Mazda3 2011: De tout pour tous

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Elle arbore fièrement une calandre en forme de sourire, qui plaît ou non, selon le regard de l’acheteur, mais c’est indéniablement avec le sourire aux lèvres que l’on conduit la Mazda3 qui est « la plus germanique des nippones » avec sa tenue de route performante et ses motorisations efficaces. Malgré une consommation plus élevée que certaines rivales, la Mazda3 s’impose comme la référence de la catégorie des compactes.

Renouvelée l’an dernier, la Mazda3 n’a mérité rien de moins que le titre de Voiture de l’année du Guide de l’Auto 2010. Voilà qui en dit long sur les qualités intrinsèques de cette compacte proposée en version berline conventionnelle ou en modèle à 5 portes plus polyvalent. Une version survitaminée étant également au programme avec la MazdaSpeed3, c’est donc une gamme complète et étendue qui est présentée à l’acheteur par le constructeur japonais.

Un modèle de base moins dépouillé

Pour l’année-modèle 2011, Mazda Canada a apporté plusieurs changements en ce qui concerne la dotation de série des modèles de la Mazda3. Ainsi, la version GX, qui méritait vraiment son qualificatif de modèle de base auparavant, s’enrichit des systèmes électroniques de contrôle de la traction et de contrôle de la stabilité. La motorisation demeure inchangée avec le 4 cylindres de 2,0 litres, dont la puissance est adéquate avec ses 148 chevaux et dont la consommation est plus raisonnable que celle des modèles équipés du moteur 4 cylindres de 2,5 litres qui offre plus de puissance, mais qui a également une consommation nettement plus élevée… L’essai d’une berline mue par ce moteur de 2,5 litres nous a valu une consommation moyenne supérieure à 10 litres aux 100 kilomètres, malgré sa boîte manuelle à six rapports.  Précisons de ce côté que le régime moteur était supérieur à 3 000 tours/minute en sixième à 120 kilomètres/heure sur l’autoroute, ce qui indique que Mazda aurait intérêt à revoir le rapport de la sixième vitesse afin qu’elle devienne une véritable surmultipliée bonifiant ainsi la consommation.

Le comportement routier de la Mazda3 est tout simplement excellent avec une tenue de route performante ce qui contribue grandement à assurer l’agrément de conduite. De ce côté, la Mazda3 marque des points par rapport à la Civic et la Corolla qui est aussi ennuyante à conduire que peut l’être une journée de pluie… Pour les automobilistes qui aiment conduire, la Mazda3 s’impose comme la référence de la catégorie avec son châssis très rigide et ses suspensions dont le tarage assure une bonne adhérence en virage.

Du côté de l’habitacle, la Mazda3 propose une planche de bord à deux paliers, mais l’écran logeant au palier supérieur et servant soit au système de navigation (pour les modèles qui en sont équipés) ou à la lecture des informations transmises par l’ordinateur de bord est trop petit pour être vraiment efficace. Le modèle à 5 portes, appelé Sport chez Mazda, offre une polyvalence accrue et se démarque de la berline grâce à son volume de chargement plus élevé ainsi que par un accès plus facile à l’espace de chargement, la berline étant pénalisée à cet égard par l’étroitesse de l’ouverture du coffre.

La MazdaSpeed3 : performante et chère

La version dopée aux stéroïdes qu’est la MazdaSpeed3 se distingue par ses performances, son niveau d’équipement et par son prix très élevé si on la compare à ses rivales directes que sont les Subaru Impreza WRX à rouage intégral ainsi qu’à la Volkswagen GTI. En effet, le prix de la MazdaSpeed3 est près des 33 000 dollars, ce qui s’explique par le fait que le modèle proposé aux acheteurs canadiens est très fortement équipé avec des sièges en cuir à commande électrique, une chaîne audio Bose à 10 haut-parleurs et un système de navigation (entre autres). Il s’agit là d’éléments qui ne sont pas essentiels pour une voiture à vocation sportive, et il est dommage que Mazda Canada ne soit pas en mesure d’offrir une version moins luxueuse de la MazdaSpeed3 aux acheteurs canadiens alors qu’un tel modèle existe aux États-Unis. Voilà qui permettrait aux amateurs de performances d’obtenir une voiture performante sans avoir à payer pour des équipements dont ils n’ont pas besoin.

Cela étant dit, c’est une véritable petite bombe que cette MazdaSpeed3 qui s’accroche à la route avec une ténacité remarquable sans trop pénaliser le confort.  La direction est à la fois vive et précise et c’est un véritable plaisir que de « piloter » la MazdaSpeed3, malgré un effet de couple toujours présent dans le volant qui fait en sorte que la voiture a tendance à louvoyer légèrement en accélération franche. En dépit de ce léger impair, la tenue de route sur pavé sec est carrément impressionnante. Toutefois, la MazdaSpeed3 ne propose pas un rouage intégral, ce qui la rend moins à l’aise en hiver, où une rivale comme la Subaru Impreza WRX excelle. À part le prix élevé, il faut également souligner que les primes d’assurances associées à ce modèle à vocation sportive seront nettement plus élevées que celles des modèles moins typés de la gamme des Mazda3.

Somme toute, la Mazda3 se démarque par son comportement routier exemplaire et le plaisir de conduire qui est au rendez-vous. À mon avis, le modèle Sport (hatchback) en version GS s’avère le choix avisé en raison de sa plus grande polyvalence et d’un rapport équipement/prix favorable si l’on demeure raisonnable lors du choix des options.

Feu vert

Moteurs performants
(2,0 et 2,5 litres)
Habitabilité et polyvalence
(Mazda 3 Sport)
Excellente tenue
de route (MazdaSpeed3)

Feu rouge

Consommation élevée
Écran de navigation petit
Prix élevé (MazdaSpeed3)
Coût des assurances
(MazdaSpeed3)
Absence de rouage intégral
(MazdaSpeed3)

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires