Cadillac CTS-V Familiale : Quelle voiture!

Points forts
  • Moteur fabuleux
  • Performances musclées
  • Carrosserie pratique
  • Excellente tenue de route
Points faibles
  • Rideau du toit ouvrant translucide
  • Places arrière moyennes
  • Prix élevé
  • Absence de certains gadgets sophistiqués
Évaluation complète

Si vous faites partie des personnes qui ont encore des préjugés défavorables envers cette marque, sachez qu'il s'est passé beaucoup de choses chez Cadillac au cours de la dernière décennie. Alors qu'à une certaine époque, cette division de GM était reconnue comme étant un standard de qualité, celle-ci avait peu à peu glissé dans la médiocrité jusqu’à devenir une caricature de son passé glorieux. Heureusement, l'arrivée de Bob Lutz en charge du développement des nouveaux produits chez ce constructeur a donné lieu à une véritable révolution. Alors qu'auparavant, une Caddy était évaluée simplement en fonction de son poids et de ses dimensions, voilà que maintenant, des standards de qualité très élevés ont été utilisés. Sans oublier que ces nouvelles venues proposent désormais une tenue de route à l'égal des meilleures Allemandes.

La CTS est à mon avis le modèle qui est le plus en mesure de se mesurer aux les grandes marques germaniques. Du point de vue extérieur, sa silhouette, aussi singulière qu’audacieuse, ne laisse personne indifférent. Chose certaine, on ne peut pas accuser les stylistes d'avoir copié qui que ce soit. En plus, dans sa seconde génération, cette voiture s'est améliorée tant au niveau de la qualité que des performances. La première mouture était correcte, mais celle-ci est supérieure à tous les points de vue.

L’histoire de cette famille a débuté par la berline qui s'est méritée beaucoup d'éloges, pour être ensuite suivie par la version coupé qui se démarque par sa silhouette vraiment hors normes et par un habitacle lui aussi très relevé. Enfin, et c'est le modèle que je préfère, il y a la familiale qui permet de concilier confort, élégance, agrément de conduite et un caractère éminemment pratique en raison de sa configuration cinq portes.

Mais il y a encore mieux : les versions CTS-V. En effet, grâce au moteur V8 de 6,2 litres produisant 556 chevaux obtenus par la magie de la suralimentation, ces voitures permettent à Cadillac de se hisser au plus haut niveau de la catégorie et de se mesurer aux voitures Audi RS, BMW M et Mercedes-Benz AMG.

Nous avons eu la chance tout récemment de prendre le volant de la CTS-V familiale, une expérience qui nous a permis de joindre l'utile à l'agréable.

De la prestance à revendre

En général, ceux qui se procurent ce type de véhicule sont des gens qui n'aiment pas trop le clinquant, mais qui souhaitent tout de même informer leur entourage que la voiture qu’ils conduisent constitue une version spéciale. Cette différence peut se traduire, par exemple, par une grille de calandre exclusive, un écusson ou l'emplacement des tuyaux d'échappement. En ce qui concerne Cadillac et ses modèles V, ils démarquent par une grille de calandre de type Bentley qui est reprise sur la grille de la prise d’air. Ajoutez à cela des roues en alliage au design exclusif et le message est lancé : vous conduisez une voiture de performances. Pour ceux qui aiment ce genre de détails, notre voiture était dotée de pneus sport de 19 pouces montés sur des jantes en aluminium poli qui sont offertes en option. Cette présentation spéciale vient s'ajouter à une silhouette en angles aigus qui donne à cette familiale les allures d’une voiture hors norme capable de performances spectaculaires. Sa silhouette ne fait certainement pas l'unanimité, mais elle devrait plaire aux personnes qui aiment les voitures d'exception.

Soulignons au passage que cette voiture est pratique avec une soute à bagages d'une capacité de 720 litres. Ces chiffres augmentent à 1642 litres lorsque le dossier arrière est abaissé. Soulignons la présence de rails d’ancrage en aluminium insérés dans le plancher, ce qui ajoute au caractère utilitaire de cette voiture.

Auparavant, le tableau de bord et l'habitacle d'une Cadillac ressemblaient à celui d’une Chevrolet pimpée. Les choses ont beaucoup changé. Maintenant, le conducteur prend place dans un siège sport fabriqué par Recaro et manipule  un volant dont le boudin de bonne dimension est garni de suède afin d'optimiser la prise. En outre, le tableau de bord est original, complet, pratique et les stylistes ont bien agencé le cuir noir, les pièces en aluminium et les appliqués en carbone, du moins sur notre voiture d’essai. De plus, sur les rayons horizontaux du volant, on retrouve des commandes de la radio, du régulateur de vitesse et de la téléphonie. Soulignons au passage que la qualité de la finition et des matériaux est égale à la majorité des modèles concurrents. Toutefois, si les places avant sont spacieuses et confortables, les occupants des places arrière sont beaucoup plus à l’étroit.

Accrochez-vous, ça déménage!

Peu importe le type de carrosserie, tous les CTS-V sont propulsés par un moteur V8 de 6,2 litres produisant 556 chevaux. Il est possible de commander ces modèles avec une boîte manuelle Tremec à six rapports ou encore une boîte automatique offrant le même nombre de vitesses dotée de boutons de passage des rapports placés derrière le volant. Contrairement au modèle équipé de moteurs moins puissants, il est impossible de commander une version « V » avec une transmission intégrale. Bien entendu, la suspension est indépendante aux quatre roues. Mais il faut préciser davantage. Notre familiale était dotée d'une suspension dotée d'amortisseurs magnétiques dont le réglage peut varier jusqu'à 1000 fois par seconde. De plus, le système de freinage a été réalisé par la marque légendaire Brembo qui a conçu des étriers à six pistons à l'avant et quatre pistons à l'arrière pour optimiser la capacité de freinage.

Mais on oublie rapidement cette débauche d'information et de détail lorsqu'on lance le moteur. Sa sonorité n'est pas aussi gutturale qu’on serait porté à le croire pour un moteur V8 de cette cylindrée, mais le compresseur placé entre les deux rangées de cylindres contribue à cette différenciation sonore. Notre modèle d'essai était doté de la boîte automatique à six rapports dont l'étagement est bien adapté. De plus, les changements de vitesse, grâce à l'utilisation des pastilles, s'effectuent rapidement et on croirait avoir une transmission automatique à double embrayage.

À l’essai!

Bien assis dans un très confortable siège Recaro qui se règle de multiples façons, nous lançons le moteur et prenons la route. La suspension magnétique se révèle agréable, malgré des réglages sport pour une voiture dont les performances sont… plus que sportives! Nous avons réussi à boucler le traditionnel 0-100 km/h en 4,4 secondes. Avouez que c'est étonnant de la part d’une voiture dont la carrosserie est à vocation pratique. Mais justement, une familiale possède un toit très long, qui a un effet très positif sur à l'aérodynamisme de la voiture. En ligne droite, cette Caddy est d’une stabilité fort impressionnante tandis que sa vitesse de pointe est légèrement supérieure à celle de la berline. Quant aux dimensions, si vous avez peur que cette configuration soit encombrante, sachez que la familiale est plus courte que la berline.

En ce qui a trait à la tenue de route elle-même, la voiture se révèle spectaculairement neutre en virage et facile à placer grâce à la précision de la direction à assistance variable. Et si jamais vous avez accès à une aire d'essai dynamique assez grand pour effectuer une telle manœuvre, il est facile de contrôler les dérapages. Et si jamais les choses se gâtent, les freins Brembo sont très puissants. Lors de tests effectués à répétition, notre moyenne a été de 35 mètres pour le 100-0 km/h.

Bref, cette Cadillac est une voiture hors normes, capable d'impressionner le plus blasé des conducteurs. Et s’il s'agit d'un modèle rarissime, c’est que la plupart des familiales dotées d'un tempérament sportif jouissent d'une popularité tout aussi rarissime et ce, peu importe le constructeur. Personnellement, c'est le modèle que j'apprécie le plus, n'en déplaise aux amateurs de coupé ou de berline. J’ai été en mesure de voyager avec mes chiens Flash et Gordon qui ont bien apprécié la soute à bagages. Pour ma part, je me suis amusé au volant de cette Cadillac. À part le prix assez corsé — pour ne pas dire très corsé —, le seul autre bémol, c’est la consommation d’essence : ce moteur d'anthologie engloutit en moyenne 15,6 L/100 km.

Mais je vous le dis, le jeu en vaut la chandelle.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

BlogueQuelle voiture voulez-vous pour Noël?
L’amateur de voitures ne désire pas de bébelles. Même s’il a l’air content de déballer un balai à neige ou une horloge Mopar, en réalité, ce qu’il veut c’est une vraie voiture. Heureusement, tous les gouts sont dans la nature, ce qui donne énormément de latitude à l’être cher pour …
Commentaires