Volvo XC60 2011: Élégance, polyvalence et sécurité

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Les temps ont beaucoup changé pour la compagnie Volvo. Jadis exclusivement suédoise, elle a ensuite été acquise par le constructeur américain Ford avant que le Chinois Geely en devienne propriétaire. De plus, au fil des années, les véhicules Volvo ont connu une escalade des prix et une montée de catégorie. Autrefois un peu plus chers qu’une berline intermédiaire d’origine nord-américaine, les produits suédois sont venus s’attaquer au marché réservé à des marques telles Audi, BMW et Mercedes-Benz. Équilibre visuel

Pour ce faire, les voitures Volvo doivent également proposer une silhouette qui fait tourner les têtes et un habitacle aussi confortable qu’élégant. Les formes carrées ont disparu, mais on a conservé la traditionnelle calandre rectangulaire traversée en diagonale par une barre chromée supportant l’écusson Volvo. Cette fois ledit écusson est davantage en évidence. Cette calandre, qui surplombe une prise d’air d’assez bonnes dimensions, est encadrée par des blocs optiques en forme d’amande servant de point de départ à l’épaulement de la paroi latérale, propre à toutes les Volvo.

Depuis quelques années maintenant, les véhicules utilitaires Volvo se démarquent du lot par des feux arrière verticaux placés de chaque côté de la lunette arrière. Leur partie inférieure est nettement plus large et, dans le cas de la XC60, celle-ci déborde sur la paroi latérale. Dans l’habitacle, les sièges sont plus stylisés, avec des pièces en cuir de couleur contrastante, mais ils demeurent toujours aussi confortables et parmi les meilleurs sur le marché.

Confort scandinave

Pendant des années, alors que l’on vilipendait la silhouette, on se confondait en louanges pour les sièges de tous les véhicules de la marque. Ceux-ci ci étaient reconnus pour leur confort, leurs multiples réglages et leur support latéral bien supérieur à la moyenne. Les passagers des places avant ne se plaindront jamais du manque d’espace ou d’être mal assis et les places arrière sont assez bien nanties à ce chapitre. Les occupants de ces dernières aimeront la banquette chauffante et le flot d’air réglable de la buse latérale placée derrière le pilier B. Le toit ouvrant est très grand et le coffre est de bonne taille et relativement haut. Autant d’éléments qui viennent consolider la polyvalence de cette belle suédoise. Chez Volvo, les concepteurs du tableau de bord ne cessent de parler de design scandinave et de sobriété dans la présentation. Ce modèle ne fait pas exception à ce credo esthétique. La planche de bord est simple et dégagée tandis qu’une petite nacelle dans la partie supérieure centrale affiche les réglages choisis, la température de la climatisation, etc. Ce centre d’information aurait pu être escamotable et personne ne s’en serait plaint. Mais cela aurait certainement coûté plus cher et augmenté la ailleurs, les réglages de la climatisation sont très intuitifs grâce au pictogramme illustrant une silhouette : il suffit d’appuyer sur la partie de l’anatomie que l’on veut réchauffer ou refroidir et c’est tout !

Sécurité et agrément de conduite

Pendant longtemps, Volvo a été l’une des rares compagnies à vouloir améliorer la sécurité des véhicules moteurs. De nos jours, toutes les voitures, peu importe leur logo ou leur pays d’origine, sont sécuritaires et Volvo doit trouver des solutions de plus en plus sophistiquées à ce chapitre. C’est dans cette optique que le système City Safety est proposé. Il vise à éradiquer les collisions pouvant survenir à moins de 30 km/h. Un radar détecte la présence d’un objet métallique sur notre route et immobilise la voiture complètement. Toujours au chapitre de la sécurité, ce modèle est doté d’un régulateur de vitesse de proximité, du système Bliss de détection de véhicule dans l’angle mort, d’un détecteur de franchissement de la ligne blanche, d’un radar de recul et d’un mécanisme qui détecte l’endormissement au volant. Avec tout cet attirail, il est impossible de nier le côté sécuritaire de la Volvo !

Pour plusieurs, une Volvo doit être pratique et polyvalente. L’agencement de l’habitacle, le rouage intégral et un coffre à bagages facile d’accès et spacieux satisfont à ces critères. C’est également une voiture qui propose un agrément de conduite fort intéressant. Le moteur 3,0 litres turbo de 281 chevaux est suffisamment nerveux pour répondre aux attentes des conducteurs sportifs tandis que le 3,0 litres, un autre six cylindre en ligne, assure des prestations correctes.

Il est difficile de trouver à redire quant au comportement routier. La tenue de route est relativement neutre et le roulis en virage est presque inexistant. Si l’on pousse davantage, le train avant ne coopère pas et un léger sous-virage se manifeste, mais rien de bien sérieux. De plus, la puissance du moteur est bien adaptée à ce style de conduite, malgré un léger temps de réponse du turbo. Par contre, le diamètre de braquage est trop important et la direction trop assistée, mais pour le reste, ce n’est que du positif. Il faut également souligner une bonne insonorisation, une excellente visibilité pour la catégorie et un agrément de conduite assez relevé pour un multisegment.

Feu vert

Silhouette élégante
Bonne tenue de route
Sécurité active et passive fort relevée
Habitacle confortable
Rouage intégral efficace

Feu rouge

Moteur turbo gourmand
Nombreuses options onéreuses
Diamètre de braquage important
Véhicule lourd
Orientation de la marque : inconnue

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires