Lincoln MKZ 2011: La voiture de Sisyphe ?

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Vous ne connaissez pas Sisyphe ? Non, ce n’est pas un joueur de hockey roulant en Lincoln. Ce n’est pas non plus un chanteur rock scandinave !  C’est un personnage de la mythologie grecque qui a été condamné jusqu’à la fin des temps à pousser une grosse pierre sur une pente, et à recommencer sans cesse. Eh bien, il semble que jusqu’à maintenant, la MKZ connaît une carrière semblable, car les ingénieurs n’ont jamais cessé de la transformer année après année.

Cette berline intermédiaire a débuté comme Lincoln Zephyr en 2006 pour ensuite devenir la MKZ dès l’année suivante. Des changements divers ont suivi afin que celle-ci puisse être compétitive et en harmonie avec les autres membres de la famille Lincoln. Enfin, l’an dernier, elle a connu d’autres transformations avec une nouvelle partie avant, un arrière redessiné et un nouveau tableau de bord. De plus, l’équipement de série a été amélioré. Après tous ces changements, on semble satisfait chez Lincoln puisque ce modèle revient en 2011 sans aucune modification majeure. Mais s’il n’y a pas de changement important, il y a un ajout de taille : une version hybride !

Luxe et environnement

On ne doit pas être trop heureux chez Lexus de voir la MKZ finalement offerte en version hybride, car elle devient de facto la meilleure voiture hybride d’entrée de gamme parmi les voitures de luxe. Cette Lincoln utilise la plate-forme du Ford Fusion, et elle en emprunte la mécanique, ce qui est une bonne nouvelle. En effet, dans le cadre d’un match réalisé par le Guide de l’auto 2010, la Fusion avait surclassé toutes les autres hybrides inscrites à ce match, et de beaucoup.

Comme cette dernière, la MKZ hybride est propulsée par un moteur quatre cylindres de 2,5 litres de cycle Atkinson travaillant en harmonie avec un moteur électrique et produisant une puissance totale de 191 chevaux. Mais le plus important, c’est sa souplesse de fonctionnement.  En mode électrique seul, le véhicule peut rouler plus vite et plus loin que ce que propose la Lexus HS250h, sa concurrente directe. Pour le reste, le comportement routier et l’agrément de conduite sont également supérieurs à sa concurrente nippone.

Par ailleurs, la voiture partage la même silhouette et le même habitacle que la version à moteur thermique avec l’addition de cadrans indicateurs appropriés à la conduite d’un véhicule hybride.

Un air de famille

Si la MKZ a subi cette pléthore de changements au fil des années, ce fut en grande partie pour adapter sa présentation aux autres modèles Lincoln qui étaient commercialisés. Mais c’est souvent une illusion de croire qu’ils sont tous similaires. Ils ont une silhouette généralement semblable, mais les grilles de calandre diffèrent toutes, de même que les phares arrière. On est loin de chez Mercedes-Benz par exemple, alors que la grille de calandre et les phares arrière sont quasiment identiques d’une voiture à l’autre. Il semble que les designers nord-américains ne peuvent s’empêcher de finasser d’un modèle à l’autre. Malgré cette tendance au changement, c’est le statu quo cette année sur la Z. On retrouve donc la grille de calandre en forme de chute d’eau tandis que les jantes en alliage ressemblent plus ou moins à ce qui est proposé sur les autres Lincoln. Soulignons que la partie arrière est particulièrement élégante avec ses phares horizontaux placés dans la partie supérieure.

Mais de grâce, pourquoi s’entête-t-on chez Lincoln à conserver cet écusson vertical qui est non seulement anonyme, mais d’une grande laideur ? Je plains les stylistes qui doivent tenter de l’incorporer à leur design ! Soulignons au passage la qualité de l’habitacle en fait de matériaux et de finition. L’agencement des éléments de la planche de bord, des appliques de bois et des pièces métalliques est réussi.  Soulignons au passage que les cadrans indicateurs sont faciles à lire, tandis que l’écran d’affichage central est excellent. Quant au système Sync à commande vocale, il utilise cette année le programme Dragon Naturally Speaking de Nuance afin d’améliorer la reconnaissance vocale et, croyez-moi, ce n’est pas un luxe.

Oubliez la réputation

Quand on souffle le mot « Lincoln » à quelqu’un, il nous regarde souvent insulté et réplique : « Je ne suis pas si vieux et si ringard pour conduire une Lincoln ! Je ne veux pas non plus devenir chauffeur de taxi à l’aéroport ! » Cette réputation, Lincoln n’est pas près de s’en débarrasser. Et la direction de cette division n’a qu’elle à blâmer après des années d’incurie et de modèles minables. C’est dommage puisque la MKZ et tous les autres modèles de cette marque n’ont rien à voir avec les vestiges du passé. Non seulement sa qualité de fabrication est-elle exemplaire, mais elle est capable d’en imposer à la concurrence en raison de son équipement complet, de son luxe, de son silence de roulement et… de sa tenue de route. Et il ne s’agit pas d’une boutade. Je suis sérieux.

Cette voiture est en fait une Ford Fusion « pimpée » en Lincoln. Elle hérite donc des excellentes qualités routières de la Ford, de son agrément de conduite et de son moteur V6 de 3,5 litres bien adapté. Il ne faut pas oublier qu’elle est également offerte en version à transmission intégrale, ce qui est particulièrement apprécié dans certaines parties du pays.

Feu vert

Version hybride
Excellente tenue de route
Habitacle confortable
Insonorisation poussée
Équipement complet

Feu rouge

Image de marque
Système Sync parfois sourd
Écusson affreux
Places arrière moyennes

Partager sur Facebook
Commentaires