Audi A8 2011: Une vocation plus sportive

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Dans le créneau des voitures de grand luxe, l’approche d’Audi a toujours été conservatrice avec un style moins typé, qui a permis à la A8 de voler « sous le radar » sans trop attirer l’attention, contrairement à la Série 7 de BMW ou la Classe S de Mercedes-Benz. En bref, la sobre A8 était la voiture de luxe de choix pour ceux qui ne
voulaient pas attirer l’attention sur eux-mêmes ou sur leur portefeuille.
Sur le plan technique, Audi garde le cap en ce qui a trait à l’utilisation du Space Frame réalisé en alliage d’aluminium, qui est plus léger de 40 pour cent qu’un châssis conventionnel construit en acier, et celui de la nouvelle berline de luxe est également plus rigide que l’ancien dans une proportion de 25 pour cent. Avec le nouveau modèle 2011, Audi a cependant choisi de donner à la A8 une allure à la fois plus sportive et plus aérodynamique qui respecte la filiation avec les autres modèles de la marque.

À l’avant, la calandre a été revue avec l’ajout de huit bandes horizontales réalisées en chrome et des phares qui pivotent et « suivent » la route selon les informations transmises par le système de navigation. À l’arrière, la nouvelle A8 ressemble beaucoup à une A4 de grande taille et l’impression créée par cette berline de grand luxe est celle d’une voiture plus basse, ce qui est confirmé par son coefficient de traînée aérodynamique qui n’est que de 0,26, même si elle est plus longue et plus large que sa devancière ainsi que ses principales rivales en provenance d’Allemagne.

Sous le capot, la nouvelle A8 fait appel à une version remaniée du V8 de 4,2 litres qui développe 372 chevaux ainsi que 325 livrespied de couple, mais qui ne permet pas à Audi de prétendre à la suprématie de la catégorie, la A8 accusant un léger recul par rapport à sa concurrence immédiate côté puissance. Cependant, Audi annonce une réduction de la consommation de carburant de l’ordre de 15 % par rapport au modèle précédent, en raison du jumelage à la boîte ZF à huit rapports avec paliers de commande de passage des rapports au volant, ainsi qu’au rouage intégral quattro qui est maintenant synonyme de la marque d’Ingolstadt.

Pour le marché européen, la A8 peut être équipée d’une paire de motorisations diesel turbocompressées, soit un V6 de 3,0 litres ainsi qu’un V8 de 4,2 litres, et ce dernier pourrait éventuellement être proposé en Amérique du Nord d’ici deux ans.

Un différentiel arrière sport

Comme c’était le cas précédemment, le moteur est toujours localisé devant l’axe des roues avant, ce qui n’est pas idéal pour la répartition des masses et entraîne souvent une tendance naturelle pour le sousvirage en conduite sportive. Pour la nouvelle A8, Audi a cependant choisi d’emprunter le différentiel arrière sport actif développé pour la S4 et de la S5. Au braquage du volant ou en accélération en sortie de virage, le couple est transféré à la roue extérieure au virage avec pour effet de plaquer la berline dans le virage grâce à ce supplément d’appui. Le système contrecarre d’emblée toute tendance au survirage ou au sous-virage. Sur les routes montagneuses du Sud de l’Espagne, ce différentiel actif s’est avéré très efficace en rehaussant les qualités dynamiques de la A8, qui compte également sur le système Audi Drive Select permettant au conducteur de sélectionner le degré de fermeté des suspensions pneumatiques adaptives, le temps de réponse à la commande des gaz, les points de passage des rapports de boîte, ainsi que la rapidité de la direction.

Le passage du réglage « confort » à « dynamique » produit un effet immédiat, particulièrement du côté de la direction, qui passe de « légère » à « lourde » à la simple pression du contrôleur du système de télématique MMI. Le système Audi Drive Select permet ainsi au conducteur de « personnaliser » le comportement de la voiture afin d’attaquer les virages avec aplomb ou d’adopter une conduite plus relaxe sur autoroute. Tout cela fait en sorte que la nouvelle A8 est plus agile et plus apte à la conduite sportive que sa devancière, et que l’on a tendance à oublier qu’il s’agit d’une grande voiture de luxe à rouage intégral de plus de deux
tonnes, sauf lorsque vient le temps de freiner fortement à l’approche d’un virage serré, où la A8 nous rappelle son pedigree.

Connectivité high-tech

Poursuivant sur sa lancée, Audi continue de réaliser les intérieurs les plus soignés de l’industrie tout en ajoutant de nouvelles fonctionnalités de haute technologie comme le système de vision nocturne proposé en option ou le régulateur de vitesse intelligent, qui sont maintenant de rigueur dans ce créneau, mais également avec sa nouvelle interface à pavé tactile qui permet au conducteur de tracer les lettres ou les chiffres avec son doigt lorsque vient le temps de programmer une destination dans le système de navigation, plutôt que de manier le contrôleur rotatif. Il suffit de quelques secondes pour apprivoiser cette nouvelle interface et il est plus efficace de tracer les lettres en gros pour que le système les reproduise bien à l’écran. Évidemment, ce n’est pas idéal d’essayer d’écrire avec son doigt lorsque la voiture est en mouvement, c’est pourquoi le contrôleur MMI propose aussi la sélection des lettres et des chiffres par rotation, tout comme auparavant.

Par ailleurs, la Audi A8 est la première voiture au monde à être équipée de l’application Google Earth permettant de reproduire des cartes en trois dimensions avec relief des environs via la connectivité assurée par le dispositif Bluetooth et le jumelage à un téléphone portable. Cette connexion permet également au conducteur d’accéder à Internet via le système de télématique MMI. Le système de son de série compte 14 haut-parleurs et un amplificateur de 600 watts, alors qu’un exceptionnel système Bang & Olufsen avec 1400 watts de puissance et 19 haut-parleurs est proposé en option. Deux de ces haut-parleurs « apparaissent » en montant de la planche de bord aux abords des piliers « A », un peu comme deux soucoupes volantes qui décollent.

La version allongée…

Signe des temps, la version à empattement allongé de la nouvelle A8 n’a pas été dévoilée dans l’un ou l’autre des grands salons de l’automobile d’Europe ou d’Amérique du Nord, mais bien à celui de Beijing, la Chine étant en voie de déclasser tous les autres pays au chapitre des ventes de la marque. En effet, le marché chinois absorbe une quantité toujours plus grande de voitures de grand luxe et les clients choisissent toujours les versions les plus cossues et les plus équipées, ce qui contribue grandement aux
profits de la marque allemande.

La nouvelle A8 fait plus de 5 mètres 30 en longueur et son moteur est un W12 de 500 chevaux qui est jumelé à la boîte automatique à huit rapports. Mais ce qui impressionne le plus est tout l’espace et le luxe accordés aux passagers prenant place à l’arrière, qui disposent d’une console centrale, de sièges chauffants et climatisés avec fonction de massage, et même d’un repose-pieds repliable à commande électrique.

… Et l’hybride

Audi a également procédé au dévoilement d’un concept d’une éventuelle version hybride de la A8 au printemps 2010 au Salon de l’Auto de Genève. Il s’agit d’un modèle à traction avant qui est animé par le 4 cylindres de 2,0 litres turbocompressé jumelé à un moteur électrique de 33 kilowatts (45 chevaux) pour une puissance totale chiffrée à 245 chevaux et un couple maximal de 354 livres-pied.

Selon Audi, ce concept est capable d’abattre le 0-100 kilomètres/heure en 7,6 secondes avec une consommation moyenne de 6,2 litres aux 100 kilomètres, tout ça pour une berline de grande taille et de grand luxe. Les récentes Lexus LS et Mercedes-Benz de Classe S à motorisation hybride sont donc résolument dans la mire d’Audi, alors que la BMW Série 7 Hybride doit être classée comme «hors catégorie», le constructeur bavarois ayant décidé de faire de son hybride de grand luxe à moteur V8 une voiture dont les performances égalent presque celles de la Série 7 à moteur V12 !

Avec son contenu high-tech et son allure plus typée, la nouvelle A8 devient plus dynamique et sportive tout en continuant de séduire par son grand luxe.

Feu vert

Rouage intégral performant
Boîte automatique à
huit rapports
Qualité d’assemblage et
de finition
Confort assuré

Feu rouge

Prix élevé
Coût des options
Châssis en aluminium coûteux
à réparer en cas d’accident

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires