Volkswagen Golf / GTI 2011: Une famille de surdouées

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Au cours de la dernière année, la Volkswagen Golf a mérité une pléthore de titres prestigieux, notamment celui de la voiture mondiale de l’année. Et pour une fois, ce constructeur semble définitivement être sérieux en ce qui concerne le marché nord-américain. La gamme de modèles est plus étoffée, on s’est débarrassé de l’embarrassante désignation Rabbit et on retrouve même une familiale. Hatchback et familiale

Puisque la gamme Golf offerte sur notre marché comporte trois modèles, nous allons décliner notre présentation en deux parties. La première cible surtout la version trois et cinq portes avec le moteur 4 cylindres de 2,5 litres tandis que nous consacrerons une section à part pour la fabuleuse GTi. Peu importe le modèle, la gamme a été entièrement revue au cours des 12 derniers mois. La Rabbit nous a quittés, la Golf est de retour. Comme il se doit, cette nouvelle cuvée est une évolution de la version précédente. Les deux se ressemblent passablement même s’il y a plusieurs modifications concernant l’esthétique et la planche de bord, mais ce qu’il faut retenir, c’est l’excellence de la finition de l’habitacle et la qualité des matériaux. De plus, l’ergonomie de cette allemande est exemplaire avec une disposition logique des commandes, une bonne position de conduite et un repose-pied accueillant. Mais il faut apporter un sérieux bémol pour les commandes du système de ventilation, notamment celles du système équipant les versions moins cossues. Il est très difficile de savoir à quel mode nous avons réglé la climatisation et à quel degré. Ce qui est curieux car les ingénieurs de la marque ont une excellente réputation en fait d’ergonomie et de commandes.

Le moteur à essence de 2,5 litres développe 170 chevaux et il est associé de série à une boîte manuelle à six rapports dont l’étagement est pratiquement sans reproche. Vous pouvez commander en option une boîte automatique à six rapports de type à double embrayage. Cette transmission DSG fait l’unanimité par son efficacité et réussit à convaincre les irréductibles de la boîte manuelle aux charmes de cette automatique surdouée Ce groupe propulseur est un plaisir à utiliser, peu importe la transmission choisie. Comme sur la plupart des Volkswagen, c’est le pilote qui contrôle la voiture et non pas la voiture qui commande. La direction est imprécise et l’assistance fort bien dosée. Quant aux sièges avant, ils fournissent un bon support latéral. Comme le veut la tradition, ils sont également très fermes, mais leur confort est surprenant. Par contre, les places arrière, sont moins confortables et l’espace y est quelque peu limité.

La familiale n’exhibe pas la même silhouette élégante que les modèles trois et cinq portes. C’est sobre, moderne, mais elle ne fait pas tourner les têtes. Le modèle de base propose le même moteur à essence de 2,5 litres que sur les hatchback trois et cinq portes. Et comme ces derniers, il est possible de commander le moteur 2,0 litres TDI. Grâce à son turbocompresseur et l’injection directe, sa puissance est de 140 chevaux mais c’est son couple de 236 lb-pi qui fait toute la différence. En effet, les accélérations ont du mordant, les reprises sont impressionnantes et c’est un moteur idéal pour la conduite urbaine. De plus, bonne nouvelle, sa consommation est inférieure à 7 litres/100 km.

La sublime GTi

Cette voiture est douée comme ce n’est pas possible. En effet, elle a raflé plusieurs titres importants et prestigieux hors du pays, en plus d’être nommée voiture de l’année par l’AJAC (Association des journalistes automobiles du Canada). Bref, rares sont les voitures à caractère sportif qui ont un tel agrément de conduite en plus d’être infiniment pratiques.

Sa plate-forme très rigide et une suspension fort bien calibrée s’associent pour tirer le meilleur parti du moteur quatre cylindres turbo d’une puissance de 200 chevaux travaillant de concert avec une boîte manuelle à six rapports qui est un plaisir à utiliser. Si vous optez pour l’automatique, vous ne serez pas en reste car la transmission DSG en a converti plus d’un aux vertus des boîtes automatiques.

Bien entendu, l’équipement de la GTi est un peu plus étoffé, et le prix demandé est assez élevé aux yeux de certains. Mais il faut relativiser et la comparer aux autres versions plus performantes d’autres modèles compacts pour constater que Volkswagen vend un produit dont le prix est à la mesure de la concurrence. Le plus important dans ce modèle, c’est sa qualité de conduite, son impressionnante tenue de route en plus du feedback de la route. Il est difficile de trouver une voiture de ce prix — et même de prix beaucoup plus élevé — qui permet une pareille communication avec la route et un tel agrément de conduite. Après tout, ces prix et tous ces accessits ne sont pas le fruit du hasard ou d’une vaste campagne promotionnelle de la part du constructeur ! Si la voiture est agréable à conduire, certaines particularités propres à la plupart des Volkswagen auront pour effet d’en irriter plusieurs. Quelques boutons et commandes, un régulateur de vitesse à revoir et même une console centrale qui pourrait être redessinée, voilà autant de petits éléments qui seraient à corriger.

Feu vert

Moteurs impressionnants
Économie du diesel
Agrément de conduite
Construction solide
Tenue de route
Qualité de fabrication

Feu rouge

Certaines commandes à revoir
Large console centrale
Rapports de boîte manuelle
Versions huppées onéreuses

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires