Mercedes-Benz et ses 125 ans à innover constamment

« La passion de l'innovation ne s'éteint ja-mais » - De la Benz à moteur brevetée à la réinvention de l'automobile

Le 29 janvier 1886, Carl Benz déposait à Berlin un brevet pour son tri-cycle à moteur, une date qui restera à jamais gravée dans les mé-moires comme la date de naissance officielle de l'automobile. En 2011, cette dernière fêtera son 125e anniversaire. Mais l'automobile, c'est aussi la première voiture à quatre roues développée parallèlement par Gottlieb Daimler. Ainsi, les pères fondateurs de l'actuelle société Dai-mler AG et de sa marque-phare de renommée internationale Mercedes-Benz ont, indépendamment l'un de l'autre, posé les jalons d'une invention dont s'inspirent encore les voi-tures particulières, les véhicules industriels, les autocars et les auto-bus modernes. Depuis cette époque, l'inventeur de l'automobile a fait évoluer son invention comme aucun autre constructeur, une évolution plurielle et durable qui s'applique à tous les domaines de la construc-tion automobile : la propulsion, la sécurité, le design et le confort.

L'innovation a toujours été la clé de la réussite des constructeurs et son rôle sera encore plus décisif à l'avenir. L'automobile n'aurait pu naître sans le courage de ses pères en faveur d’idées nouvelles, tout comme le progrès est étroitement lié à la force d'innovation de l'humanité. En tant qu'inventeur de l'automobile,

Mercedes-Benz a pour vocation de faire évoluer durablement cette inven-tion

révolutionnaire. Avec plus de 80 000 brevets à son actif, l'entreprise ne cesse de témoigner sa volonté de rester à la pointe de l'innovation depuis que la « voiture à moteur brevetée » et la « calèche à moteur » ont été pré-sentées respectivement par Carl Benz et Gottlieb Daimler en 1886. Pre-mière automobile au monde, la voiture à moteur brevetée développée par Benz est le symbole même de l'esprit pionnier. Avec son châssis en fili-grane, le tricycle affichait d'emblée son ambition d'inaugurer une nouvelle ère de la mobilité. La calèche à moteur de Daimler fut, quant à elle, la toute première automobile à quatre roues.

Ces deux véhicules sont les premiers témoignages d'un succès sans équi-valent, une histoire à laquelle Mercedes-Benz ne cesse d'ajouter de nou-veaux chapitres. C'est grâce au génie créateur du constructeur de Stuttgart que la « calèche sans chevaux », qualifiée à ses débuts « d'innovation sans avenir » par ses détracteurs, est vite devenue non seulement le symbole de la liberté individuelle, mais également un moteur essentiel de la croissance économique. Outre le premier autobus et le premier camion, l'entreprise peut se targuer d'avoir développé la première voiture particulière de l'époque moderne : la Mer-cedes 35 ch présentée en février 1900.

Mercedes 35 ch : l'ancêtre de la voiture moderne

A l'orée du 20e siècle, l'ancêtre de toutes les voitures particulières modernes révolutionne l'automobile par une architecture totalement inédite qui traver-sera les décennies. La Mercedes 35 ch marque le passage de la « calèche à moteur » posée sur de grandes roues à l'automobile telle que nous la connaissons aujourd'hui. Son long empattement, sa voie large, son centre de gravité abaissé et sa colonne de direction inclinée marquent un tournant décisif dans la construc-tion automobile. Grâce à ces innovations, l'automobile peut alors se muer en un moyen de locomotion sûr et confortable. Mercedes ouvre une nou-velle ère.

La voiture possède également une forme allongée et un radiateur en nid d'abeille intégré de manière organique dans la carrosserie, lequel permet de résoudre définitivement le problème de refroidissement du moteur auquel sont jus-qu'alors confrontées toutes les automobiles. Cet élément va également de-venir l'un des symboles de la marque. Le puissant moteur quatre cylindres de la Mercedes est doté d'un carter-cylindres en alliage léger qui fait encore référence aujourd'hui chez les motoristes en quête de solutions d'allé-gement. De plus, ce moteur est implanté très bas dans le châssis. Ses soupapes d'échappement sont commandées par un arbre à cames, une solution qui permet d'améliorer considérablement le niveau sonore du mo-teur, mais aussi sa stabilité au régime de ralenti et son potentiel d'accéléra-tion. Le principe « moteur à l'avant, transmission aux roues arrière » s'est peu à peu imposé pour devenir aujourd'hui le mode de propulsion standard dans l'automobile.

Mercedes ou la première automobile moderne

La « 35 ch » est la première voiture à porter le nom de marque Mercedes ; elle entre dans l'histoire comme la toute première automobile moderne. De nombreux constructeurs s’inspirent de son concept, qui se démarque réso-lument des solutions d'alors. C'est ainsi que Mercedes-Benz démontre très tôt sa volonté d'être à la pointe de l'évolution, tant sur le plan technologique que d’un point de vue architectural.

La passion de l'innovation comme moteur de l'évolution automobile

Grâce à sa créativité débordante, Mercedes-Benz a toujours réussi à don-ner de nouvelles impulsions au progrès automobile, à réinventer sans cesse la notion de mobilité individuelle et à développer de nouvelles applications. Son po-tentiel d'innovation lui a permis de créer une gamme totalement inédite dans l'univers des constructeurs. Aujourd'hui, la marque à l'étoile propose à elle seule un éventail de produits qui s'étend du segment compact avec la Classe A aux véhicules industriels de gros tonnage avec l'Actros, en pas-sant par les berlines haut de gamme telle que la Classe S, les utilitaires lé-gers du type Sprinter ou encore les autobus urbains Citaro. Ce vaste pro-gramme est judicieusement complété par la marque smart, qui propose un modèle de petit gabarit que beaucoup considèrent comme la voiture de ville idéale. La smart fortwo actuelle s'inspire fortement de l'étude NAFA (« Nahverkehrsfahrzeug » = véhicule de proximité) présentée au début des années 1980 par Mercedes-Benz. Le concept-car à deux places a évolué dans deux directions qui, au début des années 1990, ont donné naissance aux premières voitures compactes du constructeur, à savoir la Classe A et la smart city coupé, le prédécesseur de l'actuelle smart fortwo.

Au cours des décennies passées, Mercedes-Benz n'a cessé de créer de nouveaux concepts de mobilité individuelle et de conquérir de nouveaux segments de marché. Pour exemple, citons le SLK présenté en 1996, premier roadster compact dans le segment haut de gamme. Un an après, la Classe M inau-gure le segment des SUV haut de gamme, les ingénieurs Mercedes-Benz exploitant pour l'occasion leur longue expérience des véhicules tout-terrain, acquise grâce aux deux modèles légendaires que sont la Classe G et l'Unimog. Dernier vecteur de tendance en date, le CLS donne naissance en 2004 au segment des coupés quatre portes. Les innombrables innovations techniques lancées en exclusivité sur les modèles Mercedes témoignent enfin de l'avance technologique de l'inventeur de l'automobile dans tous les domaines, qu'il s'agisse des systèmes de propulsion, de la sécurité, du de-sign ou du confort.

Les moteurs Mercedes-Benz : la puissance de l'évolution dans tous les domaines

Depuis 125 ans, Mercedes-Benz fait figure de pionnier dans le domaine des moteurs automobiles. Son premier modèle essence à régime élevé peut être considéré comme le véritable moteur de la révolution automobile, au sens propre du terme. Dès 1898, Daimler propose le premier véhicule rou-tier à moteur quatre cylindres, la Daimler « Phaeton » de 8 ch. En 1923, Benz présente de son côté le premier camion à moteur diesel. Les ingé-nieurs Mercedes sont à l'origine d'une autre révolution, en l'occurrence celle du moteur diesel pour voitures particulières, apparu en 1936 sur la Mercedes 260 D, la toute première voiture diesel de série au monde.

Dans les décennies qui suivent, Mercedes-Benz ne cesse d’imposer sa marque dans l'évolution du moteur à auto-inflammation. De nombreuses innovations technologiques comme l'injection diesel à rampe commune (CDI), combinée à la suralimentation par turbocompresseur, ont permis de faire progresser la puissance et le couple parallèlement à une réduction des valeurs de consommation et d'émissions polluantes. Aujourd'hui, la marque à l'étoile propose dans tous les segments des modèles dotés de moteurs CDI silencieux, forts en couple et efficients ; des moteurs qui, à puissance comparable, consomment pour certains dix fois moins de gazole que leur ancêtre de 1936.

BlueTEC : le diesel aussi propre que le moteur essence

Mercedes-Benz a en outre développé une technologie qui permet de réduire efficacement les rejets polluants des moteurs diesel, en particulier les oxydes d'azote. Son nom se résume en quelques lettres : BlueTEC. Grâce à BlueTEC, près de 90 % des oxydes d'azote contenus dans les gaz d'échappement sont transformés en azote et en eau, deux substances inof-fensives. Résultat : les moteurs diesel sont aujourd'hui aussi propres que leurs homologues modernes à essence. Mercedes-Benz a démarré la commercialisation de voitures BlueTEC en 2006. Aujourd'hui, cette technologie est présente dans la Classe E et la Classe S, mais aussi dans les SUV comme la Classe GL, la Classe R et la Classe M.
A l'origine, la technologie BlueTEC a été mise au point pour les véhicules industriels de la marque. Le premier camion Mercedes à en être doté sort des chaînes en 2005. Il ne reste plus alors qu'à adapter la technologie aux spécificités de la voiture. Cet exemple démontre l'une des grandes forces de l'entreprise : sa capacité à exploiter le savoir-faire technologique de ma-nière transversale au sein du groupe afin que les innovations à fort potentiel puissent profiter rapidement et systématiquement aux clients sur l'ensemble du programme de véhicules.

Mercedes-Benz : des moteurs modernes à fort potentiel d'évolution

Mercedes-Benz démontre le potentiel d'évolution du moteur thermique lors du lancement de la nouvelle S 250 CDI BlueEFFICIENCY en 2010, pre-mière voiture du segment de prestige à afficher une consommation de seu-lement 5 litres aux 100 km. Premier quatre cylindres implanté dans la Classe S dont le succès ne s'est jamais démenti depuis plus de 60 ans, ce moteur à double turbocompresseur peut se targuer d'une efficience énergé-tique hors pair puisqu'il ne consomme que 5,7 l/100 km selon le nouveau cycle mixte européen. Côté émissions de CO2, la S 250 CDI BlueEFFICIENCY est le premier véhicule de sa catégorie à rester en-deçà du seuil des 150 g/km avec un taux d'émissions de 149 g/km.

Du premier moteur à compresseur au moteur essence moderne à in-jection directe

L'inventeur de l'automobile a également marqué l'évolution du moteur es-sence. Dès le début des années 1920, l'ancienne Daimler-Motoren-Gesellschaft adapte à l'automobile le principe de la compression mécanique développé initiale-ment pour des moteurs thermiques d'avion. Grâce à cette solution, les modèles Mercedes 6/25 ch et 10/40 ch affichent une puissance et une efficience nettement supérieures à celles de véhicules comparables sans compres-seur mécanique.

En 1954, la voiture de sport de légende 300 SL sort des chaînes avec le premier moteur essence quatre temps à injection directe. Après avoir servi principalement à augmenter la puissance des moteurs, ces solutions sont désormais exploitées, avec d'autres, par les ingénieurs Mercedes pour améliorer l'efficience des motorisations modernes dans le but d'obtenir si-multanément une baisse significative des valeurs de consommation et un gain de puissance notable.

Concernant le développement des moteurs essence d'aujourd'hui et de demain, la stratégie Mercedes-Benz se résume en quelques principes : in-jection directe sur tous les moteurs essence et diesel, réduction de la cylin-drée, suralimentation turbo et distribution variable. Les nouveaux moteurs quatre cylindres essence turbo à injection directe lancés en automne 2009 sur la Classe E sont les premiers témoins de cette évolution qui touche tous les moteurs du 4 au 8 cylindres et toutes les gammes de produits per-tinentes, dans un seul et même objectif : proposer des véhicules dévelop-pant une puissance élevée avec un niveau de consommation et d'émission de CO2 réduit.

BlueDIRECT : le moteur essence aussi sobre que le diesel

Le summum de l'efficience, telle est la caractéristique commune d'une nou-velle génération de moteurs à six et huit cylindres présentés en 2010 sur la Classe S, la Classe CL et le nouveau CLS. Sur toutes les versions, les va-leurs de puissance et de couple sont revues à la hausse alors que les valeurs de consommation sont révisées à la baisse, comme celles du nouveau CLS qui enregistrent jusqu’à 25 % de réduction. Côté sobriété, les moteurs essence à injection directe Mercedes-Benz de la nouvelle génération BlueDIRECT n'ont désormais plus rien à envier à leurs homologues diesel. L'amélioration de leur efficience résulte d'un cer-tain nombre de mesures ciblées issues du programme BlueEFFICIENCY, dont la fonction Stop/Start ECO déjà installée de série sur de nombreux modèles et que Mercedes-Benz proposera sur l'ensemble de sa gamme, soit plus de 50 modèles,  à compter de mi-2011.

