Suzuki SX-4 2011: Deux modèles, un seul choix

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Décidément, la compagnie Suzuki peut être considérée comme le Gaston La Gaffe du monde de l’automobile ! Du moins en ce qui concerne notre continent. Année après année, cet important constructeur au niveau mondial nous sort des voitures dont la mise au point n’est pas tout à fait complète ou encore des modèles qui ne sont absolument pas compétitifs. Avec l’arrivée de la SX4, on croyait qu’on avait enfin touché la cible en plein centre.

Non seulement ce petit hatchback cinq portes avait une allure d’enfer, mais il était le seul de la catégorie à proposer un rouage intégral. En outre, son prix de vente fort compétitif venait compléter les éléments du succès. Mais c’était sans compter la présence de groupes propulseurs qui semblaient avoir été conçus pour faire mal paraître cette voiture.

Vive le hatchback !

Il en est résulté des débuts assez médiocres pour cette voiture puisque toutes les personnes qui la conduisaient déploraient le manque de vigueur de son moteur et des transmissions mal adaptées. En fait, c’était surtout la boîte automatique à quatre rapports la principale coupable. Une balade au volant de la SX4 à boîte automatique suffisait pour remarquer un niveau sonore très élevé dans l’habitacle.

L’an dernier, chez Suzuki, on a pris les bonnes décisions en révisant le fonctionnement interne du moteur quatre cylindres 2,0 litres qui a gagné en puissance et en couple grâce à l’utilisation d’un système de calage variable des soupapes. Ce n’est que sept chevaux de plus, mais ils font tout de même sentir leur présence. Et la transmission automatique à quatre rapports a été remplacée par une boîte à rapports constamment variables qui n’est pas la meilleure sur le marché, mais dont le fonctionnement est correct.

Une fois le problème de la motorisation réglé, les acheteurs vont pouvoir s’intéresser aux nombreuses qualités que possède ce modèle, et ce, depuis son lancement. Il y a d’abord cette silhouette qui fait craquer les gens et c’est normal puisque ce véhicule a été développé en collaboration avec Fiat qui a demandé au légendaire styliste Gugiaro de dessiner la carrosserie. C’est élégant et dynamique, bref un succès sur toute la ligne à ce chapitre. Ensuite, il y a l’habitacle qui est passablement spacieux et la qualité d’assemblage est bonne. Quant au tableau de bord, il est dans la moyenne, les stylistes utilisant quelques pièces d’aluminium brossé afin de relever le tout. Il est également important de souligner la présence de commandes sur les rayons du volant, ce qui facilite certaines opérations.

Par ailleurs, sachez que les ingénieurs de Suzuki ont développé un rouage intégral fort sophistiqué pour cette catégorie, puisqu’il propose trois réglages. Il y a le mode traction avant ainsi que le mode intégral automatique. Comme tous les systèmes de ce genre, les roues avant sont motrices jusqu’à ce qu’elles perdent de la motricité. Une partie de la puissance est alors automatiquement transférée aux roues arrière. Le troisième réglage permet de verrouiller de façon égale le couple aux roues avant et arrière. Cette seule caractéristique devrait inciter bien des gens à s’intéresser à cette Suzuki. Cependant, seule la version hatchback offre cette transmission intégrale. Malgré une puissance accrue, les temps d’accélération sont assez modestes mais quand même satisfaisants. Quant à l’agrément de conduite, il est intéressant. Somme toute, la SX4 hatchback demeure l’un des meilleurs produits que Suzuki nous offre, du moins, pour le moment.

Haro sur la berline !

Dans le cas de la berline, on serait porté à croire qu’il s’agit d’une variante du modèle cinq portes et qu’elle en possède la plupart des qualités. Ce n’est pas tout à fait le cas. Dans un premier temps, la silhouette est beaucoup moins inspirante que celle du hatchback et il semble que les éléments de sa finition intérieure soient de qualité inférieure. L’inconvénient de cette silhouette particulièrement haute, c’est que ça rend la voiture très sensible aux vents latéraux.

Dans un deuxième temps, même si elle bénéficie maintenant du même moteur que le hatchback, son agrément de conduite n’est pas amélioré pour autant à cause d’une insonorisation déficiente. Et si jamais vous avez le malheur d’aborder un virage un tantinet plus rapidement que la moyenne, vous découvrirez vite à quel point la plate-forme manque de rigidité.

De toutes les voitures que j’ai essayées au cours des 12 derniers mois, cette Suzuki a été celle que j’ai le plus détestée à conduire. Non seulement la position de conduite est des plus perfectibles, mais le guidage du levier de la boîte de vitesse manuelle était flou comme ce n’est pas possible. J’avais l’impression que le tout était retenu ensemble par de gros élastiques! Quant au moteur, il remplissait l’habitacle de son grondement déplaisant tout en livrant des prestations pour le moins déconcertantes… Rarement ai-je été aussi frustré en conduisant une voiture, et ce, peu importe son prix.

Vive la SX4 Hatchback !

Feu vert

Silhouette réussie (hatchback)
Rouage intégral ingénieux
Prix compétitifs
Consommation de carburant modeste
Tenue de route
correcte (hatchback)

Feu rouge

Visibilité arrière perfectible
Faible agrément de conduite (berline)
Piètre insonorisation
Sensible au vent latéral (berline)

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Essais et dossiersSuzuki SX4 d’occasion (2009-2013): Porté disparu
C’est malheureux pour certains, mais la marque japonaise, qui continue son petit bonhomme de chemin ailleurs dans le monde, nous a quittés subitement il y a deux ans. Si les courts sont vides maintenant, sachez que les pièces sont toujours disponibles. Une loi au Canada impose aux constructeurs de maintenir …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires