Kia Forte 2011: Quelle belle voiture!

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Il n’y a pas si longtemps, il était pratiquement impossible de placer les mots Kia et élégance dans la même phrase. En effet, sauf exception, les voitures de ce constructeur coréen possédaient tout au plus une silhouette anonyme. Sans compter qu’il y avait pire, comme l’Amanti par exemple. Cependant, les temps ont changé et les nouveaux modèles dévoilés par Kia sont tous très réussis au chapitre de l’élégance et la Forte Koup n’y fait pas exception.

Cette version deux portes de la berline Forte est l’une des plus réussies de sa catégorie, mais encore faut-il que la mécanique et les performances soient à la hauteur du plumage !

Verdict unanime

Parfois, notre oeil est séduit par un modèle en particulier. On trouve ses lignes attrayantes au premier abord, puis l’on se rend compte par la suite être l’une des seules personnes à avoir cette opinion. Ce n’est pas le cas avec ce modèle. Tout au long de la semaine d’essai, les personnes rencontrées émettaient des commentaires flatteurs quant à la silhouette de la voiture. Avec sa ceinture de caisse haute, son toit fuyant, son devant quasiment intimidant grâce à sa grille de calandre noire, sa prise d’air massive également protégée par un grillage noir et les ouvertures béantes des phares antibrouillard, son impact visuel est très fort.  Le renflement des ailes avant, le bas de caisse en relief, les roues en alliage avec huit rayons contrastants, voilà autant d’éléments qui viennent renforcer cet effet. Sans oublier une partie arrière bien équilibrée avec un déflecteur intégré dans le couvercle du coffre. Voilà une voiture qui impressionne d’abord par son look.

Et l’habitacle n’est pas vilain non plus.

Une fois encore, les stylistes ont réussi à bien harmoniser les couleurs utilisées pour la planche de bord, notamment les éléments contrastants en aluminium. Par contre, le nombre de pièces utilisées pour réaliser le tableau de bord est assez élevé, ce qui risque à long terme d’être une source de bruits. Néanmoins, dans l’ensemble, la qualité des matériaux et de la finition est bonne.  

Le conducteur bénéficie d’une position de conduite relativement bonne et le volant, en raison de la grosseur de son boudin, se manipule bien. Les cadrans indicateurs sont très faciles à lire grâce à ses chiffres noirs sur fond blanc. L’indicateur de vitesse trône au centre et est flanqué du compte-tours à gauche et de la jauge de carburant à droite. Une console verticale, dominée sur sa partie supérieure par une montre numérique, accueille les commandes de la climatisation et du système audio. Comme sur toutes les Kia, les prises de raccordement pour lecteurs MP3 et clés USB sont de série.

Les places arrière seront jugées plus ou moins confortables par les occupants de taille moyenne. Ces derniers devront également être agiles pour s’installer, car l’accès à la banquette arrière exige une certaine souplesse.

Un choix logique

L’acheteur peut choisir entre deux moteurs. Celui de la version EX, le modèle le plus économique, est un quatre cylindres 2,0 litres produisant 156 chevaux et un couple de 144 lb-pi. Il est associé à une transmission manuelle à cinq rapports, tandis que la boîte automatique à quatre rapports est optionnelle.  

Les acheteurs à la recherche de performances un peu plus enlevantes, (notez bien les termes « un peu plus ») vont opter pour la SX propulsée par un moteur quatre cylindres de 2,4 litres d’une puissance de 173 chevaux et produisant 168 lb-pi de couple.  Ce moteur est couplé de série à une boîte manuelle à six rapports, alors qu’une transmission automatique à cinq rapports est disponible en option. C’est de loin le moteur à choisir. Il est quelque peu rugueux, mais il nous semble rudement solide.  

Comme sur presque tous les autres modèles de sa catégorie, la suspension avant est dotée de jambes de force de type MacPherson et la suspension arrière est à essieu rigide maintenu en place par des barres de torsion. Les deux versions sont munies de freins à disques aux quatre roues, mais la direction à crémaillère n’est pas à assistance variable.

La version SX à boîte manuelle en a déçu plusieurs en raison du manque de progressivité de l’embrayage et d’une tringlerie mal calibrée de la pédale d’accélération.  Ces deux facteurs nous privent d’un agrément de conduite. Par ailleurs, la boîte automatique à cinq rapports était correcte et nous a permis de mieux apprécier ce petit coupé au comportement routier acceptable. Il ne faut toutefois pas s’attendre à vous retrouver au volant d’une BMW. Il suffit d’ailleurs d’aborder une courbe avec une bonne vitesse pour se rendre compte du caractère sous-vireur de la voiture. Si la route est bosselée, le confort s’en ressent et la voiture a tendance à sautiller. En revanche, la solidité de la caisse est impressionnante.  

À part ces quelques irritants, cette voiture propose un rapport qualité/prix élevé, d’autant plus qu’elle est accompagnée d’une généreuse garantie. Pour plusieurs, sa silhouette fort réussie parviendra à faire oublier les quelques points qui sont à améliorer.

Feu vert

Silhouette élégante
Prix compétitifs
Moteur 2,4 litres
Tenue de route correcte
Caisse solide

Feu rouge

Boîte auto 4 rapports (EX)
Visibilité arrière
Pédale d’embrayage capricieuse
Valeur de revente inconnue

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires