Acura RL, changement extrème

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

Depuis quelques années à la télévision américaine, les émissions portant sur les « transformations extrêmes » sont très populaires. Vous savez, ces programmes où des gens ordinaires ou aux allures pas trop séduisantes sont transformés du tout au tout par des spécialistes en chirurgie plastique ? Régimes amaigrissants et une foule d'autres interventions du genre sont au menu. L'Acura RL a, elle aussi, eu sa transformation complète alors que l'édition 2005 nous arrive complètement changée. Sans vouloir être méchant, il faut avouer que les changements paraissent extraordinaires parce que la version précédente était vraiment périmée.

En 1996, l'Acura Legend est devenue la RL afin d'offrir un palier supérieur de luxe aux consommateurs. Mais les résultats n'ont jamais été probants et ce modèle a connu une popularité sans cesse à la baisse. Tant et si bien que les ventes sont devenues confidentielles. Mais ce serait mal connaître Honda ou encore sa division Acura que de croire à une démission de leur part. C'est pourquoi la nouvelle RL est dorénavant toute transformée pour 2005. Et croyez-moi, les changements sont radicaux.

Il faut souligner que la partie avant de la RL s'inspire quelque peu de celle de l'Acura RSX, un coupé sportif assez bien réussi, tandis que l'arrière s'apparente quelque peu à celui de la nouvelle TL. Peu importe les sources d'inspiration et les influences, il faut admettre que c'est réussi sur toute la ligne. Certains auraient sans doute apprécié quelque chose d'encore plus osé, mais c'est, à mon avis, un bel équilibre compte tenu de la clientèle ciblée et du prix de vente qui excède les 70 000 $. Soulignons au passage la présence de feux arrière dotés de diodes électroluminescentes à allumage progressif et de phares avant au xénon. Ceux-ci sont de type actif et ils se déplacent en fonction des impulsions du volant afin d'assurer un éclairage optimal dans les courbes. Autre détail de la carrosserie, l'espace extérieur entre les glaces avant et arrière est lisse afin d'éliminer les turbulences et diminuer le niveau sonore dans l'habitacle. Soulignons au passage que le coefficient de traînée de cette berline est de 0,29. Enfin, les jantes en alliage dotées de cinq gros rayons viennent consolider l'allure sportive de cette nippone.

Des changements tout aussi spectaculaires ont été apportés à l'habitacle. Jadis d'une présentation « drabe » à faire peur, la planche de bord est maintenant très stylisée. Le panneau de commande central est de couleur titane et comporte, en sa partie inférieure, un gros bouton de commande multifonction, un peu inspiré du système " IDrive" de BMW. Par contre, sa manipulation est plus simple et plus intuitive.

Soulignons au passage que le système de téléphonie et de navigation par satellite est très sophistiqué. Les commandes vocales permettent de passer des commandes à l'ordinateur de bord aussi bien en français qu'en anglais. Soulignons la présence, juste au-dessus de l'écran ACL, d'un autre petit écran qui nous informe des réglages de la climatisation de même que d'autres informations concernant la navigation ou le système audio.

La position de conduite est très bonne et le volant se prend bien en main. Celui-ci est parsemé de boutons de toutes sortes visant à contrôler le régulateur de vitesse, la radio, le système téléphonique, le centre d'information tandis que deux pastilles permettent de passer les rapports. La pastille de gauche permet de rétrograder et celle de droite de monter d'un rapport à l'autre. Bien entendu, le volant se règle en hauteur et en profondeur. Les places arrière sont plus confortables que généreuses, mais la plupart des gens ne trouveront pas à redire quant au dégagement pour les jambes et la tête. Enfin, les modèles canadiens seront livrés d'origine avec des sièges avant ventilés. Ils seraient donc frais en été et chaud en hiver.

SH-AWD ! Vous connaissez ?

Alors que la RL 2004 devait se contenter d'un moteur ne produisant que 225 chevaux, sa remplaçante a de quoi pavoiser avec son moteur V6 3,5 litres produisant 75 chevaux de plus, ce qui en fait la berline Acura la plus puisante jamais produite. Détail à souligner, ce V6 n'est plus longitudinal mais monté transversalement. De plus, il est dérivé du moteur de la MDX. Mais celui-ci a été l'objet de multiples modifications. Malgré cette puissance accrue, la consommation de carburant est demeurée la même tandis que ce nouveau moteur V6 pollue moins. Et il ne faut pas oublier que la transmission automatique à contrôle électronique compte désormais cinq vitesses.

Ce groupe propulseur est tout aussi raffiné que celui de la concurrence. Il s'en démarque toutefois grâce à sa transmission intégrale qui ne se contente pas de transférer le couple aux quatre roues. Il sert également de système de stabilité latérale. Sur tous les autres systèmes actuellement commercialisés, la stabilité latérale est obtenue par l'utilisation sélective des freins lorsque la voiture dérape. Sur la RL, ce système s'appelle "SH- AWD" pour "Super Handling - All Wheel Drive".

En conduite normale, plus de 70 % du couple est transmis aux roues avant. Par contre, lorsque vous accélérez à pleins gaz en ligne droite, jusqu'à 70 % de la puissance est transmise aux roues arrière. Lorsque vous abordez une courbe à grande vitesse, plus des 3/4 du couple est dirigé aux roues arrière et le système le transfère automatiquement à la roue qui a le plus d'adhérence. Par contre, selon les circonstances, tout le couple transmis aux roues arrière peut être complètement transféré à la roue extérieure afin d'améliorer la tenue en virage et prévenir le dérapage.

ça semble compliqué, mais c'est relativement simple. On utilise le couple au lieu des freins pour stabiliser la voiture dans les courbes et atténuer le sous-virage.

Un test concluant

L'essai de la RL s'est déroulé dans la région de Washington D. C. Cela nous a permis de découvrir les qualités de voiture urbaine de la RL. Insonorisée au max, dotée du système Bose ACN réduisant le bruit de fond dans l'habitacle, dotée de sièges confortables et propulsée par un moteur V6 passablement nerveux à bas régime, la RL ne s'en laisse pas imposer. Bruits extérieurs bien filtrés, visibilité très bonne, chaîne audio Bose à la hauteur de la réputation de la marque, bref les embouteillages sont faciles à endurer. Et les résidents des États-Unis ont droit à un système de navigation discrétionnaire qui souligne les zones de trafic encombrées.

Sur la grand route, plusieurs vont apprécier la douceur de roulement, le confort de la position de conduite et la souplesse du moteur. Par contre, la direction est trop assistée à mon goût tandis que la pédale de frein est un peu trop sensible lorsqu'on veut freiner légèrement. Mais elle se compare avantageusement à toutes les autres voitures dans cette catégorie de prix.

Par contre, sur la piste, elle se démarque fort avantageusement. Ce qui signifie qu'elle est capable de performer à haute vitesse, d'offrir une meilleure tenue de route en virage et de pouvoir contourner les obstacles avec assurance. Pour nous démontrer toutes ces qualités, les responsables de Honda Canada nous ont permis de piloter la RL sur un circuit de course à environ 150 km à l'ouest de la ville de Washington. Il était également possible de la comparer à une Audi A6 Qattro, une Mercedes Classe E 4Matic et à une BMW 545. La RL a remporté le match (est-ce que les autres étaient mal préparées ?). Son système de rouage intégral et des freins puissants nous permettaient de « garrocher » la voiture avec enthousiasme dans les virages sans jamais craindre de perdre le contrôle. C'était toute une sensation de tourner à fond dans un virage à droite et de sentir la roue arrière gauche nous propulser vers la droite. Comme si quelqu'un poussait la voiture d'une main géante. Ce système agit un peu comme votre ange gardien de la tenue de route.

La nouvelle RL est sophistiquée sur le plan mécanique, sa silhouette est moderne, tandis que l'habitacle est actuel tout en contenant tous les gadgets nécessaires pour une voiture de cette catégorie. La seule interrogation est de savoir si l'appellation RL n'est pas brûlée auprès du public. En outre, plusieurs s'interrogent quant à la présence d'un moteur V6 sous le capot. Selon eux, un moteur V8 serait plus approprié pour une voiture de ce prix.

Il faudra attendre le verdict. Pour l'instant, chapeau aux ingénieurs de Honda qui ont concocté une voiture aussi sophistiquée sur le plan mécanique qu'agréable à conduire.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisAcura RLX Sport Hybride 2015 : pour l’originalité et l’économie
Voilà une voiture que je voulais essayer depuis longtemps. Dévoilée au Salon de l’Auto de Montréal 2014, on présentait la RLX comme une voiture enregistrant les performances d’un V8 et l’économie d’essence d’un moteur 4 cylindres. Par quelle sorcellerie cela était-il possible? Grâce à l’union d’un V6 de 3,5 litres …
Commentaires