Nissan GT-R 2011: Top performances, confort élémentaire

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Cela fait maintenant quatre ans que cette Nissan d'anthologie est commercialisée sur notre marché. Comme sa présence sur nos routes semble rarissime, on peut conclure sans risque de se tromper que les ventes sont plutôt confidentielles. Quoi qu'il en soit, cette ultrasportive nipponne en a mis plein la vue par ses performances spectaculaires et une tenue de route digne des meilleures voitures de course. Par ailleurs, sa silhouette tarabiscotée la fait ressembler à un kit car. Alignez une GT-R à côté des autres bolides sport sur le marché, et la conclusion est facile : elle ne se vend pas en raison de son allure.Cette année, la direction de Nissan a décidé de renouveler quelque peu son bolide.

Toujours l'aérodynamisme

Si la silhouette de la GT-R est loin de faire l'unanimité par son élégance, les responsables de la carrosserie peuvent toujours évoquer des raisons d'aérodynamique. En effet, cette voiture possédait déjà un excellent coefficient de traînée de 0,27. Cette année, il a été porté à 0,26, ce qui est digne de mention pour une auto dotée de pneus aussi larges.

Pour ce faire, les stylistes ont redessiné la partie avant et élargi la grille de calandre. Ce qui apporter davantage d'air dans le compartiment moteur, une excellente chose car il faisait très chaud sous le capot de la première version. La section arrière a été abaissée et quelque peu allongée afin de favoriser l'écoulement d'air. Les ingénieurs ont également amélioré la circulation d'air sous la voiture tandis que le diffuseur arrière a été allongé. Par contre, toutes ces retouches n'ont pas relevé l'esthétique de la voiture qui demeure à mon avis un canard boiteux. On a beau prétendre à une silhouette dictée par la technologie, il existe néanmoins sur le marché d'autres automobiles tout aussi raffinées sur le plan de l'aérodynamisme qui ont nettement fière allure.

Quant à l'habitacle, il est de même acabit que l'extérieur. Cette fois, les stylistes semblent avoir ciblé les amateurs de jeux vidéo avec un écran central doté de multiples commandes et de différents affichages. À l'aide de commutateurs, le pilote peut régler les passages des rapports, les amortisseurs et le système de stabilité latérale qui comprend trois réglages : Normal, Spécial et R, ce dernier assurant une tenue de route supérieure. La qualité des matériaux a été améliorée, tandis qu’une nouvelle garniture en fibre de carbone donne une touche haute technologie à l'ensemble. Soulignons également que le modèle « série spéciale noir (Black Edition) » possède des sièges spéciaux Recaro, en plus d’une garniture intérieure rouge et noire.
Toutefois, cette présentation « techno rococo » ne plaît pas à tous. Mais force est d'admettre que pour une certaine catégorie d'acheteurs, c'est génial.

Plus de puissance!

La première génération de la GT-R était propulsée par un moteur V6 biturbo produisant 485 chevaux et 434 lb-pi de couple. Vous avouerez avec moi que c'est plus que suffisant. Mais ce n'était pas l’avis des ingénieurs qui ont porté la puissance à 530 chevaux et le couple à 448 lb-pi. Pas trop mal pour un moteur V6 de 3,8 litres. Pour obtenir ce gain de puissance et de couple, les ingénieurs ont augmenté la pression du turbo, modifié la distribution ainsi que la proportion air/essence, en plus d'élargir le tuyau d'échappement.

Cette cavalerie est transmise au bitume par l'intermédiaire d'une transmission séquentielle à six rapports qui peut être opérée en mode automatique ou manuel. Elle est reliée à un rouage intégral qui permet de tirer un parti optimal de toute cette puissance. Soulignons au passage la présence de freins Brembo conçus spécialement pour la haute performance.

Une inconfortable fusée

Si vous aimez les accélérations époustouflantes, il se peut que cette Nissan tout en muscles vous intéresse. Lors de la présentation de cette nouvelle version à la presse, un pilote de la compagnie a réussi à boucler le 0-100 km/h en moins de trois secondes! En plus, sur la piste, elle est parmi les plus rapides, toutes catégories confondues. Sa tenue de route est excellente, sa direction précise et les freins très puissants. Et comme on a amélioré la voiture au chapitre des performances, les propriétaires en auront pour leur argent. Mais…

Il y a un mais, et un mais d'importance. Pour plusieurs, la silhouette tarabiscotée de cette sportive ne les dérange pas, pas plus que cet intérieur assez particulier. Bien entendu, personne ne peut être contre les performances de cette voiture. Par contre, vivre avec sur une base quotidienne est une tout autre affaire. C'est comme rouler avec une authentique voiture de course dotée d'une plaque d'immatriculation! Cela est excitant au début, mais après quelques minutes, on en a marre de se faire brasser le québécois au volant d'une bagnole qui même en mode de confort est très inconfortable. La boîte séquentielle n'a pas été dessinée pour rouler dans la circulation. Et malgré son efficacité au chapitre des performances, la GT-R ne produit pas cette petite étincelle que plusieurs sportives provoquent. Avec la elle, c’est comme si on jouait toujours à un jeu vidéo.

En plus, le prix de cette Nissan n'a cessé de grimper depuis son arrivée sur le marché. C'est une méthode traditionnelle des Japonais d'influencer les acheteurs lors du lancement de la voiture et d'augmenter le prix au fil des mois et des années. Malgré cela, cette Nissan ultrasportive est une aubaine quand on tient compte du rapport prix/performances.

Feu vert

Accélération phénoménale
Excellente tenue de route
Freins Brembo très puissants
Rapport performances/prix imbattable

Feu rouge

Confort sur les routes dégradées
Places arrière symboliques
Embrayage sec en conduite normale
Bruit de roulement très présent

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires