Mercedes-Benz Classe CLS 2011: Succès sans conteste

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

La nouvelle version de la CLS a été dévoilée au Salon de Paris en septembre 2010 et la CLS 63 AMG arrivera sur le marché canadien au cours de l’été 2011 et devrait théoriquement devancer la version « ordinaire » de la CLS 550 dotée d’un moteur V8 également mais développant environ 100 chevaux de moins.

L’élégance de retour

La première version de la CLS faisait tourner les têtes en raison de sa silhouette excessivement raffinée qui en a fait un classique instantané. Cette nouvelle version est tout aussi élégante, car on a conservé ce qui la départageait des autres berlines quatre portes, à savoir sa ligne de toit fuyante qui lui octroie cette silhouette si caractéristique.

La partie avant et la grille de calandre sont inspirées de la spectaculaire voiture sport SLS. Il suffit d'examiner les deux modèles pour se rendre compte que c'est passablement vrai. De plus, pour donner un peu plus de caractère à la silhouette latérale, des prises d’air chromées sur les ailes avant mettent en relief la paroi de la voiture qui est légèrement concave afin d'amincir la taille et créer un effet de dynamisme qui est naturellement accentué par des passages de roue bombés.

La partie arrière pourrait être qualifiée de trop discrète si ce n'était de la présence des feux de freinage de forme oblongue qui ont pour effet d'allonger la perception visuelle de la voiture tout en servant de balises au couvercle du coffre. En plus, sur celui-ci, on a apposé un petit becquet qui est non seulement fonctionnel, mais qui ajoute ce petit quelque chose qui fait la différence et donne plus de caractère à la voiture.

Le tableau de bord est stylisé alors que les designers ont bien agencé l'utilisation du cuir noir, de l'aluminium brossé et des appliques de diverses couleurs, selon le choix du client. Les commandes ne sont pas toujours instinctives, mais il ne faut pas beaucoup de temps pour s'y retrouver. Le système de navigation est simple, efficace et il est configurable de multiples façons.

Les sièges du conducteur et du passager sont très confortables en plus de fournir un excellent support latéral. Il faut également souligner que dans le coffre, sous la tablette arrière, on retrouve une petite plate-forme appelée Easy Pack, laquelle se déploie très facilement et dont le fond est mobile. Il est donc possible d'adapter sa profondeur à la dimension des objets qu'on veut y déposer. C'est génial!

Deux moteurs

La CLS propose deux moteurs. Le modèle CLS 550 est lui aussi propulsé par un moteur V8, mais la cylindrée de celui-ci est de 4,6 litres au lieu de 5,5 litres comme son appellation nous porterait à croire. Si vous voulez mon avis, les mathématiques allemandes, c’est « confusant ». Ce moteur turbo produit 402 chevaux et sera associé au rouage 4Matic. Mais le moteur d’exception sur la CLS est un tout nouveau V8 dont la cylindrée est de 5,5 litres et qui génère la bagatelle de 518 chevaux et 516 lb-pi de couple dans la version « ordinaire ». La version plus musclée voit sa puissance portée à 550 chevaux et 590 lb-pi de couple en raison d’une nouvelle puce de gestion du moteur!

Mais peu importe le moulin, on bénéficie du même nombre de rapports soit sept. Par contre, le modèle AMG propose une boîte Speedshift à sept vitesses et six embrayages permettant ainsi des changements de vitesse très rapides. Il est possible de régler cette boîte automatique en cinq modes : Confort, Sport, Sport+, Manuel et Départ course. Toute cette cavalerie permet de boucler le traditionnel 0-100 km/h en 4,4 secondes et en 4,3 secondes si vous choisissez le moteur plus puissant. Dans ce dernier cas, c'est surtout la vitesse de pointe qui est illimitée et qui dépasse les 300 km/h et non pas les accélérations qui demeurent sensiblement les mêmes que celles du moteur de 518 chevaux. Parmi les autres options en mesure d'intéresser les conducteurs sportifs, il y a les freins en céramique qui peuvent être commandés individuellement.

Tout un « char »!

La première chose que l'on remarque lorsqu’on prend le volant de la CLS 63, c'est la sonorité de son moteur. C’est simplement de la musique aux oreilles des amateurs du genre. Selon les réglages de la suspension et de la transmission, il est possible de régler cette berline en paisible citadine ou en bête féroce capable d'avaler la piste. Cette voiture est aussi polyvalente que ça! Et grâce au système Start & go du moteur, la moyenne annoncée est de 9,9 litres aux 100 km.

Conduire une telle bagnole, c'est être au paradis de l’automobiliste. Elle accélère comme une fusée, ses freinages sont impressionnants tandis que la direction est à la fois précise et d'une assistance fort bien dosée. Mais si les freins sont puissants, ils sont difficiles à moduler et il faut y aller mollo car ils ont tendance à entrer en action très, très rapidement, ce qui devient agaçant. Parlant de confort, les places arrière sont spacieuses pour la plupart des gabarits. Par contre, il faut toujours avoir une certaine souplesse pour pouvoir monter à bord.

Somme toute, c'est une opération réussie de la part du constructeur de Stuttgart. La version 63 AMG nous propose un amalgame unique de confort, de performances, de tenue de route et de prestige. Et la CLS 550 n’est pas trop loin derrière et elle possède le rouage intégral.

Feu vert

Silhouette élégante
Moteurs performants
Boîte auto 7 rapports
Excellente routière
Mécanique sophistiquée

Feux rouge

Prix élevé
Accès aux places arrière difficile
Visibilité arrière
Fiabilité inégale
Multiples systèmes complexes

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires