Hyundai Elantra, à la recherche du temps perdu

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2003

Ah ! le merveilleux monde des voitures compactes. Au Québec, la concurrence y est très féroce et les produits offerts, par conséquent, généralement d'une qualité irréprochable. Les Japonais, spécialistes dans le domaine, se sont rapidement fait rattraper à la fois par les Américains et par les Coréens, et même l'ingénieux retour du hayon, initié par Subaru mais vraiment relancé par la Mazda Protegé5, a une fois de plus jeté de l'huile sur le feu. Heureusement pour Hyundai, cette conjoncture s'est produite au même moment où la qualité de ses produits ne souffrait plus d'une réputation qui a tenu bien des acheteurs potentiels loin de ses salles de montre.

L'Elantra et, surtout, l'Elantra GT, sont issus de ce mouvement. Et le perpétuent, car la qualité de ce modèle ne réside pas seulement dans le prix abordable de la version de base, mais aussi dans l'ingéniosité du mélange qui ne compromet pas l'utilité au profit d'un prix moins élevé. Et, pourquoi pas, dans le bon goût des dessinateurs. Ils ont reproduit une miniberline qui pourrait, dans des proportions un peu plus généreuses, donner lieu à une berline aux allures prestigieuses.

Les gros phares clairs logés aux coins du bouclier avant, la calandre, sévère, qui donne naissance à deux rainures fuyant sur le capot et les panneaux latéraux proéminents donnent du galbe à un véhicule qui ne manque pas de muscle. Et dans le cas de l'Elantra GT, celle qui profite du hayon, vous bénéficierez en plus d'un espace de rangement additionnel très intéressant. Les chiffres de ventes de ces nouvelles cinq portes indiquent d'ailleurs que les acheteurs sont déjà renseignés à ce sujet?

Un 2 litres sobre

En fait, à 140 chevaux, le 4 cylindres qui anime l'Elantra est l'un des plus puissants de sa catégorie. C'est du moins la puissance que déclarait le constructeur avant de se faire prendre en flagrant délit d'exagération quant aux statistiques de ses moteurs. À tel point que cet élément d'information est disparu de la fiche technique de l'Accent. Mais puisque le couple affiché est de 132 lb-pi et qu'il est généralement un peu inférieur à la puissance réelle, il est facile d'en arriver à une conclusion.

Donc même si les ingénieurs de Hyundai ne semblent pas forts en calcul, l'Elantra est quand même plus puissante que la majorité de ses concurrentes. Les Focus, Cavalier, Protegé et autres Corolla ne font jamais plus de 115, voire 125 chevaux, à moins qu'on opte pour un modèle mieux équipé, dans certains cas. Heureux hasard, ce 2 litres est également l'un des plus économiques à la pompe, derrière la Corolla, qui a un appétit d'oiseau. Il est vrai, toutefois, qu'il pourrait vous décevoir si vous désirez, disons, monter sur la Côte-Nord par Charlevoix et vous taper les côtes abruptes qui vous en séparent. Car il a tendance à s'essouffler bien vite. Dommage.

Par comparaison, la Focus familiale ou la Protegé5 vous attireront sûrement davantage si vous êtes de ceux pour qui la conduite est une seconde nature. L'Elantra ne laisse pas sa place, il va sans dire, mais une tenue de route limitée, peut-être en raison de pneus de moins bonne qualité, freine les ardeurs rapidement. À ce chapitre, sachez que la GT tire mieux son épingle du jeu, grâce à une suspension qui a été revue pour tenir compte d'une éventuelle charge plus imposante à l'arrière. Pour tout dire, à plus de 1000 $ de moins sur le prix de base des deux modèles, l'Elantra GT vous offrira une expérience de conduite très rentable.

Boîte manuelle ?

Et de toute faÇon, il ne s'agit pas d'un créneau où l'aspect « performance » est considérable. À moins de mettre quelques milliers de dollars sur d'autres accessoires, s'entend. Car l'une des premières choses à faire, dans ce cas-là, serait d'investir dans une nouvelle transmission manuelle. La course entre les rapports est très longue et, à moins de vouloir flatter les genoux du passager en même temps que vous passez en 5e, vous ne l'apprécierez peut-être pas.

Hormis cela, l'habitacle n'a pas grand-chose à se faire reprocher. L'équipement de série est généreux et comprend même un volant et un pommeau de levier de vitesses enrobés de cuir, dans le modèle à hayon. Le volant inclinable et le dossier de la banquette rabattable à l'arrière ne sont que des exemples de ce qu'offre de série l'Elantra. Pour tout dire, l'habitacle de cette compacte brille par sa simplicité mais aussi par son ergonomie. Il est impressionnant de constater qu'on peut en mettre beaucoup dans un si petit véhicule. Seul hic, ne songez pas à inviter un cinquième passager à bord, à moins qu'il soit de taille très raisonnable ou qu'il aime les contacts. La banquette arrière est très confortable pour deux passagers, mais trois?

Le bon filon

Bref, l'Elantra et l'Elantra GT offrent tout ce dont a besoin une petite famille pour pouvoir apprécier les week-ends et autres occasions de sortie. Avec un prix très acceptable et une fiabilité qui serait en net contraste avec celle des véhicules Hyundai des années 80, si l'on se fie au prix de revente de ces produits qui ne cesse d'augmenter, il semblerait que le constructeur coréen ait frappé le bon filon. Enfin, l'acheteur qui ne désire pas y laisser sa chemise possède, au Québec, un choix de berlines compactes qui ne manque pas d'attrait. L'Elantra en est le parfait exemple.

Partager sur Facebook
Commentaires