Honda Ridgeline 2011: Toujours originale toujours pratique

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

La compagnie Honda a la réputation de ne pas faire les choses comme les autres que ce soit sur le plan du design ou de la mécanique. Par exemple, ce constructeur a toujours préconisé des moteurs de plus petites cylindrées tournant à un régime plus élevé que la moyenne. En outre, ses concepteurs ne se gênent pas pour nous proposer des designs à nul autre pareil. Le Ridgeline en est un bel exemple

En effet, la majorité des constructeurs, lorsque le temps est venu de se lancer sur le marché des camionnettes intermédiaires ou pleine grandeur, se sont contentés d’analyser ce que les meilleurs de la catégorie produisaient et de tenter de faire mieux. Dans le cas qui nous concerne, on a essayé d’améliorer le véhicule sans pour autant respecter les lois de la catégorie. Et vous savez, les résultats ont été surprenants.

Une structure d’automobile

Il n’est pas une camionnette qui se respecte qui ne possède pas un châssis autonome de type échelle afin d’offrir robustesse et rigidité. Pourtant, le Ridgeline se démarque avec un châssis intégré sur une structure autoporteuse. Un peu comme dans le cas du Jeep Grand Cherokee, on a intégré les longerons longitudinaux et transversaux sur une plate-forme monocoque pour obtenir le maximum de rigidité tant en flexion qu’en torsion. C’est d’une grande simplicité, mais encore fallait-il y penser. Cette approche technique a permis de réaliser un véhicule rigide et léger en plus de donner l’opportunité aux stylistes de concevoir une carrosserie unique en son genre. En effet, contrairement à toutes les autres camionnettes, la boîte arrière n’est pas simplement boulonnée sur les longerons du châssis, elle fait partie d’un ensemble complet. C’est ce qui donne sans doute cette silhouette si particulière que plusieurs trouvent iconoclaste et que d’autres trouvent très intéressante.

Mais ce n’est pas tout ! Le véhicule est doté d’une suspension indépendante aussi bien à l’avant qu’à l’arrière, une autre approche technique qui diffère totalement des solutions adoptées pour les autres camionnettes. Cette suspension arrière indépendante assure bien entendu une meilleure tenue de route et un confort supérieur, mais elle a également permis de placer un coffre de rangement pouvant être verrouillé sous le plancher de la caisse. Le panneau arrière peut se rabatte horizontalement comme sur toutes les camionnettes ou encore s’ouvrir vers le côté comme une grande portière. Cette caisse de chargement possède aussi des encoches permettant de transporter une motocyclette ou un VTT. Pour les chargements plus longs, un système d’extension de caisse intégré est de série.Chez Honda, on a pratiquement réinventé la camionnette !

Comme une automobile ?

Pour décrire le Ridgeline, on peut quasiment dire qu’il s’agit d’une camionnette pour les personnes qui n’ont pas besoin d’une vraie camionnette. Je m’explique. Ce véhicule s’adresse aux personnes qui ont besoin de temps à autre d’une caisse de chargement de capacité moyenne, d’une capacité de remorquage correcte et qui propose en plus un comportement routier tout au moins égal à celui d’un VUS. Bien entendu, l’habitacle doit être confortable et spacieux. Toutes ces caractéristiques, le Ridgeline les possède.

Et pour conclure sur cette originalité, le moteur V6 de 3,5 litres d’une puissance de 250 chevaux est en position transversale, une autre exception à la règle. De fait, ce rouage intégral est en mode de traction la plupart du temps, tandis que le couple est dirigé vers les roues arrière lorsque le système détecte une certaine perte d’adhérence des roues avant. Une seule transmission est au catalogue, il s’agit d’une boîte automatique à cinq rapports.

La position de conduite est bonne, le volant au moyeu triangulaire se prend bien en main et les cadrans indicateurs sont de lecture facile avec les chiffres blancs sur fond noir. Et ce n’est pas l’espace qui fait défaut aussi bien à l’avant qu’aux places arrière. On accède à celles-ci par une portière de bonne largeur et une fois en assis, c’est douillet. En fait, comparé à une Honda Accord, le Ridgeline possède de meilleures places arrière.

Donc, nous nous retrouvons au volant d’un véhicule polyvalent et confortable. Mais le plus intéressant dans tout ça, c’est la conduite de ce véhicule qui est vraiment supérieure à la moyenne de la catégorie. Tout d’abord, la suspension est bien calibrée et ne sautille pas sur mauvaise route, une caractéristique que l’on retrouve souvent sur les camionnettes lorsque celles-ci ne sont pas chargées. Ce n’est pas vraiment le cas du Ridgeline. Et en plus, la tenue de route est sans surprise. Finalement, le moteur est suffisamment puissant tandis que sa consommation de carburant est correcte, étant d’environ 14,1 litres aux 100 km. Bref, le Ridgeline est différent, mais d’un bel équilibre. Son seul défaut majeur, et encore faut-il pondérer, est sa silhouette différente qui a sa part de détracteurs, mais également une forte proportion d’admirateurs. Par ailleurs, plusieurs personnes qui ne trouvaient rien de positif à dire quant à la silhouette ont été conquises après avoir conduit le véhicule.

Feu vert

Polyvalence assurée
Bonne tenue de route
Habitacle confortable
Caisse de rangement

Feu rouge

Silhouette controversée
Capacité de remorquage un peu faible
Caisse relativement courte
Consommation de carburant moyenne

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires