Ford Explorer Limited 2011, traction et tractations au royaume des bleuets

La mission était simple: rouler vers Saguenay (que je ne suis pas le seul à toujours appeler Chicoutimi) pour assister aux célébrations de fin d’études de notre fils et ramener du même coup tout son barda à la maison. Les quelques meubles, les nombreuses boîtes (ou sacs de plastique), le xBox, la moto de sentier et fiston lui-même.

De son côté, licence de pilote professionnel en poche après trois années d’études au C.Q.F.A. (Centre québécois de formation aéronautique), Théo nous a fait voir le pays du haut des airs dans les aéronefs jaune et rouge de l’école. Dans un ciel parfaitement bleu, nous avons survolé la pointe du Lac Saint-Jean, le majestueux fjord du Saguenay, la statue toute pâle de Marie au Cap-Trinité et la piste d’atterrissage aménagée par les Raëliens pour accueillir les extraterrestres. Non, je ne blague pas, contrairement à ces illuminés.

Ce périple s’est transformé en essai hors du commun et plus tard en aventure, parce que j’ai voulu tout ramener en un seul voyage. Avec une petite remorque, il aurait fallu un autre aller-retour pour ramener la moto avec la Focus familiale et ma vieille remorque de moto. Un gaspillage de temps et d’essence.

J’ai donc accepté volontiers d’emprunter la remorque fermée toute neuve que venait de s’offrir mon frère. Avec cette longue boîte d’aluminium qui fait 7 pieds sur 14 (ou 2,13 par 4,26 mètres si vous préférez) et roule sur deux essieux, le voyage unique devenait possible.

Deuxième choix au repêchage

Restait à trouver le bon véhicule pour tracter un tel morceau. Par coïncidence, j’ai déplacé la remorque neuve une première fois avec la grande camionnette Ford F-150 équipée du moteur V6 Ecoboost que j’essayais cette semaine là. Elle l’a évidemment transportée sans le moindre effort et aurait été parfaite pour notre voyage mais elle était déjà réservée pour un autre collègue, sans doute.

Je me suis retrouvé plutôt avec un Ford Explorer Limited. C’était l’occasion parfaite de découvrir comment se débrouille le nouveau modèle à caisse autoporteuse dans de telles conditions. Après tout, son ancêtre à châssis séparé a tracté des milliers de roulottes et de remorques de toutes les tailles et de toutes les sortes, partout en Amérique pendant deux décennies.

Il fallait évidemment qu’il soit doté du ‘groupe remorquage’ de Classe 3, une option de 500 $ qui comprend une poutre de fixation pour l’attelage, des crochets pour les chaînes de sécurité et des prises pour les feux de la remorque. La capacité de remorquage passe également de 907 à 2 268 kg, donc de 2 000 à 5 000 livres ou d’une tonne à deux tonnes et demie, si vous préférez.

Cette remorque pèse environ 840 kg et son poids nominal brut (PNBV) est de 3 175 kg mais notre charge allait être largement inférieure au maximum permis de 2 331 kg. Je ne me suis donc pas inquiété du fait que l’Explorer ne soit pas équipé de la prise et du contrôleur pour les freins électriques de la remorque. En plus de verrouiller l’attelage avec un cadenas, d’accrocher les grosses chaînes de sécurité en croisé et de brancher les feux, j’ai pris soin d’attacher le filin métallique qui appliquerait les freins si la remorque se détachait pour l’empêcher de capoter.

Toujours une histoire de couple

Libre de toute charge ou attache, l’Explorer Limited boucle le 0-100 km/h en 9,43 secondes. À titre de comparaison, armé du V6 EcoBoost optionnel à double turbo qui produit 355 chevaux pour la même cylindrée de 3,5 litres, le Ford Flex Limited atteint 100 km/h en 6,95 secondes. Ce cousin de l’Explorer est construit sur la même architecture et plus léger de seulement une quarantaine de kilos.

Le moteur atmosphérique de l’Explorer produit 291 chevaux à 6 500 tr/min et l’Ecoboost du Flex 355 chevaux à 5 700 tr/min mais la différence la plus marquante entre ces deux V6 de 3,5 litres est évidemment leur couple maximum. Il est de 255 lb-pi à 4 000 tr/min pour l’Explorer et de 350 lb-pi à 3 500 tr/min pour le Flex. Et la différence est encore plus évidente en conduite. Je souhaitais déjà que Ford offre ce V6 Ecoboost au nouvel Explorer dans les pages du dernier Guide de l’auto mais je suis maintenant convaincu de sa nécessité, preuves à l’appui.

Chose certaine, le pauvre V6 de l’Explorer a trimé dur en tractant notre remorque. Surtout en traversant le Parc des Laurentides par la route 173, surnommée ‘boulevard Talbot’. Sur ce ruban d’asphalte de 200 kilomètres truffé de grandes côtes qui mène de Québec à Chicoutimi, j’ai utilisé abondamment le mode manuel pour maintenir le V6 sur le bon rapport et au bon régime dans les montées. Mais pourquoi faut-il appuyer sur un bouton et placer le sélecteur en mode M au lieu de simplement le glisser de côté comme chez presque tous les autres constructeurs?

Plut tôt, sur l’autoroute 20, l’Explorer avait maintenu assez facilement la moyenne de 110 km/h, sa boîte automatique toujours placée sur le mode remorquage (tow/haul) pour éviter les changements de rapports superflus et favoriser le refroidissement. La consommation s’est chiffrée très exactement à 40 litres pour les premiers 200 kilomètres, soit une moyenne de 20 L/100 km sur cette autoroute assez plate, dans tous les sens du terme. Curieusement, la moyenne a été encore meilleure pour le trajet Québec-Chicoutimi, soit 19,4 L/100 km. Peut-être parce que nous avons roulé un peu moins vite en moyenne.

De bons outils mais pas tous

Cette consommation n’est pas mauvaise pour une remorque de près d’une tonne qui déborde d’environ 30 cm de chaque côté et de 60 cm en hauteur, sans carénage pour réduire la traînée aérodynamique. Parlons-en, d’ailleurs, de sa largeur. Plus jamais je ne tracterai une remorque de cette taille sans rétroviseurs à la fois plus grands et montés plus loin vers l’extérieur, comme ceux des grandes camionnettes. Avec les trop petits rétroviseurs de l’Explorer, je ne voyais presque rien de ce qui se passait derrière et arrivais difficilement à juger la trajectoire de la remorque en virage serré.

J’ai par contre grandement apprécié la caméra de marche arrière et ses repères visuels mobiles. Particulièrement le pointillé noir qui permet d’aligner avec précision l’attelage du camion et la tige de la remorque. Ceux et celles qui font cet exercice à l’aveugle depuis la nuit des temps vont dire alléluia avec moi.

Il est plutôt agaçant, par contre, de devoir désactiver le sonar à chaque bout en marche arrière lorsque la remorque est attelée. Surtout qu’on doit le faire dans un des nombreux menus auxquels on accède avec les commandes au volant au lieu de le maintenir désactivé en appuyant sur un bouton comme chez les rivaux.

En chemin, c’était le bonheur à bord. Dès les premiers instants j’ai été impressionné par la finition, la qualité des matériaux dans l’habitacle et l’agencement des textures et des couleurs. Nous avons tous apprécié l’espace et le bon confort des sièges, même sur un trajet de plus de cinq cent kilomètres. Autres sujets de réjouissances; des portières qui se déverrouillent en effleurant simplement la poignée, des sièges séparés à la troisième rangée qui se déploient et se replient en appuyant sur des boutons et un grand hayon qui fait pareil juste derrière.

Points de suspension

Après avoir visité le C.Q.F.A. à St-Honoré et sillonné les rues de Chicoutimi pour récupérer le plus gros du matériel à ramener, une surprise m’attendait une fois l’Explorer et la remorque garés en lieu sûr derrière l’hôtel. En jetant un dernier coup d’œil, j’ai remarqué des pièces métalliques qui pendent à la verticale entre les deux roues du côté droit.

En y regardant de plus près je constate que le boulon qui fixe le ressort à lames de la roue avant au balancier qui le relie à celui de la roue arrière est disparu. Le bout du ressort avant pend dans le vide et le ressort arrière est appuyé sur le longeron du châssis. J’ai vérifié soigneusement le serrage des boulons des roues et les pressions des pneus avant le départ mais jamais je n’aurais pensé devoir faire de même pour les pièces de suspension d’une remorque pratiquement neuve.

On est alors samedi soir, tout est fermé et le banquet des finissants débute dans une heure. Rien à faire le soir même mais très tôt le lendemain je me glisse sous la remorque pour vite constater que plusieurs écrous de la suspension sont près de lâcher. Je n’en reviens pas et préfère ne pas imaginer ce qui aurait pu arriver si nous avions pris la route avec la remorque dans cet état.

C’est dimanche matin à Chicoutimi. Je cherche un mécanicien et tout est fermé. Ou presque. Après deux tentatives on me suggère l’atelier d’entretien chez Wal-Mart sur le boulevard Talbot. J’explique mon affaire aux trois jeunes mécanos qui acceptent de nous dépanner.

Pendant que je pars chercher un boulon neuf, Jean-Philippe Gauthier démonte les quatre roues et resserre soigneusement tous les écrous de la suspension. Il installe ensuite le boulon que j’ai trouvé. Ce n’est pas exactement le bon type mais avec un peu de scellant caoutchouc, ça va tenir le temps de rentrer. Nous sommes sauvés, rien de moins.

Épilogue tranquille

Le trajet de retour à quatre passagers, camion et remorque bien chargés, se fait sans histoire. Ce qui me convient parfaitement dans les circonstances. La moyenne de consommation pour le retour est de 20.73 L/100 km et de 19.56 L/100 km pour les 1 340 kilomètres du voyage en entier.

Ce n’est pas mauvais pour une telle charge mais je suis vraiment curieux de voir quelle serait la consommation d’un Explorer avec le V6 Ecoboost sur un trajet identique. Parce que Ford va certainement annoncer bientôt la disponibilité de ce moteur. Simple logique.

Et comme pour couronner cette aventure, j’ai aidé mon frère à transporter sa Smart malade chez le concessionnaire dans la remorque neuve. Vous savez, celle dont les boulons de suspension sont maintenant impeccablement serrés.

Partager sur Facebook
Commentaires