Pionnier dans le domaine des propulsions alternatives

Très tôt, Mercedes-Benz a également joué un rôle de tout premier plan en matière de systèmes de propulsion alternatifs. Ainsi, Mercedes équipe dès 1906 les premiers véhicules (voitures, camions, autobus et véhicules d'in-cendie) de systèmes de propulsion électrique à batterie ou de systèmes hybrides. Il faut ensuite attendre les années 1970 pour que reprennent et s’intensifient les recherches sur les modes de propulsion électrique et hybride.

Grâce à son capital d'expérience inédit dans ce domaine, Mercedes-Benz est parvenue à développer des véhicules modernes, dotés de systèmes de propulsion de substitution qui ouvrent la voie de la mobilité propre à zéro émission.

Parmi ces réalisations, la prestigieuse berline S 400 HYBRID commerciali-sée en 2009 est la première voiture hybride d'un constructeur européen et, qui plus est dotée de série d'un système de propulsion d'avant-garde basé sur des batteries lithium-ion. Peu après cet événement, Mercedes-Benz lance coup sur coup trois nouveaux modèles à propulsion électrique : la Classe A E-CELL et l'utilitaire léger Vito E-CELL à propulsion par batteries, ainsi que la Classe B F-CELL dotée d'une pile à combustible. Ce programme de véhicules électriques est judicieusement complété par la smart fortwo electric drive, laquelle pose d'ores et déjà de nouveaux jalons en termes de conduite urbaine sans émissions locales.

Sécurité : les gènes Mercedes présents dans chaque automobile

Mercedes-Benz est sans nul doute le constructeur qui, à l'échelle mondiale, fournit les plus gros efforts en matière de sécurité automobile. Depuis sept décennies, les experts de la marque à l'étoile s'appliquent avec une méticu-losité extrême à analyser les causes des accidents, mais aussi leurs con-séquences afin de les atténuer, voire d'éviter tout simplement les accidents eux-mêmes. Trois anniversaires célébrés en 2009 traduisent cet engage-ment total de Mercedes :

les « 70 ans de la recherche sur la sécurité », les « 50 ans de la cellule passagers indéformable » et les « 40 ans de la recherche en accidentolo-gie ».

Pour ce qui est de la sécurité passive, les ingénieurs s'attachent à chercher des solutions capables de protéger au mieux les occupants en cas d'acci-dent. Il en est ainsi de la cellule passagers indéformable avec zones de dé-formation contrôlée, brevetée par Mercedes-Benz dès 1951 avant d'être lancée en série en 1959 sur les Mercedes à « ailerons arrière » 220 S et 220 SE. La ceinture de sécurité et l'airbag sont d'autres innovations que Mercedes-Benz est la première à faire évoluer vers la production de série.

Aujourd'hui, aucun automobiliste ne saurait s'en passer. Aussi peut-on affirmer que chaque voiture moderne porte en elle des gènes Mercedes.

Réduire les conséquences des accidents et éviter les collisions 

La sécurité active a pour objet principal d'éviter les accidents. C'est dans ce but que Mercedes-Benz a développé un certain nombre d'innovations des-tinées à réduire la gravité des accidents ou, mieux encore, à les éviter. Les sys-tèmes à régulation électronique que sont l'ABS et l'ESP® sont deux solutions mises au point par Mercedes qui, comme le prouvent les statistiques, ont contribué à réduire notablement la fréquence des accidents. Ces systèmes font eux aussi désormais partie de l'équipement de série des véhicules de pratiquement tous les constructeurs. C'est en 1978 que le système antiblocage de roues ABS fait son apparition sur des modèles Classe S de la série 116. L'airbag a été lancé sur des modèles Classe S de la série 126 en 1981. Quant à la régulation du comportement dynamique ESP®, sa commercialisation dé-bute en 1995 sur les coupés Classe S de la série 140, avant son introduction progressive sur l'ensemble de la gamme.

Grâce à ce système, Mercedes-Benz est le premier constructeur au monde à créer une passerelle entre la sécurité passive et la sécurité active au profit des occupants, qui bénéficient de la sorte d'une protection encore amélio-rée. Grâce à PRE-SAFE®, Mercedes-Benz ouvre en 2002 un nouveau cha-pitre de l'histoire de la sécurité. Dans le cadre de ses travaux sur la sécurité, Mercedes-Benz exploite de manière systématique les informations col-lectées sur des accidents réels, ainsi que le capital de connaissances de son service d'accidentologie. Les systèmes d'avant-garde que sont par exemple l'avertisseur de franchisse-ment de ligne actif ou ATTENTION ASSIST sont des réponses ciblées permet-tant de contrecarrer les causes d'accident classiques comme les change-ments de file ou la fatigue excessive.

Quelques grandes dates de l'évolution de la sécurité chez Mercedes-Benz :

1939 – Premiers travaux dans le domaine de la sécurité des voitures parti-culières
1959 – Première carrosserie de sécurité au monde
1969 – Création du service d'accidentologie Mercedes-Benz
1978 – Système antiblocage de roues à pilotage électronique (ABS)
1980 – Coussin gonflable (airbag) à déclenchement pyrotechnique,
    rétracteur de ceinture
1989 – Arceau à déploiement automatique en cas de retournement
1995 – Régulation du comportement dynamique (ESP®)
1996 – Freinage d'urgence assisté (BAS)
1998 – Régulateur de vitesse et de distance DISTRONIC
1999 – Train de roulement à suspension active ABC, contrôle de la pression
    des pneus
2002 – Système de protection préventive des occupants PRE-SAFE®
2003 – Eclairage actif dans les virages
2005 – DISTRONIC PLUS, freinage d'urgence assisté PLUS, assistant de
    vision de nuit
2006 – Frein PRE-SAFE®, Intelligent Light System
2009 – Rappel de limitation de vitesse, avertisseur de franchissement de ligne,
    avertisseur d'angle mort, système de détection de somnolence
    ATTENTION ASSIST,
2010 - Avertisseur de franchissement de ligne actif, avertisseur d'angle mort actif, projecteurs LED hautes performances

Le confort routier : l'une des disciplines favorites de Mercedes-Benz

Le confort routier est depuis toujours l'une des disciplines favorites de Mer-cedes-Benz. Grâce à une formule spécifique (voie large, empattement long et train de roulement sur mesure), les véhicules à l'étoile offrent depuis plus d'un siècle ce confort routier sur les longs trajets qui a fait la réputation de la marque. Dès 1931, le modèle 170 marque un tournant de taille en matière de conception du châssis. Pour la première fois, une voiture de grande série est dotée d'une suspension indépendante à chacune des roues (« essieux oscillants »). Cette solution va révolutionner la notion de confort en filtrant nettement mieux les irrégularités de la chaussée et en offrant un confort de roulement révisé à la hausse.

Grâce à ses avancées technologiques, Mercedes-Benz a toujours servi de repère dans l'univers automobile. C'est ainsi qu'elle lance en 1954 l'essieu oscillant à articulation unique, l'essieu oscillant à bras obliques arrive sur le marché en 1968. L'un comme l'autre ont permis d'améliorer nettement la sécurité de conduite et le niveau de confort des véhicules. En 1961, la première suspension pneumatique installée sur la luxueuse berline 300 SE fait rapidement référence. A la fin de l'année 1982, l'essieu arrière multibras de la toute nouvelle gamme compacte ne tarde pas à faire sensation par sa conception inédite. Pour obtenir un mouvement optimal de chacune des roues suspendues individuellement, les ingénieurs Mercedes ont placé cinq bras de suspension évoluant de manière coordonnée dans l'espace. Cette solution est étendue à tous les modèles Mercedes à propulsion arrière (berlines, coupés, cabriolets et voitures de sport), avant d'être reprise par nombre de constructeurs.

AIRMATIC : la suspension pneumatique au service du plaisir de con-duire

L'année 1998 marque l'arrivée, sur la Classe S, d'une autre révolution technologique. A la place du traditionnel système de suspension et d'amor-tissement basé sur des ressorts hélicoïdaux sont apparus la suspension pneumatique et le système d'amortissement adaptatif ADS. Cette innovation fait également appel à un correcteur d'assiette gérant chacune des roues de manière individuelle. Tenant compte de l'état de la chaussée, du style de conduite et de la charge du véhicule, celui-ci est en mesure d'offrir un confort routier d'une qualité exceptionnelle.

Parmi les innovations majeures de ces dernières années, le tout premier système de suspension à régulation active se résume en trois lettres : ABC pour Active Body Control. Présenté en 1991 sur le véhicule expérimental Mercedes-Benz C112, il est introduit en 1999 sur les coupés de la Classe CL. Grâce à sa régulation active, ce système réduit les oscillations causées par le tangage et le roulis de la caisse dans les virages ou par les mouvements de plongée provoqués au freinage. En 2007, la nouvelle Classe C voit arriver le Pack de conduite dynamique offrant deux pro-grammes de conduite, « sport » et « confort », capables l'un comme l'autre de piloter chacune des roues grâce à une régulation électronique des amortisseurs en continu.

PRE-SCAN : un tapis volant à quatre roues

Toujours en 2007, Mercedes-Benz présente sur le véhicule expérimental F 700 un système de suspension révolutionnaire baptisé PRE-SCAN. Ca-pable de détecter en amont l'état de la chaussée, ce système réagit aux moindres irrégularités avec une sensibilité extrême afin de les corriger en-core plus efficacement. A l'arrivée, la F 700 affiche un confort comparable (ou presque) à celui d'un tapis volant. Pour parvenir à ce résultat, le train de roulement PRE-SCAN fait appel à deux « yeux » sous forme de capteurs laser intégrés dans les optiques avant.

Le système de suspension MAGIC BODY CONTROL présenté à l'automne 2010 est une évolution de cette innovation. Lui aussi est totalement axé sur l'anticipation. Grâce à une caméra stéréo ultrasensible, installée derrière le pare-brise au-dessus du rétroviseur intérieur, le système « scrute » la route devant le véhicule selon deux perspectives différentes qui permettent d'identifier les irrégularités de la chaussée de manière encore plus détaillée. Des calcula-teurs embarqués ultrarapides se chargent ensuite de traiter en temps réel l'ensemble des informations collectées de façon à permettre à la suspen-sion active ABC de piloter la force à appliquer à chacune des roues avec une précision extrême.

Résultat : les mouvements de la carrosserie sont nettement mieux compensés qu'avec les systèmes de suspension clas-siques installés dans les véhicules de série modernes.

Confort d'utilisation : des systèmes intelligents pour délester le con-ducteur depuis ses débuts, Mercedes-Benz s'attache à développer des véhicules pouvant être pilotés de manière aussi simple et intuitive que possible. Ainsi, dès 1902, une nouvelle génération de modèles Mercedes préfigure d'énormes progrès dans ce domaine sous la désignation « Mercedes Sim-plex ». Pour Mercedes-Benz, la notion de confort suprême n'intègre pas seulement un équipement des plus riches et un habitacle où l'on se sent bien. Elle intègre aussi et surtout des solutions confort visant à maintenir les performances du conducteur ainsi qu'une foule de détails œuvrant en parfaite harmonie pour le délester autant que possible. Le confort d'utilisation, l'ergonomie, la climatisation, le niveau sonore, les qualités routières et bien d'autres facteurs encore sont des paramètres qui influent considérablement sur la condition physique du conducteur et, par conséquent, sur ses capacités à appréhender le trafic. En effet, seul un conducteur détendu est un conducteur sûr.

Mercedes-Benz étudie ce sujet complexe depuis de nombreuses années déjà. Les résultats des recherches sur la « sécurité physiologique » sont exploités de manière systématique pour optimiser les véhicules de série. Résultat : les conducteurs de Mercedes restent plus longtemps en forme et concentrés que la majorité des automobilistes, comme le prouvent de nombreuses études à ce sujet. Parmi les avancées obtenues dans ce do-maine, on retrouve les concepts de commande et d'affichage élaborés avec un soin extrême et utilisables de manière intuitive, ou encore les systèmes d'aide à la conduite, qui transforment la voiture en un partenaire capable d'épauler le conducteur.

Design Mercedes-Benz : le mariage de la tradition et de la modernité

Le style Mercedes-Benz évolue dans un espace qui allie la tradition à la moder-nité. L'esthétique des automobiles modernes a fortement été in-fluencée par la « Blitzen-Benz » présentée en 1909, une voiture de course détentrice de nombreux records, carrossée pour offrir une meilleure péné-tration dans l'air et exprimer un grand dynamisme. Tandis que les modèles Mercedes des années 1920 affichent une silhouette masculine et sculpturale, les lignes s’adoucissent à partir du début des années 1930 pour devenir plus fluides et privilégier les rondeurs. L'un des points d'orgue de cette évolution est sans conteste le modèle 500 K de 1934, lequel donne naissance en 1936 à un successeur à la silhouette ex-térieure pratiquement identique, le modèle 540 K. Misant sur des volumes équilibrés et des lignes aussi fluides qu'élégantes, ils sont tous deux consi-dérés comme l'incarnation même de la beauté automobile parfaite.

1953 : l'année de la rupture

L'arrivée du modèle 180 en 1953 marque un tournant dans l'univers du style Mercedes-Benz. Avec un design résolument tourné vers l'avenir, la berline se distingue par son architecture en trois volumes, le troisième étant constitué par la malle arrière. Non contente d'être plus rigide et plus sûre en cas d'accident, cette carrosserie de type « Ponton » s'impose vite comme le symbole d'une nouvelle modernité. Par rapport aux carrosseries classiques aux ailes proéminentes, aux projecteurs suspendus, aux mar-chepieds et au porte-à-faux arrière minimal, les modèles Ponton offrent de nombreux avantages pratiques, à savoir un habitacle plus spacieux, une meilleure visibilité, un meilleur coefficient aérodynamique, une moindre sensibilité aux bruits de vent et un coffre à bagages d'un volume nettement supérieur.

La Mercedes 180 est loin d'être le seul modèle Mercedes de pointe à avoir influencé durablement l'évolution du design automobile. Souvent qualifiée d'objet de culte, la Mercedes 300 SL à portes papillon incarne la classe et la culture automobile comme aucune autre voiture de son époque. Elle est aujourd'hui encore l'un des modèles de rêve les plus prisés des collectionneurs. En 1999, elle s'est même vu décerner l'oscar de la « voiture de sport du siècle » par un jury international d'experts automobiles. La 300 SL a été la première voi-ture de tourisme Mercedes dotée d'une prise d'air horizontale intégrant la célèbre étoile en son centre. Cet élément caractéristique se retrouve depuis lors sur tous les modèles sport-tourisme arborant le sigle mythique « SL ».

Les berlines 220, 220 S et 220 SE « à ailerons arrière » lancées en 1959 ont également influencé toute une génération avec leur ligne inédite, qui allie l'élégance à la fonctionnalité. Aussi esthétiques qu'utiles lors des ma-nœuvres de stationnement, les ailerons, ou plus précisément les « guides de recul » selon leur désignation officielle, mais aussi l'excellente vue pano-ramique offerte par l'habitacle, vont au-devant des nouvelles attentes des clients.

Des éléments de style classiques alliés à de nouvelles idées

Les éléments identitaires caractéristiques des modèles Mercedes-Benz modernes trouvent bien souvent leur origine dans des solutions stylistiques retenues par le passé. Par exemple, le « mouvement de hanches » de l'ac-tuelle Classe E reprend le concept décliné sur les modèles Ponton des an-nées 1950 ; ou encore les ouïes latérales et leurs grilles spécifiques, un dé-tail stylistique propre aux modèles SL, datent elles aussi des années 1950. Bien que classiques, ces éléments sont chaque fois réinterprétés pour être remis au goût du jour. Ainsi, Mercedes-Benz évite de se plier à toute tendance rétro ponctuelle dont l'effet de mode passe généralement très vite. Les stylistes Mercedes-Benz cherchent plutôt à souligner l'origine des modèles automobiles en combinant savamment des éléments classiques à de nouvelles idées pour permettre au design d'évo-luer dans la conti-nuité.

La stratégie poursuivie par les stylistes Mercedes-Benz s'inscrit dans une perspective à long terme, afin qu'un véhicule Mercedes puisse de tout temps être identifié comme tel. Pour y parvenir, ils utilisent un langage plastique différencié. Ils allient des éléments permettant d'identifier d'emblée un modèle Mercedes à des caractéristiques spécifiques à chacune des séries, pour conférer à chaque modèle un caractère tout à fait personnel. Voilà pourquoi les SUV se distinguent clairement des berlines, des coupés ou des modèles sport. Le résultat se traduit par un séduisant mélange d'unicité stylistique et de parenté identitaire. Le style Mercedes-Benz reste vivant dans tous ces détails. Il est toujours moderne mais ne cède jamais à la mode.

Ce principe d'applique également au design de l'habitacle et de chacun de ses éléments. En fonction du caractère de la voiture, les matériaux, les formes et les éléments de style sont traités différemment selon la série et le modèle. Là encore, l'individualité et l'harmonie générale passent avant l'uni-formisation transversale. L'aménagement intérieur, qui, pour les stylistes, ne cesse de gagner en importance, contribue plus que jamais à pérenniser la fascination esthétique exercée par la voiture. L'habitacle est en effet un espace de vie dans lequel le propriétaire passe de longs moments.

Mercedes-Benz : un style exclusif en constante évolution

Le véhicule expérimental F 800 Style préfigure dès aujourd'hui le style des modèles Mercedes de demain. Il est à la fois vecteur de technologie et créateur de tendance en matière de design. Extérieurement, il se caracté-rise par un empattement long, des porte-à-faux réduits et une ligne de toit suggestive et fluide. De côté, sa silhouette rappelant celle d'un coupé et ses proportions parfaitement équilibrées lui confèrent l'âme d'une sportive racée, tout en faisant évoluer les éléments de style caractéristiques de la marque à l'étoile.

Un espace de créativité

Depuis 125 ans, la créativité s'écrit avec un grand « C » chez Mercedes-Benz. Le célèbre talent des ingénieurs allemands et l'esprit inventif attribué aux Souabes ont permis à la marque de se hisser au sommet de la hiérar-chie mondiale. La créativité a toujours eu sa place dans l'entreprise, qui a toujours su préserver des espaces permettant de réfléchir et de travailler en toute liberté. Grâce à cette recette, la soif d'innover ne s'est jamais étanchée.

Afin de maintenir son avance, le constructeur a tissé un réseau de savoir à l'échelle de la planète, une plate-forme qui permet aux collaborateurs œu-vrant au sein du département Recherche & Développement d'échanger un savoir et un savoir-faire issus des disciplines les plus variées. L'an passé, cet échange fructueux a permis une nouvelle fois à Mercedes-Benz de dé-poser le plus grand nombre de brevets parmi les constructeurs de voitures haut de gamme. Plus de la moitié des quelque 2 070 brevets déposés s'inscrivent dans la catégorie des technologies « vertes », la sous-catégorie « chaîne cinématique » représentant à elle seule 720 développements, soit 35 %. De nombreux progrès décisifs ont été réalisés principalement dans les domaines de l'efficience énergétique, du post-traitement des gaz d'échappement, de la pile à combustible et des batteries. Misant sur un programme d'investissement substantiel dans le secteur de la recherche et du développement, le constructeur de Stuttgart se donne les moyens de rester, demain encore, à la pointe de l'innovation, voire d'augmenter encore son avance.

Mercedes-Benz : la marque de luxe la plus prestigieuse au monde

Grâce à sa stratégie d'innovation permanente, Mercedes-Benz se place tout en haut du hit parade des marques les plus prestigieuses au monde, comme le montrent des études internationales effectuées cette année, lesquelles ont valu trois distinctions à Mercedes-Benz pour son caractère ex-ceptionnel. Selon ces études, Mercedes-Benz est la « plus prestigieuse des marques allemandes », « la plus prestigieuse des marques automobiles haut de gamme au monde » et, plus généralement, « la marque de luxe la plus prestigieuse au monde ».

« Le meilleur, sinon rien ! » – hier, aujourd'hui et demain

« La passion d'inventer ne s'éteint jamais », disait Carl Benz, Gottlieb Dai-mler avait quant à lui choisi la célèbre devise : « Le meilleur, sinon rien ! ». C'est dans cet esprit qu'évolue Mercedes-Benz depuis près de 125 ans. L'esprit d'innovation est l'un des principaux moteurs de l'entreprise, une va-leur ancrée dans la culture de la marque, l'objectif étant de pouvoir garantir la mobilité individuelle également aux générations futures et d'offrir à chaque client un véhicule en totale adéquation avec ses attentes. La source de cette énergie créatrice réside dans la stratégie de recherche de Mercedes-Benz, une activité or-ganisée qui, au début des années 1970, a conduit à la création officielle d'un département de recherche interne.

Aujourd'hui, Mercedes-Benz mise sur un vaste réseau de savoir, animé par quelque 19 000 chercheurs et ingénieurs développement répartis dans le monde entier. Baptisé « Think Tank », ce réseau est un lieu d'échange interdisciplinaire où les acteurs rivalisent d'ingéniosité, de savoir-faire et de motivation, pour pouvoir continuer à construire demain les meilleures voi-tures au monde.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Actualité70 ans pour le légendaire Unimog
Après la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne était en ruine. Pour tenter de relancer l’agriculture du pays, il fallait un véhicule à la fois plus rapide et plus passe-partout que les quelques tracteurs qui avaient survécu au conflit. En réfléchissant à une solution, un ingénieur de Daimler eut une brillante idée …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires