BMW série 3, le Yin et le Yang

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

Je viens de me rendre compte que j'aimais beaucoup les BMW. Vraiment beaucoup. Pas parce qu'elles sont jolies, même si leur silhouette est superbe. Pas non plus pour le prestige de la marque allemande. Non, si j'aime les BMW, c'est parce que le constructeur a compris quelque chose : une voiture, c'est un tout. Et ce tout doit être en parfait équilibre. Disons-le simplement, c'est comme si la BMW avait atteint le Yin et le Yang. Pas mal pour une germanique qui n'a rien

de nippon.

Ce qu'il y de génial aussi, c'est qu'il y en a pour tous les goûts. Ceux qui se sentent plus Yin opteront pour une sage berline comme la 320i ou mieux encore la version Touring, alors que les plus Yang iront plutôt du côté de la légendaire M3, une bombe sur roues, équipée d'un moteur V6 de 333 chevaux et d'une transmission séquentielle SMG au volant.

En fait, je vous ai dit au début que j'aimais BMW ; avec la série 3, c'est une opinion partagée par presque tous les journalistes.

Même si elle à été créée en 1998, la série 3 possède encore des qualités qui font l'envie des autres marques et qui l'installent en tête de sa catégorie. Et on prévoit une refonte presque complète de toute la série pour la prochaine année-modèle.

La série 3 possède une silhouette racée, féline. J'ai déjà rencontré un designer automobile qui m'expliquait que presque toutes les voitures sont inspirées des animaux, et la BMW n'y échappe pas. Si vous l'observez attentivement, vous verrez l'inspiration de la panthère dans le regard de la berline.

Ce n'est cependant pas seulement le design qui rend la BMW aussi intéressante. Ce sont plutôt ses performances. Les autres versions (allant des 325 au 330 coupé ou xi) étaient déjà exceptionnelles et s'attiraient les éloges de tous les conducteurs. Mais voilà qu'est apparue au fil des ans la M3, et les seules critiques qui demeuraient encore en suspens se sont tues.

Il faut dire que les multiples déclinaisons de la série 3 ont de quoi plaire à tous. De simple berline de style (la 320i), on peut aller au modèle plus complet avec 6 cylindres de 225 chevaux (330i et xi) en version berline ou coupé, ou encore opter pour les versions Touring ou, bien entendu, les modèles Cabriolet. Finalement, pour une conduite nettement sportive, la M3 est la solution tout indiquée.

La M du pauvre

Il ne faut pas confondre. Avec une forte tendance à la diversification, BMW a lancé en fin d'année dernière une voiture avec l'édition performance M, qui n'est pas une M3 dont la valeur excède les 80 000 $ mais plutôt une 330M.

Pour arriver avec cette M du pauvre, BMW a modifié les réglages électroniques du moteur. On a ainsi pu ajouter quelque dix chevaux, une huitaine de lb-pi de couple, mais surtout beaucoup de « oupmf » au moteur.

On y a greffé une transmission six vitesses à rapport court, une suspension plus ferme et des pneus avec des jantes de 18 pouces, en plus d'échappements plus gros, et légèrement plus bruyants qui donnent à la voiture un son très particulier. Le résultat est étonnant, puisque ces quelques ajustements ont permis de retrancher plus d'une demi-seconde à l'accélération entre 0 et 100 km à l'heure. Une nuance que l'on perçoit peu en conduite ordinaire, mais qui se fait sentir en conduite sportive et qui permet d'offrir une alternative à la puissante (trop ?) M3.

Cette nouvelle performance a tout de même ses défauts. La suspension est un brin trop rigide pour qui n'aime pas trop se faire brasser. On ne parle pas ici de réel inconfort, mais disons d'un petit désagrément, largement compensé il faut l'avouer, par le confort de l'habitacle et des sièges de cuir haut de gamme. Le volant lui est recouvert d'un suède confortable, donnant une prise sans effort et sans glisse.

En terme de confort, il faudra se méfier des sièges arrière qui n'ont pas tout à fait assez de dégagement pour les jambes, ni même pour les hanches, pour être réellement confortables.

Enfin, dernier détail un peu moins favorable, sur toutes les versions la direction est tellement précise qu'elle l'est presque trop, puisqu'elle demande une attention constante pour nous maintenir dans la trajectoire. Les amateurs de plaisir de conduite seront cependant servis, puisque cette direction procure un contrôle presque parfait et instantané sur tous les mouvements de la voiture.

Sur les versions de base, la propulsion est de rigueur, mais en version plus sophistiquée, on retrouve une traction intégrale de grande qualité, dont l'action se fait sentir dans la plus grande transparence.

L'habitacle est sobre mais conçu avec classe, regorge d'équipement de série de grande

qualité, et a surtout fait l'objet d'une étude ergonomique poussée, puisqu'on a l'impression que tous les boutons ont trouvé leur place justement là où il devrait être.

Ceci étant dit, c'est l'équilibre de l'ensemble qui fait la beauté de la chose. La voiture est juste assez confortable pour ne pas se priver de son titre de berline pour tous. Mais elle est aussi assez puissante pour mériter le titre de voiture sport. Et elle procure suffisamment de plaisir de conduite, pour mériter le titre de grande voiture. En fait, la série 3 a beau ne pas avoir été renouvelée en profondeur, elle est encore la référence que bien d'autres conducteurs aimeraient dépasser.

Malheureusement, elle coûte presque la moitié de votre maison, ce qui excède largement mes moyens financiers. Et c'est bien dommage...

Partager sur Facebook
Commentaires