Le Guide de l'Auto – Tout sur l'automobile depuis 48 ans

Honda Fit, une question d'honneur

  • Imprimer
  • RSS

Dès que le succès de la Toyota Echo hatchback a été confirmé, ce n’était qu’une question de temps avant que la compagnie Honda s’intéresse à la catégorie des sous-compactes sur notre marché. Après tout, ce dernier constructeur a toujours été fier de ses réalisations dans cette catégorie et il n’allait certainement pas laisser le champ libre à Toyota ou Nissan ! Et il ne faut pas ignorer les succès de GM dans ce marché de même que ceux de Kia et de Hyundai.

D’autres constructeurs se seraient précipités pour concevoir à la hâte un nouveau véhicule de classe B. Ce serait mal connaître Honda que de croire que cela aurait été le cas. Mieux vaut toujours attendre et proposer un produit adapté et de qualité plutôt que d’y aller de produits conçus sous le coup de la panique. Mais puisque cette compagnie avait plusieurs petites voitures dans son porte-folio, il n’était pas nécessaire d’attendre d’avoir un nouveau produit à offrir. En effet, le Jazz était commercialisé depuis 2002, ce qui signifie que sa fiabilité était sans inquiétude et son développement rendu à maturité. Et il ne s’agit pas de n’importe quelle Honda, car ce modèle a été nommé voiture de l’année au Japon en 2002, en plus d’être la première Honda à devenir l’automobile la plus vendue sur le marché japonais. Rebaptisé Fit pour notre marché, ce hatchback cinq portes combine une mécanique typique de Honda à un habitacle d’une rare polyvalence. Il faut toutefois mentionner que la silhouette de cette nouvelle venue trahit ses origines quelque peu lointaines. Son style est correct, mais ne peut se comparer à celui des Nissan Versa et Toyota Yaris hatchback, deux modèles de conception plus récente.

Mécanique typique
Le moteur utilisé sur cette nouvelle venue est un quatre cylindres de 1,5 litre d’une puissance de 109 chevaux. Ce moteur tout aluminium est de cylindrée et de puissance semblables à celle des autres voitures de cette catégorie à l’exception de la Nissan Versa dont les 122 chevaux la placent en tête de la catégorie. Mais les chiffres de puissance ne veulent pas tout dire. Il faut souligner l’excellent rendement de ce petit quatre en alliage léger dont le système de calage variable des soupapes permet d’avoir du pep sous le pied droit à tous les régimes, en plus d’une rassurante économie de carburant puisque notre consommation enregistrée a été de 7,8 litres aux 100 km et cela avec un modèle nanti de la boîte automatique. Par contre, cette consommation est encore réduite sur les versions équipées de la transmission de base, une boîte manuelle à cinq rapports. Notez que l’accélérateur est de type électronique, un élément assez rare sur une voiture de cette catégorie.
Les ingénieurs de Honda ont toujours été reconnus pour adopter des solutions inédites sur plusieurs de leurs véhicules. Cette fois, cette originalité ne se retrouve pas au chapitre de la plate-forme dont la suspension avant MacPherson est ce qu’il y a de plus traditionnel tout comme la suspension arrière à barre de torsion.

Non, là où cette voiture se démarque, c’est par une géométrie très étudiée de la suspension avant dont le déport négatif assure une bonne tenue en virage et une excellente stabilité directionnelle. C’est du moins ce que Honda nous affirme. Quant à la suspension arrière, elle utilise une barre de torsion en forme de H, un autre élément original. Et puisque la lutte est féroce dans cette catégorie, la Fit est équipée de série du système ABS et de la répartition électronique du freinage, tandis que le tandem disques/tambours a pour mission d’immobiliser ce véhicule. Et comme le veut la tendance actuelle, la direction est à commande électrique, ce qui permet d’économiser du poids et donc de réduire la consommation de carburant. Mais l’élément le plus original de cette voiture est le positionnement du réservoir de carburant qui est placé sous le siège du conducteur. Avant de paniquer, sachez que cet emplacement est plus sécuritaire que son positionnement entre le coffre et la banquette arrière. Bien entendu, dans les deux cas, le réservoir de carburant n’est pas dans l’habitacle, mais sous le plancher ! Et cette localisation a permis aux ingénieurs de nous offrir un aménagement intérieur inédit.

Plus que songé
Il faut admettre que la présentation intérieure est plus moderne que celle de la carrosserie. Il est d’ailleurs plus facile de rajeunir le tableau de bord, car il ne faut pas modifier toute la structure mécanique comme l’exigeraient des changements à l’esthétique extérieure. Mais avant de l’oublier, je tiens à souligner le fait que les tapis semblent un peu minces, mais compte tenu du prix de vente demandé, il faut bien s’attendre à quelques économies ici et là. Par contre, le tableau de bord est fort bien réussi avec ses trois cadrans principaux avec chiffres blancs sur fond noir, le tout avec une lisière bleue qui permet de démarquer les chiffres. Le cadran principal au centre affiche la vitesse tandis que le compte-tours, plus petit est à gauche. Le cadran de droite est de même dimension que le tachymètre, mais il s’agit de la jauge de carburant. Mais le clou de cette planche de bord est son centre de commande de la chaîne audio. Celui-ci est constitué d’un gros bouton entouré de cinq petites touches et, à sa droite, se situe l’afficheur qui est surmonté du lecteur de CD/MP3. On y retrouve également une prise audio qui vous permettra d’y brancher votre lecteur MP3. Et comme c’est l’habitude chez Honda, la finition est impeccable et la qualité des matériaux est supérieure à la moyenne de la catégorie, à l’exception des tapis, tel que mentionné plus haut.

Ce qui permet à cette Honda de se démarquer davantage est l’incroyable polyvalence de l’habitacle. Contrairement à plusieurs autres modèles hatchback de cette catégorie, la capacité de chargement est impressionnante : 603 litres avec cinq occupants à bord et 1 186 litres une fois la banquette arrière repliée. Mais c’est avant de pouvoir profiter d’un aménagement ingénieux de la banquette arrière. Il est en effet possible de soulever le coussin horizontal afin de pouvoir y loger des objets en hauteur, une bicyclette par exemple. Appelé « Magic Seat » par Honda, ce siège permet quatre configurations intérieures : régulier, polyvalence, hauteur et détente. Et il faut de plus souligner la présence de multiples espaces de rangement, de porte-verres et de points d’ancrage. Le coffre à gants, surplombé par une petite tablette à peine capable d’abriter un stylo, est de bonne dimension. Légère touche de luxe : les glaces à commandes électriques sont de série. Enfin, en matière de sécurité, cette voiture est dotée de deux coussins de sécurité avant, de deux autres coussins latéraux en plus d’un rideau gonflable. Bref, Honda n’a rien négligé pour rendre cette sous-compacte compétitive face à la concurrence. Reste à savoir si elle est aussi compétente sur la route qu’elle l’est à avaler des objets de toutes sortes !

Fidèle à la marque
Généralement, dans cette catégorie, les voitures étaient bruyantes, le moteur peu performant et la tenue de route sommaire. Bref, la « petite boîte économique », traduction libre de « Econo box », qui vous conduit du point A au point B avec un minimum de plaisir. C’était il y a quelques années. À présent, l’arrivée de plusieurs nouvelles venues dans cette catégorie a changé la donne et toute voiture qui veut s’imposer dans cette catégorie doit être à la fois pratique et performante tout en se vendant à prix d’aubaine. Pour Honda, il ne fallait pas se faire piéger. Si de nos jours ce constructeur jouit d’une aussi enviable réputation, c’est qu’il a presque toujours fabriqué des voitures pratiques certes, mais dont l’agrément de conduite était supérieur à la moyenne. Viennent s’ajouter à cela une fiabilité exemplaire et une consommation de carburant qui fait rager les pétrolières. Après avoir passé plusieurs jours avec une Honda Fit Sport avec boîte automatique à cinq rapports en plus d’avoir conduit une version à boîte manuelle pendant plusieurs heures, il est facile de conclure que cette voiture est dans la plus pure tradition de la marque et mène la vie dure à la plupart des autres voitures de la catégorie.

Il est vrai que la silhouette ne fait pas tourner les têtes. Même notre modèle Sport avec ses roues en alliage ne parvenait pas à le faire. Par contre, plusieurs ont remarqué que le conducteur affichait un large sourire derrière le volant. Ce petit moteur de 1,5 litre ne produit que 109 chevaux, mais ceux-ci font sentir leur présence. La boîte manuelle est guidée par un levier de vitesse dont la course est précise, et c’est un plaisir de passer les rapports pour tirer profit des performances de ce moteur. Et si les boîtes automatiques sont généralement une déception dans cette catégorie, la transmission automatique à cinq rapports de la Fit est un modèle du genre avec un bon étagement et des passages de rapports très rapides. En fait, en pleine accélération, la transmission s’empresse de passer les deux premiers rapports afin d’aborder la troisième vitesse qui permet de stabiliser l’accélération. La version Sport est dotée de pastilles de passage des vitesses derrière le volant, ce qui intensifie le caractère ludique de la voiture.

Ajoutez à cela une direction précise, un sous-virage fort bien contrôlé et un roulement de caisse minimum dans les courbes, et le verdict est positif ! Grâce à Honda, les mots « pratique, utile, économie et agréable à conduire » peuvent se retrouver dans la même phrase !

feu vert
Moteur nerveux
Boîte automatique efficace
Aménagement intérieur ingénieux
Agrément de conduite
Glaces à commande électrique de série

feu rouge
Silhouette rétro
Tapis très minces
Insonorisation perfectible
Suspension ferme

Consulter la galerie de photos
Envoyer à un ami

Commentaires