Ford Mustang 2011: Le retour du 5,0 litres !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

À l’époque où les coupés sport ont commencé à baisser en intérêt, Ford a décidé de persévérer en continuant d’offrir sa Mustang. À une époque où GM et Chrysler avaient retiré du marché la Camaro et la Challenger, Ford a décidé de persévérer en continuant d’offrir sa Mustang. Est-ce que la persévérance paie ? Très souvent ! Une décennie plus tard, il faut avouer que Ford a pris le bon pari, puisque la Mustang n’a pas cessé d’avoir du succès.

Proposée sur le marché depuis plus de 45 ans, la Mustang s’est écoulée à pas moins de 9 millions d’exemplaires au cours de ces années. Le plus beau, c’est qu’elle continue de soulever les passions après tout ce temps et qu’on en retrouve toujours bon nombre sur nos routes, tellement que GM et Chrysler ont ravivé leur « Pony car » histoire de profiter de l’engouement. Avec cette nouvelle concurrence, la Mustang a connu une année 2010 plus difficile, surtout en raison de la comparaison au chapitre des chiffres avec ses rivales.

Deux nouveaux moteurs, le retour du légendaire 5,0 litres !

Histoire de mieux rivaliser en 2011 et surtout d’apporter du nouveau, Ford revoit ses motorisations et propose des puissances à la hausse. La Mustang V6 devient donc pratiquement aussi puissante que l’ancienne GT grâce à son nouveau moteur de 3,7 litres développant 305 chevaux pour un couple de 280 lb pi. À 22 999 $ pour un coupé sport de 305 chevaux, qui dit mieux ? Voilà certainement une motorisation qui fera pencher les chiffres de vente vers la Mustang V6, puisque cette dernière devient une voiture drôlement performante, et non une Mustang uniquement abordable.

Par contre, la Mustang GT est loin d’être en reste pour 2011, puisque non seulement elle hérite d’un nouveau moteur, mais Ford en profite au passage pour raviver une appellation issue du passé. Eh oui, pour 2011, vous pourrez commander votre « Mustang 5,0 litres » grâce à l’arrivée d’un tout nouveau V8, de 5,0 litres bien entendu, ce dernier ne développant pas moins de 412 chevaux pour un couple de 390 lb-pi à 7 000 tr/min. Voilà qui permet à la Mustang de mieux rivaliser avec les versions performantes proposées par la compétition. Restons dans le positif puisque malgré cette hausse de puissance, la Mustang GT 2011 offre une consommation de carburant inférieure à l’ancienne grâce notamment à l’incorporation de la technologie de distribution variable indépendante (Ti-VCT) et à l’utilisation de matériaux plus légers dans la conception du moteur.

Histoire d’éclipser la compétition, vous pourrez toujours jeter votre dévolu sur la Mustang Shelby GT500, une véritable bombe dont le moteur V8 suralimenté de 5,4 litres développe un impressionnant 550 chevaux. Voilà une Mustang qui demeure toujours intimidante, sa puissance et son électronique limitée demandant une extrême vigilance.

Tout sur la mécanique, peu pour le style !

Du reste, la Mustang 2011 hérite de peu de changements à l’extérieur. On a revu le capot, ce qui lui va à ravir, mais l’arrière demeure fidèle à l’année modèle 2010, donc affligé d’un design que certains déplorent. Disons que les nouvelles motorisations ont de quoi éclipser ces quelques désagréments. Ford propose toutefois de nouvelles jantes qui rehaussent certainement le style de la voiture. Les roues font toujours une différence incroyable et cet élément a souvent été négligé dans le cas de la Mustang. Du reste, difficile de manquer les larges emblèmes 5.0 qu’arborent les flancs de la GT.

Au chapitre des déceptions, on remarque l’absence d’une colonne de direction télescopique, et oui, encore. Les places arrière conservent leur fonction utilitaire étant bien peu confortables.

Sur la route, la Mustang V6 hérite non seulement de performances plus enlevantes, mais les ingénieurs ont revu entièrement la suspension tout en améliorant la rigidité structurelle. On obtient une voiture bien balancée, capable de maîtriser la puissance supplémentaire. Bon point également pour la sonorité améliorée du moteur. Bien entendu, la GT s’avère plus brutale et sa puissance et son couple y sont pour beaucoup. Enfoncez l’accélérateur et vous sentirez le V8 libérer toute sa puissance, le tout avec une riche sonorité. Le seul élément négatif touche son essieu rigide qui, une fois de plus, laisse valser la voiture sur les bosses au lieu qu’on la sente clouée au bitume. Mais pour en revenir à la version à moteur V6, c’est toute une aubaine compte tenu de son prix et de ses performances. Ceci s’applique tout particulièrement à la version cabriolet.

Le freinage est aussi amélioré, mais la voiture est avantagée lorsqu’elle est équipée de l’ensemble Freinage de performance comprenant des freins Brembo. Bon point également pour la visibilité à bord qui demeure très bonne, surtout pour un coupé sport.

Il faut avouer que Ford à su répliquer à la compétition en proposant ces deux nouvelles motorisations, permettant ainsi à la Mustang de revenir à l’avant-plan. Si les gens du marketing chez Ford se sont fait damer le pion par ceux de GM donnant la vedette à la Camaro dans les films Transformer, le retour du 5,0 litres demeure un bon coup !

Feu vert

Nouveaux moteurs
plus modernes
Prix compétitif
Insonorisation en hausse
Puissance du V8

Feu rouge

Volant non télescopique
Places arrière symboliques
Habitacle trop sobre
Suspension arrière à
essieu rigide
Changements stylistiques
trop discrets

Partager sur Facebook
Commentaires