Nissan Titan 2011: Un rôle de figuration

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Pas facile de se tailler une place au royaume des camionnettes pleine grandeur. Les constructeurs américains n’ont jamais rien concédé à la concurrence, se livrant eux-mêmes une bataille plus que féroce. Lancé en 2003 sous modèle 2004, le Nissan Titan n’a jamais réussi à réellement s’imposer dans son créneau et l’âge plus que vénérable de cette génération n’aidera certainement pas sa cause cette année. En fait, le Titan est la plus vieille des camionnettes actuellement sur le marché et les choses ne risquent pas de changer d’ici peu.

Malgré une incursion de la part de Toyota et Nissan dans ce segment, ce sont toujours les trois constructeurs américains qui dominent les ventes. La Série F s’est écoulée à près de 82 000 unités l’an passé au Canada, 74 000 unités pour le combo GMC Sierra et Chevrolet Silverado et finalement, un peu moins de 31 000 dans le cas du Dodge Ram. Toyota avec son Tundra suit avec des ventes d’un peu plus de 7 500 unités alors que Nissan ferme le bal avec des ventes inférieures à 1 400 unités. Voilà qui met les choses en perspective.

Une entente avortée

En fait, nous aurions pu dès cette année voir arriver une nouvelle génération du Nissan Titan puisque le constructeur avait conclu une entente avec Chrysler pour le développement et la production de sa nouvelle camionnette. Cependant, vu la situation financière de Chrysler et sa vente récente, l’entente a avorté. Nissan devra donc assumer seul la production du prochain Titan et la génération courante risque de s’étirer jusqu’en 2014, selon certains. Alors que Nissan vient de lancer une division commerciale, il serait étonnant que le constructeur cesse simplement la production du Titan. D’ailleurs, la prochaine génération devrait certainement profiter des éléments de cette nouvelle division.

Quoi qu’il en soit, le Titan nous revient et demeure pratiquement inchangé. Sans offrir autant de possibilités que la concurrence, le Titan prend tout de même forme sous plusieurs variantes intéressantes et surtout, populaires. Deux types de cabines sont proposés, Double et King Cab, alors qu’il existe trois longueurs de caisses. Comme plusieurs versions se distinguent par leur niveau d’équipement, on obtient un choix relativement complet.

Glouton, le moteur Sous le capot niche un seul moteur. C’est sans doute ici l’un des principaux éléments reprochés au Titan, le manque de choix au chapitre des motorisations. Il faut donc se rabattre sur le V8 de 5,6 litres, ce dernier développant une puissance de 317 chevaux pour un couple de 385 lb-pi. À l’époque, ce moulin livrait une puissance plus qu’intéressante, mais depuis, la concurrence a su se rattraper et déployer plus de puissance. Le constructeur aurait pu apporter un peu de nouveau en proposant son récent V8 de 5,6 litres, moteur que l’on retrouve à bord de l’Infiniti QX et qui offre une puissance de 400 chevaux pour un couple 413 lb-pi. Non seulement ce moteur est beaucoup plus moderne, mais il permet une meilleure économie de carburant grâce, notamment, au calage variable des soupapes et à l’injection directe. Voilà qui aurait été plus que bienvenu dans le cas du Titan car le moteur V8 actuel affiche une consommation titanesque. Difficile d’être sous les 16,0 L/100 km et ce chiffre est encore moins favorable lorsque le véhicule est chargé. La concurrence fait maintenant beaucoup mieux à ce chapitre. Le fait que le Titan dispose d’une boîte automatique à cinq rapports, au lieu de six, contribue aussi à cette consommation plus élevée.

Le Titan s’avère un outil de travail efficace. Son châssis à échelle entièrement cloisonné lui procure une excellente rigidité et sur ce point, il est supérieur au Toyota Tundra. On apprécie dans la caisse l’ensemble de rails, optionnel, permettant de bien arrimer les objets. Cependant, la concurrence a su innover au cours des dernières années en nous offrant plus de fonctionnalité.

Pour ce qui est des capacités, le Titan fait bonne figure puisqu’il pourra tirer une charge de 9 500 livres dans le cas de la version King Cab et de 9 300 livres pour la version à cabine double, ce qui se situe dans la moyenne. Le Ford F-150 continue de dominer dans ce domaine avec une capacité de 11 300 lb.

Lors de son introduction, Nissan a voulu attirer les acheteurs en misant sur la puissance et surtout, le style. Le Titan est massif et à sa vue, on le sent capable. Sa ceinture de caisse élevée, ses jantes de 18 pouces ou de 20 pouces, selon la version sélectionnée, ainsi que l’utilisation massive du chrome contribuent à donner au Titan une stature imposante. À l’intérieur, le véhicule profite du même traitement qu’à l’extérieur, alors que plusieurs éléments mettent bien en valeur sa robustesse. Que ce soit les larges appuie-bras, le tableau de bord ou la console centrale, tout y est pour donner un sentiment de puissance.

Force est d’admettre que le Titan demeure relégué à un rôle de figuration, du moins jusqu’à ce que Nissan nous présente une nouvelle génération. Des rumeurs veulent aussi que Nissan nous propose une gamme de type Heavy Duty, ce qui permettrait d’étendre la portée de sa camionnette et ainsi, rentabiliser encore plus l’opération. Une chose est certaine, il n’est pas facile de rivaliser avec les Américains dans ce segment.

Feu vert

Bonnes capacités
Plusieurs configurations offertes
Comportement civilisé
Bon diamètre de braquage

Feu rouge

Un seul moteur au menu
Consommation gargantuesque
Génération vieillissante

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires