Kia Sorento 2011: Une heureuse évolution

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Tous les constructeurs automobiles doivent, de toute évidence, s’adapter aux fluctuations du marché. Il y a quelques années, le Sorento intéressait les acheteurs à la recherche d’un vrai 4X4 avec un châssis autonome et un rouage intégral traditionnel de type mécanique. Même si certains inconditionnels ne jurent toujours que par cette configuration mécanique, les temps ont changé et les clients potentiels sont à la recherche de plus de raffinement et de confort et veulent pouvoir compter sur un rouage intégral entièrement automatisé à contrôle électronique.  Le Sorento en est à sa troisième génération depuis son lancement en 2002 et cette nouvelle cuvée suit la tendance actuelle en fait de configuration mécanique.

Il faut souligner qu’en plus d’avoir subi une transformation complète de sa mécanique, ce Kia tout-terrain est assemblé à la toute nouvelle usine de Kia à West Point en Géorgie. De par ses dimensions, le Sorento rivalise principalement avec les Chevrolet Traverse, Ford Explorer, Jeep Grand Cherokee et Toyota 4Runner Par contre, son prix de détail suggéré le place entre les VUS compacts et les intermédiaires.

Mécanique moderne

La génération précédente du Sorento proposait une configuration mécanique assez traditionnelle avec l’utilisation d’un châssis à échelle. Cette approche permet d’obtenir un véhicule robuste, avec une plus grande capacité de remorquage. Par contre, au niveau de l’insonorisation et du confort, c’est nettement inférieur à une plate-forme monocoque. C’est donc cette dernière que les ingénieurs ont choisie afin d’améliorer la tenue de route et le confort. Ce changement a surtout un effet défavorable sur la capacité de remorquage qui passe de pratiquement 5 000 lb à 3 500 lb. Par contre, si vous voulez remorquer de plus lourdes charges et demeurer fidèle à ce constructeur coréen, il y a le Borrego dont la capacité de remorquage est de 5 000 lb.

La version précédente du Sorento avait bien vieilli sur le plan visuel et le style était dans la bonne moyenne. Mais depuis quelques années maintenant, le design fait partie des priorités de ce constructeur coréen, et les modèles élégants se succèdent. Le nouveau Sorento n’y fait pas exception. Il propose naturellement la nouvelle calandre qui est dorénavant la signature de la marque tandis que les phares antibrouillard, de série, complètent bien la partie inférieure. Les designers ont également réussi à bien agencer les lignes fluides de la caisse et la ceinture de caisse élevée qui s’harmonise assez bien avec une partie arrière plus carrée, accentuant le caractère pratique de ce VUS. Il faut également ajouter que les couleurs pâles rendent davantage justice à cette silhouette.

Le tableau de bord est assez conservateur, mais d’une élégance certaine. Les stylistes ont conservé la console centrale verticale, mais en l’accentuant par la présence de bandes verticales de chaque côté. On y retrouve l’écran de navigation pour les modèles qui en sont dotés. Dans l’ensemble, les commandes sont placées de façon logique tandis qu’un éclairage orangé la nuit assure une bonne lecture des cadrans indicateurs et des différentes touches et commandes. Des appliques noires apposées sur le tableau de bord et dans les portières ajoutent une touche de luxe. Soulignons au passage que la qualité des matériaux est améliorée, tout comme la finition.

L’habitabilité est bonne aux places avant et arrière. Il est possible de commander une troisième banquette optionnelle, mais comme dans la majorité des cas, l’espace convient à de jeunes enfants.  Une fois cette troisième rangée en place, l’espace pour les bagages est quasiment symbolique. Heureusement, ces sièges s’escamotent en un tournemain dans le plancher et permettent de bénéficier d’un excellent espace de chargement. Et chez Kia, on s’arrête aux détails. Les dossiers des sièges de la troisième rangée sont dotés d’appuie-tête qui se replient automatiquement lorsqu’on abaisse le dossier. C’est plus astucieux que d’avoir à enlever l’appuie-tête nous-mêmes et de ne plus savoir quoi faire avec par la suite.

L’embarras du choix

Afin de pouvoir répondre aux attentes des acheteurs désireux de se procurer ce modèle sans défoncer leur budget, Kia propose une version de base quand même bien équipée, et vendue pratiquement au prix d’un VUS compact. Ce modèle est propulsé par le même quatre cylindres qui équipe certaines versions de la Forte, soit un 2,4 litres développant 175 chevaux et un couple 169 lb-pi. Ce moteur est le seul à pouvoir être jumelé à une transmission manuelle à six rapports. Bien entendu, il est possible de commander en option une transmission automatique Steptronic à six rapports. Cette boîte manumatique est cependant la seule disponible si vous choisissez le rouage intégral, entièrement nouveau et nettement plus sophistiqué que le système 4X4 qu’il remplace. Ce mécanisme à prise constante répartit le couple aux quatre roues selon les besoins du moment, et le différentiel central peut être bloqué. Il est également équipé, de série, du contrôle électronique de stabilité, de l’antipatinage électronique, de l’assistance de démarrage en côte, du contrôle de la motricité en descente, et d’une protection anticapotage. Bref, comme avec le châssis monocoque, Kia a fait un pas de plus vers la modernité.

La transmission manuelle n’apporte pas grand-chose à la conduite et la plupart des acheteurs la choisiront sans doute pour des considérations économiques. Quant au moteur quatre cylindres, il est correct, mais sans plus, et il est à la hauteur si vous roulez avec peu de passagers et de bagages. Par contre, le six cylindres est en mesure de pouvoir affronter toutes les situations avec aplomb.

D’une cylindrée de 3,5 litres, ce moteur V6 développe 276 chevaux et un couple de 248 lb-pi. Il est d’une conception mécanique fort moderne et il ne craint pas les hauts régimes. D’ailleurs, il monte en régime avec beaucoup d’aisance. Les accélérations sont plus vigoureuses tandis que les manoeuvres de dépassement sont favorisées par le couple et la puissance plus que suffisants.

Du solide

La position de conduite est bonne tandis que la visibilité est supérieure à la moyenne de la catégorie bien que le large pilier C bloque la vision de trois quarts arrière. Notre véhicule d’essai était propulsé par le moteur V6 et le niveau sonore dans l’habitacle était très bas, preuve que la rigidité de la caisse et les produits insonorisants font leur travail. Au volant, on découvre une direction qui est précise, ce qui n’est pas toujours le cas pour un VUS. Cela témoigne d’ailleurs de la vocation plus citadine de ce Kia. Elle est également moins assistée que la plupart des autres VUS intermédiaires, ce qui plaira à certains et déplaira à d’autres. Son feedback de la route est par ailleurs légèrement supérieur à la moyenne ce qui est un élément positif aussi bien sur la route qu’en conduite en sentier. Quant à la tenue de route, elle est correcte et sans surprise. Comme tous les autres véhicules de cette catégorie, la suspension n’a pas été dessinée pour faire des tours de piste sur un circuit routier, mais la tenue de route est sans histoire. Le seul bémol sérieux est la fermeté de la suspension. C’est assez sec, mais on a l’impression en même temps d’être au volant d’un véhicule très solide. En effet, la suspension est ferme, mais ne nous secoue pas non plus.

Certains puristes regretteront le caractère moins baroudeur et plus sophistiqué de ce nouveau Sorento, mais ce sont les conditions du marché qui l’exigent. Sa silhouette moderne, ses deux moteurs de conception raffinée ainsi qu’un comportement routier sans surprise sont à inscrire dans la colonne des plus. Sur le plan négatif, sa suspension ferme ainsi qu’une troisième rangée de sièges peu pratique sont les éléments les plus fautifs. Toutefois, ce qui saura influencer favorablement la majorité, c’est le prix compétitif et un équipement de série très complet avec comme argument final une garantie de 5 ans/100 000 km.

Feu vert

Silhouette moderne
Choix de moteurs
Rouage intégral sophistiqué
Confort amélioré
Tenue de route équilibrée

 Feu rouge

Suspension ferme
Troisième rangée peu pratique
Pneumatiques à revoir
Fiabilité inconnue

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Questions des lecteursQue pensez-vous d'un Kia Sorento 2011?
Je regarde actuellement pour un Kia Sorento EX V6 2011 de 210 000 km. La personne en demande 8 500 $. Il est en très bon état, sauf la caméra de recul qui est défectueuse. Considérez-vous qu’il s’agit d’un bon choix et que le prix est juste? ------------------------------- Bonjour Michaël, …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires