Buick Terraza, nouveau marché

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

Pour ces deux divisions de General Motors, ces véhicules sont une première tentative pour s'immiscer dans un marché qu'elles ont ignoré pendant des années, laissant aux autres le soin de profiter de la popularité des fourgonnettes et des VUS. Il était toutefois impossible de continuer à se mettre la tête dans le sable et la direction a décidé d'agir. Mais comme il aurait été quelque peu audacieux de commercialiser à la fois une fourgonnette et un VUS intermédiaire, les concepteurs ont décidé de nous offrir du deux dans un en tentant de combiner les caractéristiques ou du moins la silhouette d'un utilitaire sport au caractère pratique d'une fourgonnette.

Ce qui explique pourquoi ces deux nouvelles venues sont dotées d'une allure très particulière avec un nez avant similaire à celui d'un véhicule tout-terrain tandis que la partie arrière est semblable à une fourgonnette, portes coulissantes comprises. Je dois avouer que je suis toujours en train de digérer cette approche esthétique. Mais comme dans le cas de la Chrysler 300/Dodge Magnum, ces formes non traditionnelles ont été bien accueillies par le public lors de rencontres d'évaluation.

Quoi qu'il en soit, l'habitacle ressemble d'assez près à celui d'une fourgonnette ordinaire avec ses sièges arrière qui peuvent être placés de différentes façons. Dans la soute à bagages, on retrouve un ingénieux système de rangement comprenant un coffret doté de deux panneaux d'accès. Immédiatement derrière se trouve la troisième rangée constituée de deux unités 50/50 qui se replient vers l'avant pour former un plancher entièrement plat. Il est également possible de faire de même avec les deux sièges baquets médians. De plus, les sièges des deuxième et troisième rangées sont amovibles bien qu'ils ne soient pas particulièrement légers.

Cette configuration est la même pour le Terraza et le Relay. En fait, ces deux véhicules sont identiques pour ce qui est de la mécanique et de l'habitacle. Ils se démarquent par une présentation extérieure légèrement différente l'une de l'autre, par les réglages de suspension et par un équipement de série variant en fonction du modèle et de la marque. Il est bien évident que la Buick est plus luxueuse que la Saturn, et sa présentation plus bourgeoise. Mais pour la mécanique, c'est du pareil au même.

Avant de parler de moteur et de suspension, il faut souligner la présence de rails montés sur le pavillon et sur lesquels se greffent différents modules, notamment celui d'un lecteur DVD avec écran ACL. De plus, le système de divertissement embarqué permet d'écouter plus de 10 000 chansons de format MP3 ou encore l'enregistrement et le visionnement d'un maximum de 40 films de format MPEG. Tout cela est enregistré dans un module de disque dur de type PhatNoise à cartouche numérique pas plus gros qu'un porte-monnaie. Il est en outre possible de greffer d'autres éléments à ces rails afin qu'ils servent d'espaces de rangement. Soulignons au passage que l'habitacle de la Buick est plus cossu et celui de la Relay plus jeune.

Vive l'indépendance !

Lorsqu'on examine ces deux modèles, le premier réflexe est de conclure qu'il s'agit de versions différentes de la défunte Oldsmobile Silhouette. Pourtant, chez GM, on nous jure qu'il s'agit d'une toute nouvelle plate-forme. En fait, celle-ci est de type hybride, car il s'agit d'une carrosserie monocoque dotée en sa partie inférieure d'un châssis de type échelle avec longerons transversaux. Ce qui permet d'obtenir la solidité d'un VUS avec châssis autonome et la tenue de route d'un monocoque.

La suspension arrière est de type demi indépendante sur la Relay à traction et indépendante sur le modèle à transmission intégrale. Pour sa part, la Buick est équipée d'une suspension arrière indépendante dans les deux cas. Il n'y a pas de discorde au chapitre du moteur puisque les deux se partagent le même V6 3,5 litres dont la puissance est désormais de 200 chevaux. La transmission intégrale Versatrak est disponible en option. Non seulement elle transfère le couple des roues avant aux roues arrière lorsque le train avant manque d'adhérence, mais ce couple peut être réparti différemment d'un côté comme de l'autre. De plus, il est possible de commander en option le système de stabilité latérale Stabilitrak qui utilise les freins pour replacer la voiture dans le droit chemin. Ces deux systèmes ont été utilisés sur d'autres modèles depuis quelques années et on fait leurs preuves. Soulignons que les freins à disques ABS sont de série aussi bien pour le Relay que le Terraza.

Et si ce genre de fantaisie vous intéresse, il est possible de commander un démarreur à distance. Je ne suis pas le plus grand adepte de ce gadget, mais ayez au moins la responsabilité sociale de l'utiliser avec parcimonie afin de ne pas contribuer à augmenter la pollution atmosphérique en faisant tourner le moteur inutilement.

La demande pour les fourgonnettes à empattement court n'est pas tellement forte, ce qui explique pourquoi ces deux hybrides ne sont livrés qu'avec un empattement de 307 cm. Si vous tenez mordicus à un modèle plus compact, il faudra se tourner vers les Chevrolet Uplander et Pontiac Montana SV6 qui sont également offerts avec un empattement de 287 cm.

Malgré la présence d'un châssis renforcé et la possibilité de commander une traction intégrale, ce duo n'est pas conçu pour aller se mesurer aux authentiques VUS 4X4 comme les Trailblazer et GMC Envoy. Il s'agit en fait de fourgonnettes dotées d'un nez allongé, d'une plate-forme renforcée et d'un rouage intégral, mais tout cela s'applique à une conduite toutes routes, pas nécessairement tout-terrain. En fait, cette mascarade permettra aux personnes qui ont vraiment besoin d'une fourgonnette et qui ne veulent pas en conduire une de sauver la face.

Partager sur Facebook
Commentaires