BMW série 5/M5, la surdoué de la famille

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2003

Chez BMW, le style et les multiples commandes électroniques déroutantes de la Série 7 suscitent la controverse tandis que la série 3 commence a montrer des signes de vieillesse. Par contre, les modèles de la Série 5 représentent un équilibre presque parfait. Leur silhouette n'a pas ces formes discordantes qui sont le propre de la 745i et la carrosserie est plus élégante à mes yeux que celle de la 330. Par leurs dimensions, les divers modèles de la Série 5 sont également les BMW du juste milieu.

En somme, même quelqu'un qui n'apprécie pas particulièrement les produits de ce constructeur allemand ne peut que s'incliner devant le bel équilibre de la Série 5. Et cela inclut l'incontournable M5, une berline capable de laisser derrière elle bien des sportives de fort calibre. C'est une voiture d'exception à tous les points de vue. Les 400 chevaux de son moteur, sa suspension inspirée de celle de voitures de course, des freins ultrapuissants forment un cocktail enivrant. Et compte tenu des performances stratosphériques de cette voiture, il est préférable de louer un circuit de haute vitesse pour tenter d'en approcher les limites.

C'est la berline idéale pour se payer la tête des conducteurs de Porsche ou de Corvette.

Compte tenu du prix astronomique de la M5, l'acheteur peut rouler en Série 5 à moindre frais en sacrifiant plusieurs dizaines de chevaux vapeurs. Il est ainsi possible de commander les modèles 525i et 530i dont les moteurs sont similaires à ceux de la Série 3. Comme la désignation l'indique, la 525i est propulsée par un 6 cylindres en ligne de 2,5 litres d'une puissance de 184 chevaux tandis que le moteur 3 litres de la 530i en produit 41 de plus. Mais si cette puissance peut paraître enviable dans une voiture de plus faible gabarit, il faut souligner que les Série 5 sont relativement lourdes et que ces moteurs de faible cylindrée ne leur permettent pas d'afficher leurs vraies couleurs. Ainsi, si l'on opte pour une 525i, il faut l'associer à la boîte manuelle à 5 rapports pour obtenir des performances convenables. En revanche, ces deux 6 cylindres en ligne se révèlent d'une douceur incomparable.

Mais il est certain que le moteur le mieux adapté au tempérament de cette voiture est le V8 de 4,4 litres dont les 282 chevaux permettent d'expérimenter l'agrément de conduite propre à toute BMW. Rarement a-t-on vu une voiture aussi bien équilibrée à tous les points de vue. Sachez que même les essayeurs très coincés du Consumers Report américain n'ont que des éloges à faire à son égard. C'est tout dire.

Berline sport ou d'affaires

Les gens d'affaires amateurs de belles et bonnes voitures sont souvent confrontés à un dilemme. Il leur faut choisir une berline suffisamment sérieuse pour ne pas effrayer les clients et fournisseurs mais ils ne veulent pas dans un même temps sacrifier leur plaisir. Les BMW de Série 5 constituent la solution idéale à leur problème. Elle est à la fois confortable, luxueuse et suffisamment spacieuse tout en offrant une expérience de conduite beaucoup plus stimulante que la majeure partie de ses concurrentes.

Certains jugeront les places arrière un peu serrées et le tableau de bord désuet mais ce sont de bien petits inconvénients compte tenu du comportement routier de haut niveau de ces berlines allemandes. Comme dans tous les modèles de la marque, (sauf les M3 et M5), la suspension est relativement souple mais cela n'empêche nullement la voiture de se montrer très stable en virage. Et si jamais vous dépassez les limites, une batterie de systèmes d'aides au pilotage vous remet dans le droit chemin. Ajoutons, en passant, que les freins sont parfaitement à la hauteur de toutes les situations.

Modèle en fin de carrière

L'acheteur d'une BMW Série 5 doit savoir que cette gamme est sur le point d'être entièrement remaniée et que la valeur de revente d'un modèle 2003 risque de s'affaisser plus rapidement que d'habitude. Fort heureusement, le style retenu pour la future génération de modèles semble moins discutable que celui de la 745i a laquelle plusieurs loyaux clients de la marque ne peuvent s'habituer. Pour son chant du cygne, la BMW Série 5 ne fait l'objet d'aucun changement majeur mais si vous voulez absolument tout savoir, on peut vous dire que le système de stabilité directionnelle est désormais monté en équipement de série sur la 525.

Une familiale Touring

Même si la berline est une voiture surdouée, il ne faudrait surtout pas oublier l'existence d'une variante de la Série 5, la version Touring qui n'est rien d'autre qu'une familiale en tenue sportive. Sa capacité de chargement n'est pas terrible mais encore là cette carence est largement compensée par le comportement routier de haut niveau de la Touring. La voiture est dotée d'un châssis extrêmement rigide et cela est particulièrement évident lorsque l'on passe du volant d'une Audi A6 Avant à celui d'une BMW Touring. La carrosserie est solide comme le roc et les performances nettement plus relevées que dans la familiale Audi. En réalité, il faudrait plutôt comparer l'Audi Allroad à la BMW Touring de Série 5 pour obtenir des performances comparables.

De toute évidence, ce modèle permet de joindre l'utile à l'agréable et on peut simplement regretter que la firme bavaroise n'ait pas encore adoptée la transmission intégrale pour ce modèle, Il serait ainsi mieux armé pour faire face à la Mercedes-Benz E320 4MATIC et, bien sûr, à la Audi Allroad Quattro. Car, malgré toutes ses qualités, il est bien évident que la familiale BMW Série 5 est quelque peu dépourvue pour affronter nos hivers.

En résumé, la gamme des BMW Série 5 est sans aucun doute la plus intéressante chez ce constructeur et il est dommage que l'on ait attendu si longtemps pour la rajeunir. Les fervents de la marque auraient donc intérêt à attendre les nouveaux modèles 2004 avant de faire l'acquisition d'une BMW Série 5. À moins de se laisser tenter par la M5 qui mettra sans doute du temps à se manifester dans son nouveau costume.

Partager sur Facebook
Commentaires