courbe, la voiture accuse un certain roulis assez bien maîtrisé mais qui ne laisse planer aucun doute sur son comportement sous-vireur. Bref, il s'agit d'une traction avec un comportement de traction. Pour gommer ce trait de caractère, on peut compter sur une direction plutôt floue au centre. Il faut cependant avouer que même si les pneus Toyo d'hiver G02 qui équipaient notre Spectra d'essai faisaient de petits miracles sur surface enneigée, ils n'offrent pas la même combativité que des pneus d'été sur surface sèche. Les freins, eux, bloquent trop rapidement. Sans ABS (même pas offerts en option sur la GS-X), cela revient à dire qu'ils laissent facilement leurs marques? De plus, ils me sont apparus comme étant peu résistants à un usage intensif et les distances d'arrêt s'en ressentaient. La suspension MacPherson à l'avant et à bras multiples à l'arrière procure un confort appréciable aux occupants même si, sur une route houleuse (vous ne me croirez pas, mais j'ai réussi à en trouver une !), sur une route houleuse donc, on aimerait que les amortisseurs possèdent une course plus longue pour éviter de taper trop fermement. Ces dandinants éléments suspenseurs sont aussi responsables d'une instabilité bien perceptible lorsqu'on suit un camion remorque, par exemple.

Dans la bonne moyenne

Contrairement à la Spectra GS-X dont le tableau de bord est garni d'appliques métallisées, l'intérieur des Spectra de base et LS n'a rien pour redonner le sourire à une personne dépressive. Mais il n'a rien non plus pour donner des envies suicidaires. Le design du tableau de bord, sa finition et son ergonomie respectent les normes actuelles sans trop de passion. Les plastiques pourraient être de pire qualité et leur assemblage a été effectué par des employés presque consciencieux. Les commandes de la climatisation (au demeurant très performante) sont placées trop bas et il est difficile de les manipuler lorsque le levier de vitesses est sur la position « Park ». Les sièges s'avèrent fort confortables mais les personnes de taille généreuse pourraient connaître passablement de difficultés à enclencher la ceinture de sécurité dont l'ancrage est placé trop près du siège. À ce chapitre, celles situées à l'arrière bloquaient beaucoup trop rapidement, créant un inconfort désagréable. Il existe plusieurs espaces de rangement dont un, très pratique, avec un couvercle pour loger quelques CD, juste sous l'appareil radio. Si le fonctionnement de cet élément se révèle peu complexe et que ses boutons sont de bonnes dimensions, la réception de la radio se montre moyenne, sans plus. En fait, ce qui dérange le plus à l'intérieur de la Spectra provient de l'extérieur de l'habitable ! Que de bruits ! Quand ce n'est pas le moteur qui gronde en accélération, c'est le silencieux qui vibre lorsque la bagnole est arrêtée ou c'est la pédale de frein qui craque lorsqu'on l'enfonce lentement !

Les Kia Spectra sauront répondre aux attentes d'une clientèle peu exigeante en termes de conduite et de fiabilité. Ce dernier point est cependant déjoué par une brillante garantie de 5 ans ou 100 000 km. Mais avant d'aligner plus de 18 000 $ pour une GS-X, je magasinerais un peu. La Spectra s'adresse à un public relativement jeune recherchant une automobile bien équipée et abordable. Les versions de base, toutes déprimantes qu'elles soient, répondent à ces deux critères. Pour le plaisir de conduire, il existe d'autres manufacturiers !

Partager sur Facebook
Commentaires