BMW X5 2011: La magie du diesel

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Après un essai prolongé de plus de 12 000 kilomètres, la consommation moyenne de notre BMW X5d s’est chiffrée à 10,6 litres aux 100 kilomètres, ce qui est un véritable exploit étant donné qu’il s’agit d’un sport-utilitaire de plus de deux tonnes et demie. Cette consommation remarquable représente une économie d’environ 30 % par rapport aux X5 animés par des moteurs à essence. De plus, le X5d n’est pas en reste côté performances, car son moteur développe un couple de 425 livres-pied, ce qui est largement supérieur à celui du V8 de 4,8 litres qui ne développe que 350 livres-pied. Bref, avec le X5d on bénéficie à la fois d’excellentes performances en accélération (7,5 secondes pour le 0-100 km/h) et en reprises, mais également d’une cote de consommation qui est égale à celle d’une berline intermédiaire conventionnelle. Il faut juste apprendre à composer avec le léger délai qui survient avant l’entrée en action des turbocompresseurs en accélération franche, et on obtient le meilleur des deux mondes.

La supériorité de la motorisation diesel pour ce type de véhicule ne faisant aucun doute, il est encore surprenant de constater que certains automobilistes optent pour un véhicule sport-utilitaire propulsé par un moteur à essence lorsque le même véhicule est disponible avec le diesel. Ajoutez à cela que le carburant diesel coûte en ce moment moins cher que l’essence ordinaire et on est gagnant sur presque toute la ligne. Le seul bémol que l’on peut relever au sujet du moteur diesel qui équipe le X5 est le fait qu’il est un peu plus bruyant, mais c’est là son seul handicap qui est largement compensé par ses points forts.

Et puisqu’il est question de points forts, le dynamisme relevé d’un cran par rapport à la concurrence directe fait du X5 le plus performant des VUS en conduite sportive avec le Cayenne de Porsche, le ML de Mercedes-Benz et le Q7 d’Audi, ces deux derniers ayant un comportement plus axé sur la conduite souple et le confort. Prendre une bretelle d’accès ou de sortie d’une autoroute, presque les seuls endroits où l’on peut se faire plaisir aujourd’hui, est toujours agréable au volant du X5d dont le train avant s’inscrit rapidement en courbe alors que le véhicule suit la trajectoire parfaite, même si notre véhicule d’essai n’était doté que des jantes de 18 pouces de série. En fait, notre X5d s’est avéré extrêmement stable et très agile malgré son gabarit et son poids imposants.

Au volant, il est rapidement facile de trouver une position de conduite efficace et confortable, grâce aux sièges grand confort qui équipaient notre véhicule d’essai et qui assuraient un maintien exemplaire, même en conduite sportive. Précisons également que le volant, télescopique et inclinable, ainsi que la présence d’un repose-pied bien dimensionné ajoutent à l’ergonomie du X5. La qualité de la finition intérieure s’est révélée excellente et le coup d’oeil est réussi avec la richesse de la sellerie de cuir Nevada de couleur Saddle Brown, sans parler de la qualité tactile de ce cuir, et le look également très riche des appliqués de bois en bambou foncé.

Le prix de base d’un X5d (au moment de notre essai) était de 62 800 $, mais celui avec lequel nous avons roulé comportait plusieurs ensembles d’options (Executive, Technology Package, Premium Package, Premium Sound Package), ce qui portait la facture à 74 800 $, mais rendait la vie à bord des plus agréables. Le toit ouvrant surdimensionné Panorama et les sièges chauffants, à l’avant comme à l’arrière, ont été particulièrement appréciés par les passagers. Par ailleurs, la cote de fiabilité s’est avérée parfaite, aucun problème ne s’étant manifesté lors de cet essai prolongé.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires