MINI Cooper / Countryman 2011: Quatre, comme les Beatles…

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Tout comme les Beatles qui étaient quatre, la gamme des Mini s’enrichit en 2011 d’un quatrième modèle appelé Countryman dont l’identité est marquée du chiffre 4. C’est la première Mini qui fait quatre mètres en longueur, la première à être dotée de quatre portières et de quatre sièges baquets, et c’est surtout la première Mini qui offre la traction intégrale en option.

Bien qu’elle soit plus longue, plus large et plus haute que les Cooper et Clubman, le style de la Countryman est « pur Mini », et comme la voiture elle-même demeure plus courte qu’une Volkswagen Golf, cela en fait une Mini plus grande et plus spacieuse, sans toutefois être géante.  Alors que l’espace intérieur et le volume de chargement sont de format réduit sur la Cooper, la Countryman peut accueillir quatre adultes confortablement tout en transportant 350 litres de bagages.  Les deux sièges arrière, qui sont montés sur des rails, peuvent être avancés ou reculés sur une plage de 13 centimètres et peuvent être repliés afin d’augmenter le volume de chargement à 1 170 litres. La Countryman innove avec son ingénieux rail central qui court entre les sièges de gauche et ceux de droite, et sur lequel plusieurs accessoires comme un iPod ou un boîtier à lunettes peuvent être fixés. De plus, il est possible de commander une chaîne audio de qualité supérieure de même que des interfaces permettant l’intégration complète d’un iPhone ou d’autres téléphones intelligents en option.

L’attrait de l’intégrale

Voilà pour l’allure, mais qu’en est-il de la conduite ? Lors du lancement de cette nouvelle version de la Mini, seuls des modèles Countryman S à traction intégrale étaient disponibles, aussi, nos impressions de conduite se limitent-elles particulièrement à ce modèle. Celui-ci est animé par le moteur 4 cylindres de 1,6 litre dont la puissance est gonflée à 184 chevaux par le turbocompresseur qui comporte deux entrées distinctes (TwinScroll), et par l’adoption de l’injection directe de carburant de même que le calage variable des soupapes d’admission et d’échappement. Au décollage, la Countryman accélère avec aplomb et enthousiasme, mais pas à l’emporte-pièce. Le sprint de 0 à 100 kilomètres/heure se fait en 7,6 secondes, ce qui s’explique par son poids de 1 380 kilos, soit environ 250 de plus que la Cooper de base. Aussi, l’entrée en action du rouage intégral a pour effet d’éliminer tout patinage des roues avant en transférant le couple aux roues arrière, rendant ainsi la voiture plus stable mais moins nerveuse en accélération initiale que la Cooper S à traction avant. En virage, la Countryman fait preuve d’un peu plus de roulis et ses suspensions paraissent plus souples que celles de la Cooper S.
La direction semble également plus lente que sur les autres variantes de la Mini. Résulta : la sensation au volant est celle d’une voiture qui fait un peu moins go-kart que la Cooper S et qui est plus stable en toutes conditions, mais qui conserve l’agrément de conduite faisant le charme de la Cooper. En conduite hors route pas trop intense sur une surface comme le sable ou la terre, il est même possible d’induire un léger survirage en sortie de courbe en accélération franche, pourvu que l’on ait pris soin de désactiver le système de contrôle électronique de la stabilité au préalable.

La Mini Countryman se pointera chez nous au printemps 2011 en trois modèles : la Countryman à traction avant, la Countryman S à traction avant et la Countryman S avec le rouage intégral ALL4 offert en option. Au moment d’écrire ces lignes, aucune information n’était disponible quant à l’échelle de prix de la Countryman qui devrait être plus chère que la Clubman et même se rapprocher de la Cabriolet.  Il faut également s’attendre à ce que la liste d’options et de groupes d’options soit aussi longue que celle des autres modèles de la marque, permettant ainsi des possibilités presque illimitées en ce qui a trait à la personnalisation.

Avec le côté pratique rehaussé par la présence de quatre portières et la disponibilité du rouage intégral, il est clair que la Countryman permet de rejoindre plus directement une partie de la clientèle qui a été séduite par le style ravageur de la Mini mais qui n’a pas choisi cette voiture pour des considérations pratiques. La Countryman S à traction intégrale peut donc s’imposer comme une voiture utilisable tous les jours et en toutes saisons, mais le prix sera le facteur clé qui déterminera si la Countryman augmentera ou non les ventes de la marque au Canada.

Et les autres…

Pour 2011, tous les modèles de la gamme Mini reçoivent un nouveau pare-chocs avant, conçu pour satisfaire les nouvelles normes européennes limitant les blessures infligées aux piétons en cas d’impact. Des changements ont également été apportés aux phares et aux feux, alors que le pare-chocs arrière a lui aussi fait l’objet de retouches. Un nouveau système multimédia appelé MINI Connected sera offert en option et permettra aux utilisateurs de l’iPhone de syntoniser la radio sur Internet et d’utiliser Google, Facebook et Twitter par l’interface de l’écran central, mais pas tout en conduisant, du moins on l’espère…

Parmi les quatre modèles qui composent la gamme des Mini, les Clubman et Countryman s’imposent pour ceux qui recherchent une voiture capable de répondre à tous leurs besoins.

Feu vert

Moteur performant (S)
Rouage intégral
(Countryman S)
Habitabilité en progrès
(Clubman et Countryman)
Conduite inspirée

Feu rouge

Prix élevés
Coût des options
Volume d’espace intérieur
(Cooper et Cabriolet)
Puissance moteur
(modèles de base)

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisMini Countryman 2011, l'esprit de la Mini est-il préservé?
Mini, qui appartient à BMW, ne cesse de nous étonner! Après la Mini Cooper, on a eu droit à la Mini Cooper décapotable, à la Mini Cooper S, à la Mini Cooper John Cooper Works, à la Mini Clubman et, enfin, à la Mini Cooper Countryman. Et il ne faudrait …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires