Volvo C30 2011: Dans les petits pots…

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Lorsque ce modèle a été dévoilé en 2007, nombreuses ont été les personnes qui ont été attirées par le prix élevé de cette petite suédoise. Pourtant, ces gens n’avaient pas attentivement regardé la gamme de prix. Elles se sont contentées de jeter un coup d’oeil à la version la plus onéreuse pour ensuite critiquer. Il faut cependant savoir que la C30 est disponible en plusieurs versions et que le modèle d’entrée de gamme est tout de même de prix fort compétitif.

En outre, il existe un dicton dans la langue de Shakespeare qui affirme qu’il ne faut pas juger un livre par sa couverture. C’est un peu la même chose avec cette Volvo ! Il est vrai qu’il s’agit d’une très petite voiture puisqu’elle est 22 cm plus courte que la berline S40 du même constructeur. Ce qui amène plusieurs personnes à conclure que si c’est petit, cela doit être bon marché. Étant donné que de plus en plus de modèles de format réduit, mais de haute qualité, seront dévoilés sur notre marché au cours des années à venir, mieux vaut cesser d’associer dimensions et prix réduits ! Cette Volvo se vend un peu plus cher que la moyenne et même relativement cher dans sa version la mieux équipée et la plus puissante, mais on en a pour notre argent.

Quelle silhouette !

Ce petit hatchback trois portes dessiné par le Québécois Simon Lamarre fait l’unanimité par son élégance. La partie avant est toute en rondeurs, ce qui est assez exceptionnel pour une Volvo. On retrouve également la même grille rectangulaire traversée de haut en bas par cette barre si typique sur laquelle est greffé en son centre l’écusson Volvo. Ce museau sert de point d’ancrage aux lignes fuyantes qui se dirigent vers l’arrière. On a même conservé la ceinture de caisse en relief, propre à toutes les Volvo. Mais c’est la partie arrière qui est la plus spectaculaire avec son hayon constitué d’une très grande vitre encadrée par les traditionnels feux arrière verticaux dotés d’une base très large. Ces feux sont la signature visuelle de la voiture et contribuent à la sécurité en étant très visibles dans la circulation et la nuit, évidemment. Cette voiture s’ouvre sur un habitacle fortement élégant.

S’inspirant des credos du design scandinave, la planche de bord est très dépouillée et comprend de vastes espaces dénudés de tout artifice ou commande. Certains aiment, d’autres non. Quoi qu’il en soit, il faut reconnaître que c’est efficace avec les deux cadrans indicateurs placés dans le champ de vision du pilote. Celui-ci bénéficie d’un volant dont le boudin de bonne grosseur se prend bien en main. Toutes les autres commandes ou presque sont situées dans une console verticale de type flottant qui se détache du tableau de bord. Ça aussi, c’est élégant et pratique. Et même si les touches de contrôle sont nombreuses, elles sont faciles à localiser et à utiliser. Comme il se doit sur une Volvo, les sièges avant sont très confortables et apportent un excellent support à tous points de vue. Il va sans dire que les places arrière sont également confortables, et ce, même pour des personnes de grande taille. Ce qui est tout de même impressionnant pour une voiture de cette dimension. En effet, deux grands adultes pourront douillettement s’asseoir dans les deux sièges baquets situés à l’arrière. De plus, leurs dossiers se rabattent pour offrir un vaste espace de chargement. On n’a pas non plus lésiné sur la qualité des matériaux et la finition est bonne. Enfin, si ce genre de détails vous intéresse, le système de climatisation est muni d’un filtre à pollen.

Savoir choisir

Comme mentionné précédemment, la C30 peut se révéler fort onéreuse lorsqu’on considère le modèle T5 R-Design et son moteur turbocompressé de 2,5 litres d’une puissance de 227 chevaux. À ce moment, la facture dépasse les 40 000 $. Il est vrai par contre qu’on se retrouve au volant d’une voiture bouclant le 0-100 km/h en moins de sept secondes et qu’on bénéficie de tout le confort et le luxe d’une voiture de catégorie Premium.

Il y avait d’autres alternatives qui vous permettaient d’acquérir ce modèle et de jouir tout de même d’une voiture de qualité et agréable à conduire. Ainsi, le modèle 2,4i se vendait pour moins de 30 000 $ et son équipement était assez complet tant au chapitre de la sécurité que du confort. Il était propulsé par un moteur cinq cylindres de 2,4 litres d’une puissance de 168 chevaux. Cela peut sembler assez mince aux yeux de certains, mais le rapport poids/puissance était correct. Quoi qu’il en soit, ce modèle plus abordable bouclait le 0-100 km/h en moins de neuf secondes, ce qui n’était pas mal. Malheureusement dans sa sagesse, Volvo l’a éliminé.

Sur la route, cette voiture est agile, et dotée d’un diamètre de braquage relativement court qui la fait apprécier en conduite urbaine. D’ailleurs, lors de son développement, dans le cahier des charges, il était mentionné d’en faire une petite citadine pour des gens voulant une voiture au design spectaculaire et munie d’un système audio impressionnant. On peut dire que c’est mission accomplie. En fait, le cahier des charges a été largement dépassé !

Feu rouge

Certaines versions onéreuses
Suspension de base souple
Faible diffusion
Bruits de caisse

Feu vert

Équipement de série complet
Bonne habitabilité
Choix de moteurs
Comportement routier sain
Sièges confortables

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires